Magazine Le Mensuel

Nº 3022 du vendredi 9 octobre 2015

  • Accueil
  • general
  • Une avancée contre la paralysie. Un espoir pour les tétraplégiques
general

Une avancée contre la paralysie. Un espoir pour les tétraplégiques

Deux personnes paralysées ont réussi, grâce à une prothèse cérébrale, à prendre le contrôle d’un curseur sur un écran d’ordinateur. Le contrôle par la pensée pourrait-il un jour améliorer les conditions de vie des personnes paralysées?

Un groupe de chercheurs américains ont réussi à mettre au point un système de «prothèse cérébrale» à base d’électrodes qui a permis à deux personnes paralysées de contrôler le curseur d’un ordinateur en le déplaçant sur un écran grâce à leurs pensées.
Les deux personnes paralysées, atteintes d’une sclérose latérale amyotrophique (SLA), connue également sous le nom de maladie de Charcot, une maladie incurable qui conduit à la paralysie, ont accepté de tester ce système de «prothèse cérébrale» mis au point par les chercheurs. Des électrodes ont été implantées dans la partie du cerveau qui contrôle les mouvements, le cortex moteur. Ces électrodes décodent les signaux émis par cette partie du cerveau, si bien que ces personnes ont pu faire bouger un curseur sur un écran, vers un point bien précis, simplement en imaginant le mouvement. Un appareillage qui permettrait d’améliorer la qualité de vie des personnes paralysées en leur donnant la possibilité de contrôler à distance un ordinateur et pourquoi pas un membre paralysé, précisent les chercheurs. Grâce aux avancées de la science et de la médecine, les chercheurs espèrent qu’un jour les personnes tétraplégiques puissent contrôler leurs membres grâce à ce type de système électronique. Des recherches en ce sens sont effectuées, depuis plusieurs années déjà, par le groupement de recherche BrainGate2 dont le but est de concevoir des systèmes de communication ou encore des outils de mobilité pour que les personnes atteintes d’un handicap soient plus autonomes. BrainGate2 explore ainsi plusieurs voies pour exploiter les signaux du cerveau, afin de permettre un jour aux personnes handicapées de contrôler des appareils dans leur environnement, en rétablissant un lien entre le cerveau et le membre paralysé. Le but ultime étant le contrôle à distance des ordinateurs, voire des membres.
 

Une expérience unique
Paralysé des deux jambes, depuis cinq ans, à la suite d’une blessure de la moelle épinière due à un accident de moto, un jeune homme a réussi à marcher près de quatre mètres grâce à un électroencéphalogramme captant les signaux électriques de son cerveau. L’idée est de permettre au cerveau de contrôler les jambes par la pensée en contournant le circuit classique de la moelle épinière. Pour ce faire, les scientifiques ont développé une interface cerveau-ordinateur. Des électrodes sont fixées sur la tête du patient, puis reliées à un ordinateur qui enregistre et interprète les signaux émis par la pensée pour les transformer en ondes cérébrales. Ces informations sont alors transmises via des algorithmes à d’autres électrodes situées sur les jambes. Ces dernières stimulent les nerfs des jambes, et donc les muscles qui permettent de marcher. Pour parvenir à ce premier résultat encourageant, le jeune paralysé a suivi un entraînement mental et physique. Ainsi, coiffé d’un bonnet d’électroencéphalogramme, il a été formé à contrôler un avatar dans un environnement virtuel. Il a été accompagné pour reconditionner et renforcer les muscles de ses jambes, inactives depuis son accident. C’est après une vingtaine de séances d’entraînement à la marche qu’il a finalement réussi à parcourir ces premiers mètres porteurs d’espoir.

Nada Jureidini

La tétraplégie en bref
La tétraplégie correspond à la paralysie des quatre membres. Elle est due à une lésion, partielle ou complète, de la moelle épinière, le plus souvent au niveau cervical, empêchant l’information nerveuse de parvenir jusqu’aux bras et aux jambes.

Related

NTIC. Carlos Haddad lance un fonds d’investissements de 100 millions de dollars

Electricité. Un compromis, enfin…

Alexandre Manoli, psychologue «La meilleure prévention, la présence auprès de l’ado»

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.