Magazine Le Mensuel

Nº 3070 du vendredi 7 octobre 2016

  • Accueil
  • general
  • Les 20 ans de Masrah al-Madina. L’aventure de Nidal Achkar
general

Les 20 ans de Masrah al-Madina. L’aventure de Nidal Achkar

Du 14 au 26 octobre, rendez-vous, chaque soir, à Masrah al-Madina, pour célébrer les 20 ans du théâtre.

Ambiance de fête au Madina. C’est peu dire, très peu dire. Masrah al-Madina célèbre, en octobre, ses 20 ans d’existence, ses «20 premières années». «Je serai avec vous pour les 20 années à venir», promet Nidal Achkar. Entourée d’une pléiade de metteurs en scène, de comédiens et d’artistes, toutes générations théâtrales confondues, le 21 septembre, tous rassemblés autour d’elle, Mme Achkar brillait des milles feux de ce théâtre qui persiste et résiste, au cœur de tous ces «volcans en éruption».
Simon Chahine, Georges Wassouf, Joan Littlewood, Hicham Jaber, Ziad Rahbani, Saadallah Wannous, Adonis, Jalaleddine Weiss, Nour el-Charif, Leila Aloui… Tous ces noms ont traversé Masrah
al-Madina, depuis son lancement en 1993-1994 à la rue Clémenceau, en passant par sa délocalisation à la rue Hamra en 2004, jusqu’à la création de la salle de cabaret Métro al-Madina en 2011-2012, et aujourd’hui encore…
«Que d’années de rêves devenus réalité», s’exclame-t-elle, soulignant l’insistance des médias et du public, de tous les donateurs, sans qui… «en tout cas, on aurait persisté, car, vous le voulez, vous voulez que Masrah al-Madina reste». Pour ces 20 années, plusieurs artistes se sont rassemblés «en génie, en rêve et en partage» pour donner à voir au public leurs nouvelles créations, en cours de travail ou préparées pour l’occasion.
Chaque soir, deux performances, de 30 minutes et d’une heure, 25 performances au total, joignant les noms de Fouad Naïm, Rima Khcheich, Roger Assaf, Khaled Abdallah, Soumaya Baalbaki, Lina Abyad, Rabih Mroué, Issam Bou Khaled, Jacques Maroun, Jahida Wehbé, Nada Kano, Abdel-Karim Chaar, Pierre Geagea, Karim Dakroub… pour s’interroger avec Nagi Souraty sur la géographie du corps, de la ville, du monde, cette géographie qui n’a plus de lien avec l’Histoire; pour écouter avec Michel Jaber l’histoire difficile d’une femme et lui demander, non pas comment vont tes enfants ou ton mari, mais Kifik ya Leila?; pour attendre, avec Lina Khoury, le temps qu’elle achève son Haké rjél, dix ans après Haké neswén, et comparer les spectateurs d’une pièce de théâtre et les téléspectateurs chez eux; pour remettre sur la table, avec Zoukak, le théâtre de Shakespeare et les questions de pouvoir; pour assister avec Zeina Daccache à la projection-vidéo de la pièce jouée par les prisonniers de Roumié, Johar up in the air… pour vivre la ville, Beyrouth et son Masrah…

Billets: 15 000 L.L., 25 000 L.L., 35 000 L.L.

A ne pas rater
Habibi mich asmin
Mise en scène par Maurice Maalouf, jusqu’au 16 octobre.
Théâtre Monnot

Le cas Martin Piche
Mise en scène par Hervé
Devolder, du 27 au 30 octobre.Théâtre Monnot.

Kafas
Mise en scène par Lina Abyad, jusqu’au 30 octobre.
Métro al-Madina.

Esmi Julia
De Yahya Jaber.
Teatro Verdun.

Nayla Rached

Related

Le monde unipolaire n’est plus. Le grand retour de la Russie

admin@mews

L’excès de sel. Attention à l’accident vasculaire cérébral

admin@mews

Samir Geagea. Un guerrier en quête de paix

admin@mews

Laisser un commentaire