Magazine Le Mensuel

Nº 3045 du vendredi 18 mars 2016

  • Accueil
  • general
  • Eliane Ashkar, directrice artistique de Graphics eMotion. «Nous rêvons d’avoir des projets au Liban»
general

Eliane Ashkar, directrice artistique de Graphics eMotion. «Nous rêvons d’avoir des projets au Liban»

C’est un beau succès qui mérite qu’on s’y arrête. Avec l’exposition actuelle au musée des beaux-arts de Montréal, Graphics eMotion obtient une belle renommée. Opérant dans le domaine des nouveaux médias et spécialisée dans les installations artistiques et les expériences immersives et interactives, l’agence a un bel avenir devant elle. Nous avons rencontré Eliane Ashkar, la directrice artistique.
 

Le Musée des beaux-arts de Montréal a sélectionné Graphics eMotion pour proposer une expérience multimédia dans le cadre de l’exposition de Pompéi. Pourquoi ce projet est-il si important pour vous?
Le projet de Pompéi est important pour plusieurs raisons. D’abord, il a été réalisé en partenariat avec le Musée des beaux-arts, la plus importante institution artistique de Montréal et avec qui notre agence a une grande affinité. Il se situe en plein cœur de l’axe stratégique de Graphics eMotion et porte un intérêt aux espaces artistiques publics et communautaires. De plus, réussir à susciter l’émotion et à immerger le visiteur dans ce drame saillant de l’an 79 de l’Histoire de l’Empire romain, grâce aux projections sur trois murs qui se fissurent puis s’écroulent pour laisser place aux nuées ardentes qui enveloppent la salle, représente un grand défi comme ceux que notre équipe aime relever. J’ajoute que cette exposition, qui comprend plusieurs expériences multimédias réalisées par l’agence, dont une fresque murale animée représentant la beauté des jardins de Pompéi, est accessible au grand public de tout âge, et ce pendant plus de sept mois. Ce qui engendre évidemment une visibilité accrue pour Graphics eMotion si on le compare à d’autres projets plus restreints dans le temps.

Mais outre cette expo, vous avez déjà eu l’occasion de travailler sur des projets importants. Sur lequel faut-il s’arrêter selon vous?
L’agence a réalisé plusieurs projets d’envergure qui lui ont donné une reconnaissance sur le marché international. Nous citons: CHARABIA, une installation multimédia à la Place des arts de Montréal qui explore l’évolution de la calligraphie traditionnelle arabe vers le monde numérique dans le cadre du Festival du monde arabe, Create the stars, une installation interactive géante jumelée à une application web d’avant-garde centrée sur la création, la dédicace, le partage et la projection d’étoiles dans le ciel de New York, où les étoiles réelles ne peuvent être vues. Notre agence a également conceptualisé et produit l’installation et la projection pour Google dans le cadre de TED 2014 à Vancouver, et fourni des solutions pour le Cirque du Soleil, Jennifer Lopez, Lise Watier, Terra Karnaval et bien d’autres.

Enfin, avez-vous travaillé sur le marché libanais? Sinon, aurez-vous envie de le faire?
En tant que Libano-Canadiens, nous adorerons avoir des projets dans notre pays d’origine. Par le passé, nous avions eu la chance de proposer quelques idées, mais la situation politique a empêché certains projets de se concrétiser. Mais je suis convaincue que si l’occasion se présente, ce sera un rêve devenu une réalité pour nous.

Propos recueillis par Pauline Mouhanna

Quid sur l’exposition de Pompéi?
C’est la plus importante exposition sur Pompéi jamais présentée au Québec. Elle a déjà attiré 273 000 visiteurs (source: le Musée des beaux-arts de Montréal). Plus de 220 artéfacts archéologiques sont proposés. Des mosaïques, des fresques, des statues de bronze et de marbre, des objets d’art décoratifs, des ustensiles et des accessoires personnels provinciaux de l’Empire romain figés dans le temps par l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C.
http://www.graphicsemotion.com/

Photos: SebastienRoy.ca

Related

Fingers Verities Senses. Quand la femme ploie et se déploie

Au festival Al Bustan. Allégresse, lyrisme et puissance en trois temps

Hagop Pakradounian, député et secrétaire général du Tachnag. «Pourquoi pas de consensus autour d’un président fort?»

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.