Magazine Le Mensuel

Nº 3053 du vendredi 13 mai 2016

  • Accueil
  • general
  • A Zahlé la catholique. Les partis maronites l’emportent
general

A Zahlé la catholique. Les partis maronites l’emportent

Dans la capitale catholique du Proche-Orient, les maronites l’ont emporté. L’alliance des partis chrétiens formée par le Courant patriotique libre, les Forces libanaises et les Kataëb, a raflé les 21 sièges du conseil municipal face aux listes des familles Skaff et Fattouche, qui ont quand même enregistré des scores honorables. Ainsi, les élections du chef-lieu de la Békaa ont mis fin à l’adage: «Zahlé est le cimetière des partis».

En ce dimanche 8 mai, premier round des élections municipales au Liban, tous les regards étaient tournés vers Zahlé où les enjeux étaient de taille. C’est là où le premier test de l’alliance du Courant patriotique libre et des Forces libanaises avait lieu. C’est là aussi que les familles traditionnelles livraient une guerre de survie contre l’hégémonie des partis.
Quelques mois après le décès de son époux et l’échec de toutes les tentatives pour trouver un compromis, la veuve d’Elias Skaff, Myriam, avait décidé de livrer seule la bataille, avec le faible soutien du Courant du futur. Un véritable combat de titans face aux trois plus importantes formations chrétiennes: le CPL, les FL et les Kataëb. De son côté, le député Nicolas Fattouche avait aussi décidé de faire cavalier seul et de composer une liste présidée par son frère Moussa.
Ce qu’il faudrait retenir des élections de Zahlé c’est qu’elles sont la première réflexion de l’accord de Maarab et constituent un premier test, réussi, de la nouvelle entente entre le CPL et les FL. Le mur de glace qui existait entre les partisans des deux formations a été brisé sur le terrain et les deux partis ont collaboré comme un seul homme. La victoire des Forces libanaises a été interprétée comme une gifle adressée au Courant du futur et les FL se sont imposées comme une référence dont il fallait tenir compte à Zahlé.
De son côté, le général Michel Aoun a tôt fait d’affirmer que la nouvelle donne à Zahlé s’étendra sur l’ensemble du Liban. Si la liste des partis présidée par Assaad Zoughaib (qui s’est classé seulement 6e de sa liste, avec 10 867 voix) l’a bel et bien emporté et aucun autre des candidats sur les autres listes n’a pu percer, il n’en demeure pas moins que le score réalisé par la liste parrainée par Myriam Skaff était très honorable. Elle se place ainsi comme une force incontournable dont il faut tenir compte dans les échéances à venir. Durant toute cette journée électorale, Myriam Skaff a effectué plusieurs tournées dans les bureaux de vote, accompagnée de ses deux fils, Joseph et Gebran. Face aux accusations portant sur les achats de voix, elle a affirmé devant les caméras: «Ils sentent que nous sommes forts et prétendent n’importe quoi». Elle a également déclaré que quel que soit le résultat des élections, qu’elle perde ou qu’elle gagne, elle tendra la main aux autres et œuvrera pour le bien des habitants et le développement de la ville.
Des explications ont été avancées pour justifier le faible écart qui existe entre les trois listes. Certains estiment que c’est dû principalement aux voix du Hezbollah réparties entre les trois listes en compétition. Le parti avait déjà informé le général Aoun qu’il ne donnera pas ses votes aux candidats FL et qu’il répartira les 4 000 voix dont il affirme disposer sur les candidats dans chacune des trois listes en présence. Par la bouche de son secrétaire général adjoint, le cheikh Naïm Kassem, le Hezbollah a affirmé qu’il a réparti ses voix de la manière suivante: cinq candidats de la liste des partis, huit candidats de la liste du Bloc populaire et huit candidats de la liste de Fattouche. Cela expliquerait le nombre élevé des voix obtenues par les candidats du CPL sur la liste présidée par Assaad Zoughaib. Le mouvement Amal de Nabih Berry a, quant à lui, voté pour la liste de Fattouche. En revanche, l’influence du Courant du futur s’est avérée très faible.
Autre facteur à retenir de la bataille de Zahlé et de la victoire de la liste présidée par Zoughaib, c’est qu’elles ont définitivement enterré l’adage que «Zahlé est le cimetière des partis». L’alliance maronite a réussi à remporter la victoire dans la capitale catholique du Moyen-Orient face aux familles catholiques traditionnelles. De cette manière, elle concrétise les propos «ce qui est après l’accord de Maarab n’est pas comme avant». D’ailleurs, sur le terrain, la coordination entre les deux formations était bien huilée, les FL n’hésitant pas à partager leurs bureaux avec le CPL.
Malgré des rumeurs sur des achats de voix, la victoire de la liste des partis constitue une réponse au déploiement de capitaux. Le député des Forces libanaises, Youssef Maalouf, a accusé ouvertement le Bloc populaire et le député Nicolas Fattouche d’acheter des voix. Les forces de l’ordre ont même opéré une descente dans un appartement de Hoch el-Omara où se déroulaient des achats de voix au bénéfice de Fattouche. Des accusations ont été également portées contre le vote des naturalisés. Quoi qu’il en soit, les partis ont prouvé qu’ils étaient capables de gagner face au leadership traditionnel des familles.
Pour les adversaires de la liste des partis, l’interprétation est différente. Pour eux, le faible écart qui existe entre la liste de Zoughaib et celle du Bloc populaire montre que les familles sont plus puissantes que les partis et que les listes de Skaff et Fattouche réunies ont récolté plus de voix que celle de l’alliance des partis. Pour les tenants de cet avis, les chiffres montrent que la théorie qui veut que le CPL et les FL représentent, après leur entente, 85% de la scène chrétienne est totalement erronée.
 

Hezbollah vote Zoughaib
Le faible écart qui existe entre le dernier sur la liste gagnante et le premier sur la liste perdante est de 146 voix. Cela montre l’intensité de la bataille qui a eu lieu et l’enjeu important des voix du Hezbollah. En effet, les voix du parti chiite sont allées uniquement aux cinq candidats aounistes de la liste de Zoughaib, le reste étant réparti entre la liste de Skaff et celle de Fattouche, sans pour autant pouvoir assurer une victoire à l’une ou à l’autre. De cette manière, le Hezbollah a réussi à conserver ses alliances dans le chef-lieu de la Békaa. Quant aux voix sunnites qui sont allées à la liste du Bloc populaire, elles ont montré la faiblesse de l’influence du Courant du futur à Zahlé et le peu de poids qu’il a dans la région.
Les élections dans «la mariée» de la Békaa ont également montré que les partisans de toutes les formations s’en sont tenus aux listes entières. Alors que l’on craignait un panachage féroce, celui-ci n’a pas eu lieu. Ceci explique aussi que la liste en entier a été élue et qu’aucune percée n’a pu être enregistrée.
La «dimension maronite» de la bataille électorale était très présente. La majorité des voix de cette communauté a été recueillie par la liste gagnante, alors que la plupart des voix catholiques se sont réparties entre Skaff et Fattouche. Au lendemain de l’élection, Assaad Zoughaib a affirmé qu’il tendait la main à toutes les parties et qu’il était à égale distance de tous. «Nous allons travailler tous ensemble pour le développement de Zahlé», a-t-il promis.

Joëlle Seif

Défection des votes musulmans
Le taux de participation à Zahlé était de 41,6%. Pourtant, dans la journée l’affluence était faible. A la mi-journée, la participation n’atteignait que 17%. Il a fallu l’intervention directe de Samir Geagea et du général Michel Aoun pour pousser les gens à se diriger vers les urnes. Selon l’expert Abdo Saad, la liste des partis l’a emporté parce que les voix musulmanes sur lesquelles comptait la liste Skaff ont failli. On s’attendait à 5 000 voix, mais seules 3 000 ont été en fin de compte décomptées. Alors que les Forces libanaises et les aounistes avec leurs partisans ont mis la liste telle quelle pour assurer leur victoire.

Related

Une performance époustouflante

admin@mews

Ministres et députés de retour d’Arabie. La politique de Riyad restera inchangée

admin@mews

Nominations militaires. Stratégie du vide et petits comptes politiques

admin@mews

Laisser un commentaire