Magazine Le Mensuel

Nº 3040 du vendredi 12 février 2016

En vrac

En vrac

La présidentielle entre Paris et Téhéran
Le dossier libanais a été rapidement évoqué par les présidents Hassan Rohani et François Hollande. Mais le débat est censé se poursuivre prochainement, d’abord entre le vice-ministre des Affaires étrangères iranien, Hussein Amir Abdel-Lahyan, et le directeur de la région Afrique du Nord Moyen-Orient français qui prépareront la rencontre entre Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, et son homologue français, Laurent Fabius.

Démenti des Forces libanaises
Démenties par des sources FL des informations véhiculées par le Moustaqbal relatives aux «nombreux messages envoyés au président Saad Hariri par le Dr Samir Geagea pour lui dire combien il reste attaché à leur alliance, en lui expliquant que l’accord de Maarab a eu pour effet de coincer le Hezbollah et de l’éloigner quelque peu du CPL, sans rien changer au veto extérieur qui empêche l’accession de Michel Aoun à la première présidence».

Un pointage qui dérange le Hezbollah
Le pointage, dont le député du Nord et leader des Marada, Sleiman Frangié, a parlé («comment celui qui détient 70 voix peut-il se retirer en faveur de celui qui en a 40?»), a dérangé les ténors du Hezbollah, dans la mesure où il a limité le rôle du parti chiite, dirigé par sayyed Hassan Nasrallah, au nombre de ses parlementaires passant outre sa dimension politique au double plan local et régional.

Related

En vrac

admin@mews

En vrac

admin@mews

En vrac

admin@mews

Laisser un commentaire