Magazine Le Mensuel

Nº 3042 du vendredi 26 février 2016

  • Accueil
  • general
  • Des complications graves et pas de vaccin. Le virus Zika menace-t-il?
general

Des complications graves et pas de vaccin. Le virus Zika menace-t-il?

Le virus Zika se transmet par les piqûres de moustiques Aedes aegypti et suscite de nombreuses inquiétudes, particulièrement chez les femmes enceintes. Quelles sont les complications de cette maladie? Et quels sont les moyens de se protéger de cette infection?

Il est indispensable de bien connaître ce virus pour se protéger des complications qui y sont liées, selon le Dr Nabil Nemr, doyen associé à la faculté des sciences agronomiques et alimentaires, et le Dr Rabih Hallit, spécialiste en maladies infectieuses et maladies internes, intervenus au cours d’une conférence sur le virus Zika, à l’Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek).
Le virus Zika est transmis par des moustiques du genre Aedes, actuellement en éclosion en Amérique centrale, en Amérique du Sud, ainsi qu’en Afrique, en Asie et en Océanie. Il se traduit généralement par des symptômes bénins apparaissant quelques jours après la piqûre par le moustique infecté. La plupart des sujets atteints présentent une fièvre légère et une éruption cutanée, parfois accompagnées d’une conjonctivite, de douleurs musculaires et articulaires et de fatigue. Les symptômes disparaissent généralement en deux à sept jours. Il n’existe actuellement aucun traitement ni vaccin contre la maladie.
Quelles en sont les complications? D’après les intervenants, une recrudescence du syndrome de Guillain-Barré a été observée lors de la première flambée épidémique de maladie à virus Zika au Brésil. Le syndrome de Guillain-Barré est une affection où le système immunitaire attaque une partie du système nerveux. Provoqué par différents virus, il peut affecter l’homme à tout âge. Les principaux symptômes sont une faiblesse musculaire et des picotements dans les bras et les jambes. Des complications graves surviennent en cas d’atteinte des muscles respiratoires et l’hospitalisation est alors nécessaire. On observe un rétablissement dans la plupart des cas, mais les effets, comme la faiblesse, peuvent persister chez certains sujets. Une augmentation du nombre des nouveau-nés atteints de microcéphalie au moment où sévissait une flambée épidémique de maladie à virus Zika a également été observée. La microcéphalie est une affection entraînant la naissance d’un enfant avec une tête plus petite que la normale ou un arrêt de la croissance de la tête après la naissance. Si elle s’associe avec une croissance insuffisante du cerveau, les nourrissons atteints peuvent présenter des handicaps du développement.

 Nada Jureidini
 

Les personnes à risque
Le Dr Rabih Hallit, spécialiste en maladies infectieuses et en médecine interne, répond aux questions de Magazine.

Comment se transmet le virus et y a-t-il des cas au Liban?
Le virus Zika se transmet aux humains par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aedes dans les régions tropicales. Le virus pourrait aussi se transmettre par voie sexuelle si la personne a été piquée auparavant et en a été infectée. C’est plutôt l’homme qui peut le transmettre à la femme. Des cas de transmission ont eu lieu lors de rapports sexuels. Les personnes, vivant dans des régions où le virus est présent ou en reviennent, doivent prendre des précautions en utilisant un préservatif pendant les rapports sexuels. C’est le seul moyen efficace contre toutes les infections sexuellement transmissibles. Au Liban, nous n’avons pas, jusqu’à présent, des cas signalés. Mais ce genre de moustiques y est présent. Cependant, ce ne sont pas tous les moustiques de ce type qui portent ce virus.

Qui sont les personnes les plus à risque et comment s’en protéger?
Ce virus est plus dangereux pour les femmes enceintes à cause de la microcéphalie qui affecte l’enfant à sa naissance. Les femmes enceintes ou celles qui planifient une grossesse doivent faire particulièrement attention et se protéger contre les piqûres des moustiques pouvant transmettre ce virus. Eviter d’aller dans les régions endémiques où le virus est présent, appliquer des crèmes ou des sprays anti-moustiques et porter des vêtements couvrant tout le corps sont parmi les précautions à prendre. Pour les autres personnes, il faut prendre les mêmes précautions. Il ne faut cependant pas s’alarmer, puisque le virus est bénin dans 99% des cas.

Propos recueillis par Nada Jureidini

Related

Benoît XVI renonce. La fin d’un pontificat austère

admin@mews

Réfugiés syriens. Bientôt un million au Liban

admin@mews

Maladies cardiaques. Les moyens de prévention

admin@mews

Laisser un commentaire