Magazine Le Mensuel

Nº 3047 du vendredi 1er avril 2016

general

Sam Maloof. L’ébéniste toujours en vogue

A l’occasion de la centième année de sa naissance, l’Amérique lui a sorti son grand jeu. La publication d’un livre relatant son histoire, des expositions un peu partout se tenant de la Californie jusqu’au nord du pays. Sam Maloof, le fameux menuisier qui a construit plus de 500 objets, est indéniablement entré dans la légende. Ses œuvres aussi.
 

Sam Maloof est considéré l’un des meilleurs ébénistes au monde. En Californie, il est perçu comme le leader du mouvement des arts modernes. Durant plus d’un demi-siècle, il a conçu et produit des meubles avec une vision artistique profonde jusqu’à sa mort en 2009. Zoom sur sa carrière.
Californie, 1916. Sam voit le jour de parents libanais, à Chino, une toute petite ville de 77 000 habitants. Au fil des ans, il travaille dans le graphic design jusqu’à ce qu’une rencontre précise fera de lui l’homme qu’il est devenu. Alfreda, artiste et enseignante, tombe amoureuse de lui. A la suite de leur relation entre les années 1938 et 1941, ils se marient. Encouragé par sa femme, il commence, en 1948, sa carrière dans le bois. Commande après commande, son nom fait le tour du monde. Il est tellement apprécié qu’en 1960, il tourne le dos à des millions de dollars juste pour ne pas voir ses dessins originaux produits par la machine. A ce sujet, il affirme: «Il n’y a rien qui soit conçu ou qui sera aussi merveilleux que les mains de l’homme. La machine ne peut être un élément de surprise et ne peut faire éprouver le sentiment qu’un objet fabriqué par la main peut susciter».

 

Une demeure historique
Au cours des années, le travail de Maloof est salué. En 1985, on lui attribue la Genius Fellowship MacArthur. Il est le premier artisan à recevoir un tel prix. Son mobilier est exposé dans le Metropolitan Museum of Art, le Boston Museum of Fine Arts et la Maison Blanche Craft Collection. Au-delà de toute cette reconnaissance, ce qui frappe chez ce menuisier, c’est le bel environnement dans lequel il a construit sa vie. Sa propre résidence nichée dans un bosquet de citronniers près des montagnes de San Gabriel, en Californie du Sud, est remplie de ses meubles. Elle est devenue un lieu historique que des milliers de personnes visitent par an. On y découvre son atelier de menuiserie préservé comme un musée vivant. C’est ici qu’il a travaillé jusqu’à sa mort, à 93 ans, en 2009. Beaucoup d’événements se tiennent actuellement dans diverses villes américaines en son honneur: chaque mois, une exposition différente est organisée dans sa demeure, des tours ouverts au public dans les jardins de la maison…. Quant à l’exposition La Vie/Art/legs de Maloof, elle aura lieu, en octobre prochain, à l’Arab American National Museum.

 

Pauline Mouhanna, Atlanta, Géorgie
http://www.malooffoundation.org/

Un livre en son honneur
Le livre de Fred Setterberg, intitulé Sam Maloof: 36 views of a master woodworker, présente trente-six points de vue différents consacrés à cet artiste. Loin d’être isolé, Sam Maloof était au cœur de sa communauté d’origine. Surprenant et sociable, il a révolutionné le rôle de l’artiste au sein de sa société. Le livre comprend plus d’une centaine de couleurs et des photographies en noir et blanc.

Related

Byblos accueille Lana Del Rey. Des milliers de fans face à leur idole

Manœuvre al-Malikiya. Faire face aux forces hostiles

Journée internationale du Jazz. Le Liban au cœur de la fête

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.