Magazine Le Mensuel

Nº 3004 du vendredi 5 juin 2015

  • Accueil
  • general
  • Des cas de SGB au Liban? Une rumeur non fondée, assure le ministère de la Santé
general

Des cas de SGB au Liban? Une rumeur non fondée, assure le ministère de la Santé

Des Libanais seraient atteints d’un nouveau syndrome découvert récemment. Il s’agit du syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie rare et peu connue. C’est du moins la rumeur qui circule depuis quelque temps. Faut-il s’en inquiéter et de quoi s’agit-il réellement? Magazine enquête.

Le syndrome de Guillain-Barré (SGB) se caractérise généralement par des picotements, des fourmillements et une faiblesse musculaire menant à une paralysie des mains et des pieds. Selon le Dr Zahi Hélou, spécialiste des maladies infectieuses, la cause de ce syndrome est non élucidée. Mais dans la majorité des cas, il fait suite à une infection virale ou bactérienne. Les infections des voies digestives et respiratoires seraient le plus fréquemment associées à ce syndrome, mais on ne connaît pas exactement la relation entre les infections et ce syndrome. «Ce trouble neurologique n’est pas récent. Il existe depuis très longtemps et il n’y a pas lieu de paniquer, affirme le médecin. Heureusement, ce syndrome est guérissable s’il est traité précocement». Y a-t-il des cas au Liban? Pour le Dr Hélou, les cas sont rares et leur nombre n’est pas plus important que d’autres virus ou maladies. Il ne faut surtout pas s’inquiéter ou semer la panique parmi la population.
 

Inflammation des méninges
Joint par L’Hebdo Magazine, le Dr Jacques Mokhbat, également expert en maladies infectieuses, affirme de son côté que le syndrome de Guillain-Barré est une inflammation des méninges due à n’importe quel virus. Ce syndrome est le reflet d’une atteinte des nerfs périphériques. Ce sont les nerfs qui transmettent les signaux électriques de la moelle épinière vers nos muscles, nos membres et nos organes internes. Dans le cas de ce syndrome, la myéline entourant les nerfs est endommagée et ces derniers ne peuvent plus transmettre les signaux correctement. Les personnes atteintes de ce syndrome ressentent une faiblesse musculaire, des picotements, des fourmillements, voire une paralysie au niveau des mains et des pieds. Ce trouble neurologique rare entraîne en effet une paralysie progressive, qui commence aux pieds et évolue graduellement vers le haut pour atteindre tout le corps. Il se produit lorsque le système immunitaire d’une personne attaque les nerfs périphériques de son corps.

 

Des formes variées
Dans le cas d’une forme légère du syndrome de Guillain-Barré, les symptômes gênent le patient pendant quelques jours, voire quelques semaines, mais finissent par disparaître. A l’inverse, les patients atteints par la forme sévère présentent des symptômes plus importants pouvant requérir une hospitalisation. Ils peuvent notamment être partiellement paralysés, présenter des difficultés pour respirer, avoir un pouls anormal, une congestion pulmonaire et des infections. Selon le Dr Mokhbat, les cas les plus graves nécessitent des traitements médicaux d’urgence, l’admission à un hôpital et de plus longues périodes de rééducation. Certaines personnes doivent utiliser un respirateur en permanence. Il n’existe toutefois aucun moyen de prévention de la maladie. Pour les experts, il faut consulter un médecin dès les premiers symptômes de la maladie afin de profiter d’un traitement efficace et augmenter les chances de guérison. Selon les cas, les traitements consistent à remplacer le plasma du patient par du plasma sain, de manière à éliminer les anticorps détruisant la gaine de myéline ou l’injection d’anticorps issus du sang de plusieurs donneurs chez le malade. Ces anticorps «sains» neutralisent les anticorps à l’origine de la destruction de la myéline.
Interrogée à propos du syndrome de Guillain-Barré et de l’existence d’éventuels cas au Liban, le Dr Nada Ghosn du ministère libanais de la Santé affirme, pour sa part, qu’il n’y a pas lieu de créer la panique et d’alimenter cette rumeur qui est, à son avis, non fondée. «C’est de l’ignorance totale», dit-elle en évitant de nous donner d’autres précisions.

NADA JUREIDINI

Related

Supermarchés. Refus du paiement par chèque

admin@mews

Les chrétiens d’Orient à l’IMA. 2 000 ans d’histoire et de diversité

admin@mews

Samvel Mkrtchian, nouvel ambassadeur d’Arménie. Le Liban, modèle de la coexistence

admin@mews

Laisser un commentaire