Magazine Le Mensuel

Nº 3094 du vendredi 5 octobre 2018

  • Accueil
  • à la Une
  • L’économie peine, les finances résistent. Pas d’effondrement imminent
à la Une En Couverture

L’économie peine, les finances résistent. Pas d’effondrement imminent

Un vent d’affolement gagne le pays. Les milieux d’affaires sont inquiets, les gens ordinaires aussi craignent pour leur épargne et leur pouvoir d’achat. Certains prévoient un effondrement imminent de l’économie, des finances et de la livre. Mais ce scénario du pire n’est pas pour demain. Voilà pourquoi!
 

Les rumeurs sur une prochaine faillite de l’Etat et un effondrement de la livre foisonnent. Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles, assaisonnées de «fake news», comme celle portant sur l’intention présumée du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, de démissionner de son poste qu’il occupe depuis 24 ans. Ce climat d’incertitude et d’angoisse n’aurait pas été aussi pesant si The Economist n’avait pas abondé dans ce sens. Le 30 août, le magazine britannique publiait un long article particulièrement alarmiste, évoquant «une crise bancaire qui menacerait la monnaie» nationale. «L’économie libanaise repose sur le tourisme, l’immobilier et les finances pour sa croissance. Les trois (secteurs) semblent prospérer. Mais cela n’est qu’une illusion», écrit le prestigieux hebdomadaire.
La situation semble assez inquiétante, en tout cas, pour que le président de la République, Michel Aoun, se voie contraint, le 19 septembre, d’assurer que le Liban «n’est pas au bord de la faillite». «La livre libanaise n’est pas en danger», a-t-il martelé devant ses visiteurs, mettant en garde contre les rumeurs qui circulent au sujet de la situation économique. Le chef de l’Etat est d’ailleurs en partie responsable du climat de crainte ambiant puisqu’il a été l’un des premiers à parler de «la faillite financière du pays» dans une déclaration surprenante, en mars, à la veille de la Conférence CEDRE. Le choc provoqué par les propos présidentiels avait été si fort que Riad Salamé s’était époumoné, pendant des semaines, pour assurer que le Liban n’était pas en banqueroute.
Le retard pris dans la formation du gouvernement a sapé davantage la confiance, à l’heure où les échéances économiques et financières s’accumulent, et que les bailleurs de fond internationaux – étatiques et institutionnels – attendent les réformes promises dans le sillage de CEDRE. La situation est jugée suffisamment grave pour que patronat et syndicats réclament à l’unisson, le 25 septembre, lors d’une conférence de presse conjointe, la formation rapide d’un gouvernement. L’immobilier, le tourisme, l’industrie, le commerce de détail, aucun secteur n’est épargné, ont déploré les partenaires sociaux.
Le même jour, au Parlement, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, dénonçait une «campagne» contre la livre, affirmant que le Liban n’est pas en faillite.

Indicateurs dans le rouge
Les nouvelles ne sont pas bonnes, c’est un fait indiscutable. Les «histoires» entendues ici et là sur les difficultés rencontrées par les entreprises, contraintes par dizaines de mettre la clé sous la porte ou de prendre des mesures douloureuses (licenciements massifs, gel ou baisse des salaires etc.) pour éviter la faillite sont corroborées par les chiffres. «Au niveau de l’économie réelle, la croissance est de moins de 2%, comparée à une moyenne de 5% longtemps observée au Liban, et aux 9% par an, connus lors du boom de la seconde moitié de la décennie précédente», affirme à Magazine Marwan Barakat, économiste en chef de Bank Audi. L’expert ajoute que les «investissements se contractent et les investisseurs reportent leurs grandes décisions. Celui qui veut construire un hôtel, ouvrir un restaurant ou lancer un business ajourne son projet, comme le montre le recul du volume des crédits bancaires accordés au secteur privé». Les chiffres de Kafalat, l’organisme qui garantit les prêts pour les PME, confirment ces propos. «En 2016, 117 projets touristiques ont été traités, soit un recul de 6% par rapport à 2016. En 2018, la baisse pourrait être de 18%, selon les projections faites à partir des données déjà disponibles», écrit The Economist. 
L’inflation, proche de zéro en 2016, atteindrait 8% cette année, presque le double qu’en 2017 (4,5%), à cause des effets de l’échelle des salaires dans le secteur public et des taxes et impôts qui l’ont accompagnée. «Nous sommes proches de la stagflation», précise Marwan Barakat, car le ralentissement de la croissance s’accompagne d’une hausse des prix et des salaires.
«Le chômage a doublé ces cinq dernières années, atteignant 20%, et presque aucun nouvel emploi n’est créé pour les 30000 Libanais qui débarquent chaque année sur le marché du travail», souligne le chef du département de la recherche à Bank Audi.

Déséquilibres fondamentaux
Le tableau économique brossé par Hassan Moukalled n’est guère plus reluisant. Le Liban importe pour 20 milliards de dollars de produits manufacturés ou autres par an et n’en exporte que 2 milliards. Avec un service de la dette qui pompe entre 4,5 et 7 milliards de dollars annuellement, le pays a besoin, tous les ans, de 10 à 12 milliards de dollars pour payer ses factures. C’est là que réside le cœur du problème, selon l’expert économique. «Avant 2011, nous importions pour 11 milliards et exportions pour 4,6 milliards de dollars. Entre 20 et 25% de nos besoins étaient produits au Liban, dit-il. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pour pallier le manque de dollars, nous avons été contraints d’inventer des ingénieries financières.»
Selon M. Moukalled, le modèle économique basé sur les services plutôt que sur les secteurs productifs, prôné par l’ancien Premier ministre, Rafic Hariri, est à l’origine de la situation actuelle et a provoqué les grands déséquilibres que connaît le Liban.
La situation a empiré à partir de 2011 avec la fermeture des marchés syriens et égyptiens pour l’écoulement des produits libanais ou les activités de transit. Résultat: moins de dollars entrent dans le pays. L’afflux de centaines de milliers de réfugiés, qui pèse sur les factures, y compris celle des importations, a aggravé les choses. Enfin, poursuit Hassan Moukalled, la détention de Saad Hariri en Arabie saoudite, en novembre 2017, a donné le coup d’envoi à une «grande guerre économique» contre le Liban. «On se souvient des déclarations de Adel al-Jubeir sur le secteur bancaire libanais qui financerait le terrorisme, selon lui, précise l’expert. Dans le même temps, les Saoudiens et leurs alliés du Golfe ont imposé de sérieuses restrictions aux transferts et ont demandé aux milieux d’affaires qui gravitent dans leur orbite de retirer leur argent du Liban».
A ce schéma sombre et ses indicateurs peu encourageants, il faut ajouter les sanctions américaines contre des personnes et des entités proches du Hezbollah ou du régime syrien, qui gênent le développement du secteur bancaire. Ce même secteur a d’autre part commis une erreur d’appréciation, selon M. Moukalled, en décidant, au début de la crise en Syrie, de ne pas accueillir dans les banques libanaises des dépôts syriens. Résultat: 5 milliards de dollars sont allés en Turquie, 4 milliards à Dubaï et 3 milliards en Egypte, au lieu de venir au Liban. «Les banquiers pensaient que le régime allait tomber très vite, ils se sont trompés, comme beaucoup d’autres», déclare-t-il.
Solides lignes de défense. Malgré ce tableau inquiétant, Marwan Barakat et Hassan Moukalled, comme d’autres experts interrogés par Magazine, assurent qu’il n y a aucun risque d’effondrement financier et monétaire imminent. Car si de nombreux indicateurs sont dans le rouge, d’autres se portent bien. «La croissance des dépôts bancaires (200 milliards de dollars, ndlr) s’est poursuivie cette année et atteindra 5% selon les performances enregistrées les 7 premiers mois, indique le Dr Barakat. Cela est suffisant pour financer les besoins des secteurs public et privé.» Autre bonne nouvelle, la part des livres libanaises dans les dépôts bancaires, qui a atteint presque 40% cette année, ce qui suggère que malgré le climat de crainte, les mauvaises performances économiques et les incertitudes politiques, les Libanais n’ont pas perdu confiance dans leur monnaie nationale et ne cherchent pas à s’en débarrasser. «De plus, ajoute l’économiste en chef de Bank Audi, la part des non-résidents dans la croissance des dépôts bancaires est de 34% cette année, comparé à presque zéro à la même période l’an dernier».
Marwan Barakat affirme que les deux principales «lignes de défense» de la stabilité monétaire «n’ont jamais été aussi solides». Il explique dans ce contexte: «La première ligne de défense sont les réserves de la BDL en devises étrangères, soit environ 45 milliards de dollars (sans compter la valeur de l’or, estimée à 11 milliards de dollars, ndlr), ce qui représente 82% de la masse monétaire en livres libanaises. Il faut garder en tête que lors des graves crises qui ont secoué le pays, comme l’assassinat de Rafic Hariri, en 2005, et l’agression israélienne de 2006, seuls 30% de cette masse ont été convertis en dollars. Aujourd’hui, le Liban couvre en devises fortes 82% de sa masse monétaire nationale, ce qui constitue le double de la moyenne de pays ayant les mêmes notations et classements. La seconde ligne de défense, ce sont les liquidités en devises fortes des banques, qui représentent la moitié de leurs dépôts. Ce qui signifie que si la moitié des déposants décidaient de transférer leurs capitaux à l’étranger, les banques disposent de liquidités suffisantes pour répondre à leurs besoins. Sachant que lors des crises de 2005 et 2006, 4% seulement des dépôts ont été transférés. Si le Liban était appelé à vivre des circonstances similaires, le secteur financier serait en sécurité». 
Hassan Moukalled propose une lecture sensiblement similaire. «Le Liban a besoin pour les 18 prochains mois de 22 milliards de dollars pour financer ses importations, le service de la dette et le secteur public, dit-il. La BDL dispose de 45 milliards de dollars. Il reste donc 20 milliards de dollars avec lesquels nous pouvons nous battre aisément après avoir payé toutes nos factures». «La situation économique est certes difficile, la conjoncture financière et monétaire de même, mais il n’y a pas d’effondrement imminent, souligne M. Moukalled. Sans aucune nouvelle mesure, nous pouvons honorer tous nos engagements pour les 18 premiers mois. Sachant que les flux de dollars continuent d’arriver. Selon la BDL, entre 7,5 et 10 milliards de dollars sont entrés au Liban en 2017. Le même montant est attendu en 2018, bien que les dépenses publiques aient augmenté d’un milliard de dollars».
Dans ce contexte, l’expert déplore la poursuite du recrutement dans les administrations publiques, y compris les forces armées. «Depuis l’adoption de l’échelle des salaires, 20000 personnes ont été embauchées. L’Etat continue de dépenser comme si le pays n’était pas confronté à de graves difficultés», dit-il.
Nous sommes certes loin du miracle libanais tant vanté depuis des décennies. Mais il faut reconnaître que d’autres pays, confrontés à des difficultés moins graves, ne sont pas parvenus à garder la tête hors de l’eau. Cette résilience est due à une multitude de facteurs, dont la capacité des Libanais à supporter les pressions et à imaginer des solutions. Elle est due, aussi, à la gestion de Riad Salamé, qui, tout en encourageant le développement du secteur bancaire ces 20 dernières années, n’a pas hésité à utiliser ces mêmes banques comme rempart pour défendre la stabilité de la livre, en adoptant des mesures strictes assorties de lourdes pénalités pour freiner la fuite des capitaux et la conversion massive des livres en dollars. Il l’a fait à deux reprises, depuis 2006: lors de la dernière semaine de la guerre de juillet et pendant la détention de Saad Hariri en Arabie saoudite. Riad Salamé a aussi géré avec doigté le dossier des sanctions américaines qui, comme une épée de Damoclès, menace le secteur bancaire. Il a encore du pain sur la planche, surtout si les informations faisant état de la publication, vers la fin de l’année, par les Etats-Unis, d’une liste comportant entre 300 et 1000 noms de Libanais supposés «financer le terrorisme», se confirmaient.

 

Concours de circonstances
«Avec une économie basée à 90% sur l’importation, il faudrait «une imprimerie de dollars ou un secteur touristique 5 fois plus important pour rester debout», affirme Hassan Moukalled. Ce à quoi le Liban est confronté aujourd’hui est le résultat de choix économiques datant de 25 ans, initiés par Rafic Hariri. «Déjà en 2001, nous étions au bord de la faillite, nous avions besoin de l’entrée dans le pays de 3 milliards de dollars pour financer nos besoins, se souvient-il. La conférence Paris I avait justement été décidée car nous n’arrivions pas à trouver cette somme. Mais avec l’accord du secteur bancaire, Riad Salamé a emprunté aux banques 4 milliards de dollars à 0%. Cette mesure a fait baisser les taux d’intérêt de 12 à 8%, ce qui a eu un impact positif sur l’ensemble des secteurs.»
«Le Liban a profité d’un concours de circonstances heureuses, ajoute M. Moukalled avant d’expliquer: «Après le 11 septembre 2001, ce ne sont pas 3 milliards mais 11 milliards qui sont entrés au Liban. Il s’agissait de l’argent des Arabes qui fuyait les Etats-Unis. Le même scénario s’est reproduit après la crise financière internationale de 2008, qui a vu affluer au Liban des milliards de dollars. Nous ne voyions plus la crise bien qu’elle était bien là. Le pays a besoin de réformes radicales. Nous pouvons changer entièrement le visage du pays en trois ans si nous passons de l’économie de rente à l’économie productive.»

Paul Khalifeh
 

Related

[Copy of] Triage, recyclage, incinération, exportation… Crise des déchets: on tourne en rond

admin@mews

Naïm Kassem. «Nous quitterons la Syrie à la fin du conflit»

admin@mews

Les négociations tournent en rond. Pas d’élections en juin

admin@mews

Laisser un commentaire