Magazine Le Mensuel

Nº 2997 du vendredi 17 avril 2015

general

Afel. Au chevet de l’enfant maltraité

L’Association du foyer de l’enfant libanais (Afel-www.afel.org.lb), fondée en 1976, a pour mission d’intervenir auprès des enfants maltraités, délinquants ou souffrant de troubles de l’apprentissage. Au fil des ans, Afel est devenue une référence nationale dans la prise en charge des enfants maltraités par leurs familles et leur environnement. L’ONG continue sur sa lancée, mettant tous les moyens nécessaires en place pour relever les défis et protéger ces êtres démunis des dangers qui les guettent.
 

Depuis une quarantaine d’années, Afel se dévoue à la cause qu’elle défend et l’association est constamment en quête des moyens de se développer et toujours mieux veiller au bien-être de ces êtres dépourvus de leurs droits les plus élémentaires, souvent jetés dans la rue sans aucune protection. Des enfants en danger au sein même de leur milieu familial. Depuis sa fondation, Afel a pris en charge plus de 5 000 enfants et leurs familles. L’association, qui agit auprès des enfants, toutes communautés et toutes confessions confondues, et dans toutes les régions, assure leur protection, les prend en charge, accompagne leur insertion dans la société et intervient  également auprès des parents. Sa mission? Travailler auprès des enfants maltraités, délinquants, ayant des troubles d’apprentissage scolaire et les munir d’outils d’autoprotection et d’autonomie en renforçant leur capacité de résilience pour faciliter leur insertion sociale.
Plus de 95% des enfants, pris en charge par l’association, sont à haut risque de délinquance, 30% habitent avec des parents violents, 45% manquent de soins et d’alimentation régulière, 20% sont abandonnés à eux-mêmes, devant même assurer la garde de leurs plus jeunes frères et sœurs et 52% présentent des difficultés scolaires graves. Après avoir été pris en charge par l’Afel, plusieurs enfants réintègrent la société productive et fondent une famille.
L’association dispose d’un centre d’internat à Jouar el-Bouacheck, dans le Kesrouan, qui travaille en collaboration avec les ministères de la Justice et des Affaires sociales. Les enfants sont pris en charge par l’équipe de l’Afel et placés dans les écoles de la région. Dans ce centre, Afel accueille des enfants qui vivent des situations de violence sous toutes ses formes, qui les mettent en danger.
L’Afel a été la première au Liban à ouvrir une école de rattrapage scolaire, qui aide les enfants en difficulté à suivre des études et, souvent, à pouvoir réintégrer un cursus normal. L’école de l’association est gratuite et dispose d’une équipe pluridisciplinaire pour s’occuper des enfants. Au centre de l’externat de Sin el-Fil, les enfants maltraités, ou en danger de délinquance, tous issus de familles à problèmes sociaux multiples, sont pris en charge. Ils mangent, étudient, communiquent entre eux, participent à des activités avant de rentrer chez eux le soir… Au cours des dernières années, les spécialistes de l’association avaient travaillé avec la police pour une meilleure protection des mineurs.

 

Rôle et activités de l’association
L’association s’adapte aux besoins de l’enfant, mais aussi à ceux de sa famille qu’elle soutient et dont elle reste à l’écoute. N’hésitant pas, quand cela est nécessaire, à mener auprès des familles des campagnes d’éveil. Ainsi, diverses rencontres sont organisées au centre de Sin el-Fil. Au programme, entre autres, le mariage précoce des jeunes filles qui prend des dimensions inquiétantes et la lutte contre la violence dans la rue, d’autant plus que de plus en plus d’enfants sont armés. Ils arrivent au centre de Sin el-Fil avec des canifs et prétendent que c’est leur seule façon de se protéger, vu l’insécurité qui sévit dans les rues.
Selon l’ONG, cette montée en puissance de la violence et le problème des mariages précoces sont, entre autres, dus à l’arrivée des flux de réfugiés syriens qui habitent les quartiers les plus pauvres des banlieues de Beyrouth et ont recours à tous les moyens  – souvent pas très catholiques – pour améliorer leur vie. L’Afel vit grâce aux dons et à l’action généreuse des mécènes et des partenaires avec lesquels elle établit des liens étroits. Toujours vigilante et attentive aux besoins des enfants, elle met les bouchées doubles et foisonne de projets pour assurer les financements mais aussi poursuivre, égale à elle-même, sa protection de l’enfance maltraitée, vivant dans des conditions de vie difficiles à supporter.


Danièle Gergès
 

Pour plus d’informations, contacter le secrétariat général de l’association aux numéros suivants: (01) 481 690 et (01) 485 066.
Vous pouvez également consulter le site de l’Afel à l’adresse suivante: www.afel.org.lb page
facebookafelliban

Les réalisations de l’Afel pendant les six derniers mois:

Jouar el-Bouachek
Vingt enfants bénéficient d’un suivi psychologique.
Cinq mères de famille ont trouvé un travail stable.
Une relation de confiance a été bâtie avec trois pères de famille.
Trois pères de famille bénéficient d’un suivi psychiatrique.
Cinq pères de famille ont reçu une aide financière pour des soins médicaux et hospitaliers.

Centre de rattrapage scolaire de Bourj Hammoud
Sur les 72 enfants qui se trouvent au Centre de rattrapage:
Dix enfants bénéficient d’un suivi médical (psychiatrique, neurologique…).
Trente-quatre bénéficient d’un suivi psychologique.
Dix-sept enfants profitent d’un suivi psychomoteur.
Quarante enfants bénéficient d’un suivi orthophonique.
Sept familles bénéficient d’un suivi psychologique et psychiatrique.
Cinq mères de famille ont été orientées vers un emploi.

Centre d’externat de Sin el-Fil
Parmi les 82 enfants accueillis au centre:
Cinq jeunes ayant dépassé l’âge de 14 ans ont été orientés vers une école technique.
Douze nouveaux enfants ont intégré le centre.
Six enfants bénéficient gratuitement de cours de ballet.
Quatre enfants ont été orientés vers un orthophoniste.
Trois enfants ont été orientés vers une psychomotricienne.
Sept mères de famille ont été orientées vers un suivi psychologique.

Service Aide en famille
L’internat de Jouar el-Bouachek a accueilli 42 enfants maltraités, abusés et issus de familles à problèmes sociaux multiples.
L’Ecole de rattrapage de Jouar el-Bouachek (Maison rouge) pour la rééducation des jeunes ayant des difficultés scolaires, relationnelles, psychologiques et orthophoniques a accueilli 22 nouveaux élèves.
L’Ecole de rattrapage de Bourj Hammoud a pris en charge 72 jeunes ayant des difficultés scolaires, relationnelles, psychologiques et orthophoniques.
Le Centre d’externat de Sin el-Fil a accueilli 80 enfants après l’école pour un repas chaud et une aide dans les leçons et les devoirs.
Le service d’aide a offert un soutien moral, social, éducatif et matériel, ainsi que des bourses scolaires à 220 enfants et leurs familles.
L’Afel a offert également des colonies de vacances à 230 enfants durant les mois de juillet et août.

Related

Le Quatuor Modigliani. Simplement… enchanteur

admin@mews

Ces amours de papier qui prennent l’eau de Bélinda Ibrahim. La quête de l’impossible

admin@mews

Tandem Berry-Aoun. Les deux alliés ennemis

admin@mews

Laisser un commentaire