Magazine Le Mensuel

Nº 2997 du vendredi 17 avril 2015

  • Accueil
  • general
  • La mort emporte un talent prometteur. Issam Breidy est parti trop tôt
general

La mort emporte un talent prometteur. Issam Breidy est parti trop tôt

Le Liban a perdu, dans la nuit de samedi à dimanche, l’un de ses artistes les plus prometteurs. Décédé dans un accident de la route, Issam Breidy laisse, à 35 ans, au Liban et dans le monde arabe, des milliers de fans orphelins.

Il vient juste de passer la soirée avec ses amis à Hamra. Issam Breidy, jeune acteur, chanteur très talentueux et professeur à l’université LAU, décède dans la nuit de samedi à dimanche dans un grave accident survenu sur l’autoroute de Dora. Sa voiture percute violemment le mur séparant le pont de la route interne qui mène à Nahr el-Mot, sur la voie est. Propulsé en dehors de la voiture, Issam Breidy touche violemment le sol. Sa tête subit un choc violent sur l’asphalte. Il meurt sur le coup, à la suite d’une hémorragie cérébrale.
Acteur et artiste, Issam Breidy joue le rôle de Imad dans le feuilleton dramatique Alakat khassa, diffusé actuellement sur la LBCI (Lebanese Broadcasting Corporation International) et a été très apprécié pour son rôle principal dans la comédie sociale Adam et Eve. Il a également joué dans plusieurs séries télévisées très populaires, notamment Talbin el-ereb, Men ahla byout Ras Beyrouth, Ghannoujet baya et Bayna Beyrouth wa Dubaï. En 2001, Issam Breidy se fait connaître du public comme chanteur, grâce au programme de découverte de talents, Studio el-Fan. Son premier single Hobb Jnoun, paru en 2008, avait remporté un énorme succès.

 

Un mariage…
«Mon frère est aujourd’hui au paradis avec Jésus. J’ai perdu mon autre moitié, ma vie, mon frère. Mais je sais aussi que Issam a semé la joie dans le cœur de beaucoup de personnes. Je suis le témoin de Issam, j’étais supposé me tenir à ses côtés le jour de son mariage. Aujourd’hui, pour son adieu, je serai son témoin et je lui organiserai un mariage et non des funérailles. Je demande à tous ceux qui aiment véritablement Issam de venir heureux, de venir chanter. Venez tous en blanc, une rose blanche à la main, je ne veux voir aucune personne triste, la tristesse de mon cœur suffit…». C’est par ces mots émouvants que le présentateur d’émissions télévisées, Wissam Breidy, a appelé les Libanais à assister au dernier adieu de son frère Issam. Dans la nécrologie, Wissam décide de remplacer le mot «funérailles» par «mariage» et le mot «condoléances» par «félicitations». La dépouille de Issam Breidy avait été transportée, lundi dernier, de l’hôpital Saint-Joseph – Dora, à Feytroun, son village natal. Le cortège funèbre a fait plusieurs 
arrêts sur la route pour un dernier adieu… 


Christiane Tager Deslandes

La maudite route

Dans l’immense nuit, tu t’es envolé. Brutalement. L’extraordinaire s’est transformé en une horrible tragédie. La maudite route t’a emporté, dans un monde sûrement meilleur. Issam, ton conte de fées a tourné au cauchemar. Pourquoi? Toi qui étais promis à la gloire et au succès. La vie en a décidé ainsi. Issam, il restera de toi ce que tu as donné: une superbe joie de vivre. Voilà quelques mots pour te dire que nous ne t’oublierons pas, que nous nous souviendrons toujours de ton sourire radieux. Encore un mot, envoie du firmament à tes parents, ton frère et ta sœur ce petit morceau de sérénité, qui s’est perdu dans le labyrinthe de la route. Tu es juste devenu une étoile, bercée par les nuages, dans le firmament de l’éternité. Le fil n’est pas coupé… Ce n’est qu’un au revoir.

C.T.D.

Noces blanches…
16h00. Eglise Saint-Georges à Feytroun. Le cercueil blanc de Issam Breidy, décoré de roses rouges, est porté à bout de bras et balancé par son père, Nouhad, son frère, Wissam, et des amis sur des airs joyeux joués par une troupe. Un lourd silence, en revanche, règne sur le village, décoré de rubans blancs et de portraits du jeune acteur portant l’inscription «Ariss el-Massih». Des feux d’artifice retentissent et des youyous s’élèvent. A l’intérieur de l’église décorée comme pour un mariage, Issam est accueilli par des applaudissements et une pluie de riz et de pétales de roses blanches. Une immense tristesse se lit sur les visages. A l’entrée des salons, des tables garnies de douceurs libanaises. En musique de fond, résonnent des chansons enregistrées par Issam Breidy. La cérémonie est présidée par l’évêque maronite de Sarba, Mgr Boulos Rouhana, représentant le patriarche maronite Béchara Raï en présence notamment de la ministre des Déplacés, Alice Chaptini, représentant le Premier ministre Tammam Salam, du député Farid
el-Khazen, représentant le président de la Chambre Nabih Berry. Dans une oraison funèbre, Wissam Breidy dit que «l’âme de Issam (l)’accompagnera toujours. Tout comme un émigré qui a reçu une offre d’emploi à l’étranger, Issam a reçu une offre de Dieu afin qu’il s’unisse aux légions célestes. J’ai perdu le frère, mais je vais gagner un fils», poursuit Wissam Breidy. «Trente-trois ans durant, nous étions deux esprits dans deux corps. Désormais, nous sommes deux esprits dans un seul corps», affirme Wissam. Montrant un anneau qu’il porte à l’index, Wissam Breidy raconte qu’il l’a pris du doigt de son frère après l’accident. «Je le porterai au doigt jusqu’à ma mort, car tu étais et tu resteras dans mes souvenirs, dans ma vie et dans mes succès». Un magistère honorifique a été décerné à Issam Breidy à titre posthume par le président de l’Université libanaise.

Related

Z100. Montrer le monde tel qu’il est

Kurdistan irakien. Des investisseurs libanais en difficulté

Milagros Hernando. «La société libanaise est résiliente»

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.