Magazine Le Mensuel

Nº 3075 du vendredi 3 mars 2017

Livre

Livres

La Garçonnière de la République
D’émilie Lanez
Ed. Grasset
Journaliste au Point, Emilie Lanez dévoile là cinquante ans de vie politique française. Au fond du parc de Versailles, un petit palais invisible, appelé La Lanterne, caché par des arbres centenaires, protégé par des dizaines de caméras à infrarouge. Les personnages s’appellent Cécilia et Carla Sarkozy, Valérie Trierweiler et Julie Gayet, François Mitterrand, Jacques Chirac, André Malraux, ainsi que tout le personnel. Entre les réveillons du président, les visiteurs du dimanche et les draps blancs froissés au petit matin, ils s’adonnent à mille caprices, abusent de leurs privilèges et s’enivrent de ne pas avoir à rendre compte. La royauté a des charmes que la démocratie ignore…

 

 

 

La Quatrième révolution industrielle
De Klaus Schwab
Ed. Dunod
Le fondateur du Forum économique mondial de Davos qui, depuis plus de 40 ans, joue un rôle central pour penser la globalisation, en collaboration avec de nombreux leaders, propose une réflexion unique sur notre monde hyperconnecté. Didactique et riche en exemples concrets, soulignant à la fois les espoirs et les menaces de cette 4e révolution industrielle ainsi que ses bouleversements complexes et interdépendants, Schwab dessine un nouveau référentiel pour l’homme, qui doit ainsi réinventer sa manière de vivre, de travailler, de consommer, pour penser et façonner notre futur autour des notions de prospérité et d’humanisme.

 

 

Un racisme imaginaire: Islamophobie et culpabilité
De Pascal Bbuckner
Ed. Grasset
Ce livre polémique, bien avant sa sortie, soulève la querelle au sujet du terme même de l’islamophobie. Citant en exergue Salman Rushdie sur l’invention du mot «islamophobie» pour «permettre aux aveugles de rester aveugles», Bruckner invite «à délégitimer» ce terme, «à instiller le doute à son sujet», puisqu’il permet, selon lui, «de stigmatiser les traîtres à la foi coranique, tout en imposant le silence aux Occidentaux impies, … La guerre contre l’intégrisme se mènera d’abord dans le champ des idées».

 

 

Toutes les mers
De Michèle Standjofski
Ed. Des ronds dans l’O
Si quelqu’un peut parler «d’identités plurielles», c’est bien Michèle Standjofski qui retrace dans Toutes les mers son arbre généalogique, ses arrière-grands-parents paternels et maternels, venus d’Italie, de France, de Russie, de Grèce et de Turquie et qui se retrouvent d’une manière ou d’une autre à Beyrouth. Beyrouth, où Michèle Standjofski est née, où elle a choisi de vivre, et à laquelle elle est attachée. Avec ses dessins réalisés aux crayons, ses couleurs tendres et vivantes, ses personnages truculents, sa BD dresse une passerelle entre plusieurs mondes, tout en transportant chaque lecteur chez soi.

Nayla Rached
 

Related

La Palestine, l’argent et le pétrole de Lina Murr Nehmé. L’histoire du sionisme, racontée du Liban

Ma Marseillaise de Darina Al Joundi. «Le corps a sa mémoire qui ne le quitte pas»

Des goûts et des espoirs, de Nagy el-Khoury. S’engager pour changer

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.