Magazine Le Mensuel

Nº 3013 du vendredi 7 août 2015

  • Accueil
  • general
  • Mireille Mathieu, quarante ans après. Toujours la voix puissante
general

Mireille Mathieu, quarante ans après. Toujours la voix puissante

La demoiselle d’Avignon a illuminé les planches du festival de Byblos le jeudi 30 juillet, sous un ciel éclairé par la pleine lune, en présence de plus de 5 000 spectateurs. Après quarante et une années d’absence, Mireille Mathieu est revenue au Liban, identique à elle-même: même coiffure, même voix puissante, même roulement des «r» et habillée de noir durant tout son spectacle.
 

Arrivée sur scène sous la lumière discrète des projecteurs, elle commence son concert par un signe de croix. Le public, composé pour la plupart de fans qui l’ont connue depuis leur plus jeune âge, retient son souffle. A-t-elle toujours cette même voix puissante? La réponse ne se fait pas attendre. Sur les notes de Quand on revient, elle emporte le public de sa voix magnifique et la magie opère. Incontestablement, Mireille Mathieu est toujours cette grande diva, au charisme et à la voix puissante. Pendant deux heures, elle tiendra son public sous son charme. Les émotions se succèdent et passent de la joie, à la tendresse et à la nostalgie… des instants de pur bonheur.  
Accompagnée d’un orchestre formé de onze musiciens et trois choristes, elle clame son amour au Liban «ce pays où j’ai chanté il y a … quelques années. Vous m’avez offert votre cœur, je vous donne le mien». Il n’en faut pas plus au public pour vibrer à l’unisson avec cette grande star, une des plus grandes ambassadrices de la chanson française dans le monde. Elle chante ses plus grands succès, surtout des chansons d’amour qui trouvent un écho favorable auprès d’un public dont les plus jeunes sont des quadragénaires: La Paloma adieu, Une histoire d’amour, Une vie d’amour, Dès que je chante cet air-là… Mireille Mathieu puise également dans le répertoire de la grande Edith Piaf et offre une interprétation magistrale de Non je ne regrette rien, L’hymne à l’amour.
Après vingt minutes d’entracte, elle revient sur scène, mais cette fois en robe longue noire pour interpréter sa fameuse chanson Oui je crois. Puis elle change carrément de style et entonne sa chanson rock Ce n’est rien. Les titres se succèdent et Mireille Mathieu, de sa voix intense, emporte avec elle son public. Des chansons au parfum de souvenirs, des chansons que le public chante avec elle et dont il connaît parfaitement les paroles. Acropolis Adieu, Santa Maria, Que la paix soit sur le monde, On ne vit pas sans se dire adieu. Elle interprète également une chanson en anglais Somewhere over the rainbow et chante un tube dans toutes les langues: espagnol, italien, anglais, chinois et allemand.
Aînée de 14 enfants, Mireille Mathieu a fait monter sur scène sa mère, qui l’accompagnait à Beyrouth, et l’a présentée au public. Si entre la demoiselle d’Avignon et les spectateurs l’osmose était totale, sa fameuse chanson Pardonne-moi ce caprice d’enfant les a totalement électrisés et ils ont chanté avec leur star à l’unisson. Ils en demandaient encore et, extrêmement généreuse, Mireille Mathieu leur en donnait encore plus. Ovationnée debout, elle est revenue plusieurs fois sur scène à la demande des spectateurs et a fait durer son spectacle deux heures. Ne pouvant rien refuser à un public totalement acquis et qui la rappelait encore et encore, elle est apparue une dernière fois sur scène en peignoir, les pieds nus, pour chanter avec ses fans en pleine liesse un ultime Pardonne-moi ce caprice d’enfant.

Joëlle Seif

Related

R.P. Georges Hobeika. Un érudit à la tête de l’USEK

admin@mews

Nightlife. Les grandes tendances et nouveautés de l’été

admin@mews

Samir Daher, conseiller économique. «Le Liban, un camp à ciel ouvert»

admin@mews

Laisser un commentaire