Magazine Le Mensuel

Nº 2998 du vendredi 24 avril 2015

Supplément

Le commerce. Une formation en pleine expansion

«L’ouverture commerciale correspond de façon significative à la croissance», affirment Anne Krueger, ancienne directrice générale adjointe du Fonds monétaire international (FMI), et Andrew Berg, chef de la division du développement macroéconomique au FMI. Se lancer dans des études de commerce, c’est donc s’ouvrir au monde qui nous entoure, s’enrichir d’un point de vue personnel et obtenir un diplôme apprécié sur le marché du travail.

Formation généraliste qui met la lumière sur les domaines-clés du monde des entreprises et du business, l’étude de commerce permet à l’étudiant de s’ouvrir sur des thèmes divers tels que les ressources humaines, le commercial, le marketing, la gestion, la comptabilité, la finance, les systèmes d’information, le management, etc.
 

Pourquoi se lancer dans le commerce?
Faire du commerce nécessite une double compétence. Il s’agit, d’une part, de maîtriser les compétences requises pour un tel domaine, mais d’acquérir aussi des aptitudes allant de pair avec vos affinités quant au parcours que vous désirez entreprendre (droit, lettres, sport, mode, tourisme,…). Le Liban est particulièrement connu, par tradition, pour ses activités commerciales dynamiques. Grâce à son climat propice et à l’ouverture de son peuple, le pays a toujours attiré des touristes et des investisseurs des pays arabes et du Golfe, mais aussi des pays européens. Profiter des bénéfices de la spécialisation, des effets de la compétition et élargir la gamme de choix, tels sont, entre autres, les avantages des études de commerce.

 

Le e-commerce: d’un simple business à une success-story
Un pays, quel qu’il soit, est incapable de produire la totalité des biens et des services demandés par ses consommateurs nationaux. C’est l’une des raisons pour lesquelles le commerce est un domaine qui ne meurt jamais. En se spécialisant dans des biens et services spécifiques, les firmes à l’intérieur d’un pays peuvent produire efficacement et échanger leurs surplus pour des biens et services provenant des autres pays. Ainsi, le commerçant pourra-t-il faire profiter son pays d’une gamme de produits plus diversifiée, d’une baisse des prix, d’une hausse de la qualité, d’une plus grande diffusion de la technologie, d’une hausse de la consommation à l’échelle du pays et d’une croissance du Produit intérieur brut (PIB). Des études ont, en effet, démontré que les économies ouvertes croissent plus.
Une enquête, menée en 2013, montre que «64% des entreprises libanaises affirment effectuer leurs transactions par le biais de services d’e-commerce». Le e-commerce est en pleine expansion partout dans le monde surtout qu’Internet est très attractif. La vente en ligne n’est, certes, pas exemptée de coûts. La plupart des personnes qui se lancent dans le e-commerce font l’erreur de vouloir créer un site à moindre frais, en le concevant eux-mêmes ou en faisant appel à des contacts. Or, toute création de site doit se faire selon des normes spécifiques, des aspects légaux, techniques et commerciaux adéquats. Sur Internet, les success-stories se multiplient. Amazon, eBay, Fnac.com, etc. constituent des plateformes réussies et bien connues du commerce en ligne. Le e-commerce ne connaît généralement pas la crise, s’il a un bon début et est générateur d’emplois. Le Liban est, dans ce sens, classé 51e au rang mondial (sur 130 pays étudiés), parmi les pays les plus favorables et les mieux équipés pour le développement du e-commerce (selon le rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement – Cnuced en 2015). D’autres résultats indiquent que le Liban est «à la pointe du e-commerce dans la région, avec un taux de 100% de pénétration avec le paiement par carte électronique parmi les entreprises sondées». D’autre part, les achats en ligne se font nombreux dans notre pays, avec 74% des répondants qui achètent des biens et des services en ligne avec l’utilisation de cartes de paiement électroniques.

Natasha Metni

Que comprend le e-commerce?
Le e-commerce ne se limite pas à la seule vente en ligne, mais englobe également la réalisation de devis online, le conseil aux utilisateurs, la mise à disposition d’un catalogue électronique, un plan d’accès aux points de vente, la gestion en temps réel de la disponibilité des produits (stocks), le paiement en ligne, le suivi de la livraison, le service après-vente, etc.

Related

Etudes en lettres françaises. Du renouveau pour des métiers d’avenir

admin@mews

Futurs universitaires. Quelle institution choisir?

admin@mews

Sur les bancs de l’université. Les clés pour un futur meilleur

admin@mews

Laisser un commentaire