Magazine Le Mensuel

Nº 3046 du vendredi 25 mars 2016

Spectacle

Le dîner de cons. Rira bien qui rira le dernier

Présentée au Palais des Congrès par les productions Eleftériadès, la fameuse pièce de Francis Veber, Le dîner de cons, mise en scène par Agnès Boury, a offert, pendant deux représentations, une halte de rire et de bonne humeur très appréciée par le public libanais.

Lors de dîners programmés, et pour s’amuser, une bande de copains se paient la tête d’un pauvre gars toute une soirée. Le «con» ce soir-là sera le champion des bévues en entraînant celui qui comptait se moquer de lui dans une série de malentendus, de bêtises, de gaffes qui vont bien vite dégénérer en catastrophes.
Une pièce loufoque qui accumule les pitreries autour d’un personnage toujours dépassé par les événements malgré sa bonne volonté. Pierre Brochant, l’instigateur de ce dîner de cons, devenu un rituel pour lui, se verra tour à tour bloqué par un tour de reins, largué par sa femme, vérifié par un contrôleur fiscal et insulté par sa maîtresse.
Les événements s’enchaînent pour l’éditeur, pris à son propre piège, sans qu’il ne puisse les arrêter. François Pignon, sympathique, mais gauche à souhait, simplet, mais si bon, suscite de la sympathie malgré ses conneries… et le mot n’est pas de trop. Il aura beau faire pour réparer ses méprises, il ne fera qu’enfoncer encore plus le clou dans la plaie. Pour l’aider à s’en sortir, il fera appel à son ami, un contrôleur fiscal qui, dans un jeu, absolument remarquable, viendra éclabousser la scène par sa bêtise évidente qui cache un cynisme redoutable.
Initialement la pièce de théâtre de Francis Veber, adaptée au cinéma en 1998, a connu un succès exceptionnel. Le film éponyme battra tous les records du comique. Le film sera récipiendaire de trois récompenses: César du meilleur scénario original ou adaptation, César du meilleur acteur pour Jacques Villeret (dans le rôle du con), César du meilleur acteur de second rôle pour Daniel Prévost (dans le rôle du contrôleur fiscal), sans compter le jeu hilarant de Thierry Lhermitte dans le rôle de Brochant.
Le spectre de ce succès demeure présent dans ce théâtre réactualisé et constitue un défi de taille pour ses producteurs. Mais il semble que le spectacle, rondement mené et mis en scène par Agnès Boury et servi avec brio par des acteurs de talent, dont José Paul, Patrick Haudecoeur et Grégoire Bonnet, est à la mesure de la difficulté puisque la pièce est en tournée en France et qu’au Liban, elle a fait salle comble.

Gisèle Kayata Eid

Related

Alain Plisson met en scène Dr. Knock. «Tout bien portant est un malade qui s’ignore»

admin@mews

Le noir te va si bien. Un tourbillon de fous rires

admin@mews

Stomp. Une incroyable symphonie de rythmes

admin@mews

Laisser un commentaire