Magazine Le Mensuel

Nº 2987 du vendredi 6 février 2015

En Privé

En privé

Un politicien chiite se dit inquiet de la «mainmise des extrémistes» sur la politique française au Liban. Le projet d’une décision internationale présenté par François Delattre, délégué français au Conseil de sécurité, sur l’action de la Résistance libanaise à Chebaa prouve combien l’influence israélienne touche les plus hautes sphères de l’Etat français. La personnalité en question a regretté le général Charles de Gaulle, qui avait su équilibrer la position de son pays dans le conflit israélo-arabe en imposant un plafond garantissant le contrôle de l’influence sioniste dans son pays. Le rapport de Delattre sur l’affaire de Chebaa est erroné et contraire aux  intérêts du Liban. Il a critiqué le silence des Français après l’assassinat d’un groupe de la Résistance et d’un officier iranien près de Qoneitra, alors que leur délégué au Conseil de sécurité demandait une réunion urgente au lendemain de la frappe que la Résistance a fait subir aux soldats israéliens dans les fermes. La même personnalité a souhaité que Paris cesse d’être de parti pris pour Tel-Aviv d’autant que Benyamin Netanyahu, en assistant à la manifestation de solidarité avec Charlie Hebdo, a encouragé en même temps les sauvages terroristes takfiristes et l’islamophobie.

Related

En privé

admin@mews

En privé

admin@mews

En privé

admin@mews

Laisser un commentaire