Magazine Le Mensuel

Nº 3069 du vendredi 2 septembre 2016

à la Une

Mère Teresa canonisée. Les pauvres ont une sainte

Dix-neuf ans après sa mort, Mère Teresa, la religieuse qui a passé sa vie au chevet des déshérités, a été canonisée, dimanche 4 septembre, par le pape François. En 2003 déjà, le pape Jean-Paul II l’avait déclarée bienheureuse. A Rome, la liturgie de canonisation. En Inde, fleurs, bougies, chants et émotion.

«Nous déclarons la bienheureuse Teresa de Calcutta sainte et nous l’inscrivons parmi les saints, en décrétant qu’elle soit vénérée en tant que telle par toute l’Eglise». Le pape François a prononcé ces mots, dimanche 4 septembre, place Saint-Pierre à Rome, devant quelque 100000 fidèles et près de 600 journalistes, venus du monde entier témoigner de l’encensement de la Mère Teresa, icône mondiale de la charité. La foule brandissait des drapeaux aux couleurs des pays des quatre coins de la planète.
Fondatrice de l’Ordre des Missionnaires de la Charité (1950) et prix Nobel de la paix (1979), celle qui a œuvré toute sa vie pour aider les pauvres, notamment à Calcutta, a été donc relevée par le souverain pontife au rang des saints.
Le pape François avait ouvert la voie de sa canonisation en approuvant, en décembre dernier, un décret entérinant un second miracle, nécessaire pour élever une personne au rang de saint. François a aussi signé, le 15 mars dernier, le décret de canonisation de la religieuse née en 1910, en Macédoine, dans une famille albanaise, et décédée, en septembre 1997, à 87 ans.

En Inde, fleurs et chants

Si la sanctification s’est déroulée à Rome, en Inde, où elle a vécu toute sa vie, l’événement a été célébré en grande pompe.
A Calcutta, dans l’est de l’Inde, les fidèles affluaient sur la tombe de la religieuse au sari blanc et bleu, des bouquets de fleurs à la main. Ils y ont allumé des bougies, tandis que des religieuses entonnaient des chants en son honneur. Ils ont commencé à se réunir dès les premières heures de la matinée dans la maison-mère de sa congrégation, où elle repose dans une tombe que les sœurs décorent chaque jour d’une parole écrite avec des pétales de fleurs. Une messe spéciale devait y être célébrée en l’honneur de la «Sainte des caniveaux», missionnaire de la charité et de l’amour, avant la cérémonie à la basilique Saint-Pierre de Rome.

Le jour de sa fête dans le calendrier catholique des saints a été fixé au 5 septembre, jour anniversaire de sa mort en 1997.

Karla Ziadé

Related

Chiite, salafiste, kurde, israélien. Les nouveaux «croissants» du Moyen-Orient

Aoun et Geagea enterrent la hache de guerre. L’essentiel reste à faire

Antiquités. Le Liban au cœur du trafic

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.