Magazine Le Mensuel

Nº 3054 du vendredi 20 mai 2016

  • Accueil
  • general
  • La méningite tue 1 à 4 personnes sur 10. Une maladie à traiter en urgence
general

La méningite tue 1 à 4 personnes sur 10. Une maladie à traiter en urgence

La méningite est une infection sérieuse qui s’attaque aux méninges, membranes entourant le cerveau et la moelle épinière. Les infections à méningocoque peuvent progresser rapidement et entraîner la mort en 24 heures. Explications.

Potentiellement mortelle, la méningite doit être traitée en urgence. Même traitée à temps, 1 personne sur 10 atteintes de la méningite à méningocoque peut mourir. Si l’infection des méninges se couple à une infection du sang, le taux de morbidité s’élève à 4 personnes sur 10. Environ 20% des survivants peuvent souffrir de séquelles à vie: paralysie des membres, leur amputation, cécité, surdité, retard mental, épilepsie. «La méningite est une maladie potentiellement mortelle qui ne peut être évitée que par la vaccination, affirme le Pr Ghassan Dbaibo, responsable des maladies infectieuses pédiatriques au centre médical de l’Université américaine de Beyrouth. Le vaccin est disponible, sûr et efficace et doit être administré conformément aux recommandations du pédiatre afin d’éviter les séquelles à vie», dit-il. Ce qui rend la maladie encore plus dangereuse, c’est que les premiers symptômes ressemblent à ceux d’un état grippal: fièvre, maux de tête, nausées et vomissements, irritabilité, gorge douloureuse ou encore perte de l’appétit. Les symptômes spécifiques à la méningite – éruption hémorragique, douleur et rigidité de la nuque – surviennent dans un second temps, alors même que la maladie est déjà à un stade avancé. Des symptômes tardifs comme la confusion, les délires, les convulsions ou la perte de connaissance peuvent apparaître rapidement et entraîner la mort. D’où l’importance de la rapidité de la prise en charge du patient.
La méningite à méningocoque touche principalement les enfants (particulièrement ceux de moins de 5 ans) et les adolescents. La bactérie responsable de l’infection se transmet de personne en personne par voie respiratoire à travers les sécrétions nasales et buccales ou par contact direct. Les personnes qui évoluent dans des milieux à forte densité de populations, comme les pèlerins du hajj, les étudiants en dortoirs ou les militaires sont, elles aussi, plus exposées à la maladie.
Parce que la méningite à méningocoque est une infection imprévisible qui touche généralement des personnes en bonne santé et entraîne des complications en un laps de temps très court, la prévention est une étape clé pour combattre cette maladie. Il existe ainsi des vaccins sûrs et efficaces qui, outre le bénéfice direct, entraînent une immunité de groupe permettant aux personnes vaccinées de protéger celles qui ne le sont pas. La plupart des méningites sont dues à des virus et guérissent sans conséquence. Dans 20 à 30% des cas, les méningites sont bactériennes et certaines d’entre elles peuvent provoquer des séquelles en induisant des lésions cérébrales. Le traitement des méningites bactériennes repose sur l’emploi d’antibiotiques, qui seront administrés au début par voie intraveineuse pendant plusieurs jours de suite. La méningite à méningocoque est un fardeau mondial qui affecterait  chaque année 1,2 million de personnes et entraîne la mort de 135 000 d’entre elles.

NADA JUREIDINI

Journée mondiale
Afin de soutenir la journée mondiale contre la méningite, Sanofi Pasteur a organisé une conférence de presse pour faire le point sur la maladie et rappeler l’importance de la prévention par la vaccination pour cette affection qui peut tuer en 24 heures. Célébrée le 24 avril, la journée mondiale contre la méningite met l’accent sur l’intérêt de la vaccination, tout en soutenant les personnes souffrant de l’infection.

Related

Municipalités. Longue expérience, peu de moyens

May Arida. Témoin d’une époque

L’environnement sinon rien. Et le combat se poursuit

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.