Magazine Le Mensuel

Nº 3028 du vendredi 20 novembre 2015

Film

Simshar. ou le sort troublant des émigrants

Cinephilia Productions, la maison de production cinématographique située à New York et fondée par la Libanaise Darine Hotait, a proposé, au Liban, la première du film Simshar, de la réalisatrice Rebecca Cremona. Dans ce long métrage, fondé sur des faits réels, la question de la migration illégale des peuples africains vers l’Europe est posée en toute profondeur.

 

Simshar est le premier long métrage que propose la République de Malte (le pays d’Europe du Sud comprenant un archipel situé en Méditerranée) et qui lui a permis de se présenter à la 87e cérémonie des Oscars. Réalisé par Rebecca Cremona, il met en scène des histoires parallèles bouleversantes et dévoile comment des migrants débarquent sur les côtes maltaises et leurs conditions.

 

De l’amour à la politique

En 2008, la tragédie Simshar a bel et bien eu lieu. Un bateau de pêche, Simshar, explose laissant un seul survivant. Ce qui était arrivé alors avait troublé toute Malte.

Dans le film, les histoires se juxtaposent. On y suit trois pêcheurs maltais, le fils du capitaine qui a 11 ans et un homme somalien. Tous étaient partis pêcher. Alors que leur bateau prend feu à cause d’un court-circuit, ils se retrouvent pris dans les vagues méditerranéennes et luttent pour leur survie. En parallèle, se déroule une histoire. En pleine Méditerranée, zoom sur le sort d’un médecin. Ce dernier est ordonné de rester sur le bateau regroupant des migrants africains dont Malte et l’Italie refusent l’accès. Son ami se bat, quant à lui, avec la situation des migrants sur le terrain.

Dans une interview, la réalisatrice explique que son film est seulement inspiré de ce qui s’est passé en 2008. «Ce n’est pas un documentaire, affirme-t-elle. Il ne vise pas à relater tous les événements réels. En outre, les personnages du film ont été créés pour servir l’histoire et ses thèmes. Je ne propose non plus aucune solution à cette situation complexe», tient-elle à préciser.

Simshar se veut politique, émotif et social. Politique, parce qu’il dévoile clairement les débats politiques sur la question migratoire entre les pays. Social, parce qu’il démontre la vie communautaire des pêcheurs de Malte et l’opposition entre la tradition et la modernité qui secoue cette petite communauté et même le pays tout entier. Quant à l’amour, il est raconté grâce à l’histoire liant un soldat maltais à une migrante.

Le film de Rebecca Cremona vient de remporter six prix au cours de trois festivals internationaux: le Special Achievement Award au Festival international du film de Mannheim, en Allemagne, le prix du long métrage dramatique de renommée internationale à la cérémonie d’Edmonton au Canada, le prix de la Meilleure musique originale et celui du Golden Pegasus de film étranger pour Rebecca Cremona, et pour l’une de ses actrices, Clare Agius. Enfin, Simshar a eu une mention honorable à Lisbonne et a été considéré meilleur film à Zanzibar. A découvrir.

Pauline Mouhanna, Etats-Unis

 

 

Le drame méditerranéen en chiffres

– Depuis 2000, 40000 migrants sont décédés en essayant de se rendre aux Etats-Unis, en Australie ou en Europe.

-Toujours depuis cette même année, 22000 migrants ont péri en Méditerranée. La situation dramatique est due à la noyade, l’asphyxie, la faim ou le froid.

Malte est un pays qui reçoit très souvent une nouvelle vague de migrants. Souvent, les responsables de l’île sont en conflit avec l’Italie parce qu’ils ne peuvent pas recevoir les nouveaux.

 

 

 

 

Related

Exclusif: Nadine Labaki «La politique a besoin de l’art»

admin@mews

Stable. Unstable Beyrouth, à la folie

admin@mews

The Dark Knight rises. La fin de la saga

admin@mews

Laisser un commentaire