Magazine Le Mensuel

Nº 3096 du vendredi 7 decembre 2018

à la Une Dossier

Secteur bancaire. Un acteur social responsable

Les banques ont une image négative au regard des citoyens qui les trouvent parfois cupides voire immorales. Une grande partie de la société voit dans l’adoption du concept de la Responsabilité 
sociale des entreprises (RSE) 
un moyen de marketing pour 
embellir leur réputation, rares sont ceux qui voient un concept de «public service» et de «trusteeship» qui stipulent l’idée d’un contrat implicite, caractérisant la relation entre la banque et la société.
 

Les banques libanaises ne manquent pas d’idées pour une société meilleure et se livrent une concurrence tacite pour la servir. La Commission européenne (2001) a adopté une définition qui ménage les deux aspects fondamentaux de la RSE, contrainte et volontarisme: «Être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables mais aller au-delà et investir davantage dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes. Cela suppose l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes».
Bank Audi, Blom Bank, Fransabank et SGBL (par ordre alphabétique) ont jeté la lumière sur les tenants et aboutissants des choix qu’elles ont faits au niveau des thèmes et des initiatives de responsabilité sociale de leur entreprise dans le souci d’une meilleure approche du citoyen.

Bank Audi   
Respect des normes ISO 26000 du Pacte mondial des Nations unies et adoption du no 5 ODD. L’approche de Bank Audi en matière de RSE suit unestratégie concrétisée par son engagement à respecter 5 piliers essentiels: la gouvernance d’entreprise, le développement économique, le développement humain, le développement communautaire et la protection de l’environnement. Les pratiques de Bank Audi sont au cœur de son modèle d’affaires et assurent la responsabilité et la transparence que la banque aspire à maintenir afin de rester la banque la plus fiable aux yeux des parties prenantes internes et externes. «L’objectif est de magnifier notre impact social en exploitant la puissance de notre entreprise pour collaborer avec différentes parties prenantes et contribuer à une économie plus résiliente et plus stable», déclare Hasmig Khoury, responsable de la RSE à Bank Audi. «Bank Audi a réalisé d’importants progrès à ce niveau en créant des opportunités économiques, en simplifiant l’accès au financement et à la technologie, et en s’adaptant aux besoins du marché et de l’économie locale», ajoute-t-elle. En parallèle, Bank Audi collabore avec différentes organisations pour parvenir à un écosystème sociétal fort et des communautés solides, tout en touchant à des aspects humanitaires, sanitaires, sociaux, éducatifs, culturels et sportifs.
n matière de gouvernance d’entreprise, le code d’éthique et de conduite de Bank Audi défend explicitement les principes de non-discrimination, de lutte contre la corruption et du respect d’un lieu de travail exempt de violence et de harcèlement.
Ces objectifs sont alignés au respect des normes internationales ISO 26000, du Pacte mondial des Nations unies, et des Objectifs de développement durable (ODD) dont la banque en a adopté 5. ODD 4: l’éducation de qualité; ODD 5: l’égalité entre les sexes; ODD 8: le travail décent et la croissance économique; ODD 9: l’industrie, l’innovation et l’infrastructure; ODD 13: les mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques.

Projets novateurs
En matière de développement économique, Bank Audi est un acteur important de l’économie libanaise grâce au lancement de projets novateurs tels que la compétition Grow my business qui encourage les start-up et les PME. Cet aspect est également consolidé par la contribution de Bank Audi au PIB, qui s’élève à 2,20%, ou encore d’une ligne de métier dédiée aux PME (SME Banking). Pour le développement communautaire, elle collabore avec la société civile. Ainsi l’adaptation de différents programmes parmi lesquels la réplique de branche à KidzMondo; le partenariat avec Injaz Lebanon; la Global Money Week qui introduit le secteur bancaire aux élèves; le compte Spring qui s’adresse aux jeunes de 18-24 ans; la promotion de l’indépendance financière chez les personnes handicapées; et le questionnaire interactif Let’s talk money, qui teste les connaissances financières des jeunes en ligne. Il faut savoir que Bank Audi propose aussi à ses employés des opportunités de volontariat tout au long de l’année à travers son programme de volontariat (Be a hero for a day), en collaborant avec diverses ONG couvrant plusieurs domaines dont la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, l’éducation financière des jeunes de tout âge, l’assistance aux personnes âgées et aux orphelins, et la sensibilisation à l’environnement. «Le développement des compétences est une des principales priorités de Bank Audi qui attache une grande importance à promouvoir le talent sous toutes ses formes, que ce soit au sein de la banque en investissant dans la formation de nos employés, ou à l’extérieur en investissant dans le développement des compétences à l’échelle nationale, indique Hasmig Khoury. Cela ajoute à notre traduction de développement humain, la diversité, l’inclusion et l’égalité des chances sont d’une importance capitale pour nous».
«Dans le cadre de la protection de l’environnement, poursuit-elle, nous proposons des prêts à taux d’intérêt réduits aux entreprises ayant des projets qui relèvent du secteur de l’énergie. Il convient de préciser à cet égard qu’à ce jour, des prêts environnementaux de 134 millions $ ont déjà été subventionnés par la Banque centrale à taux préférentiels, et que Bank Audi a collaboré avec la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) dans le cadre d’un montage financier de 200 millions $ destiné à encourager les financements verts au Liban». Bank Audi s’engage à réduire son empreinte annuelle de carbone en mesurant ses émissions de carbone et en prenant des mesures concrètes pour les réduire. Aussi incite-t-elle les générations futures à faire de même par l’intermédiaire de sa plateforme en ligne My Carbon Footprint.
«Le principal défi a été de faire accepter à la direction de la banque l’idée que la RSE est alignée avec nos produits et services, parce qu’après tout, il n’y a pas que les donations et le mécénat qui rendent une institution responsable», insiste Mme Khoury, ajoutant que «le statut environnemental et économique du pays constitue également un défi majeur». L’absence de motivation et la non application des lois existantes et de directives gouvernementales en matière d’éthique et de durabilité représentent des obstacles majeurs.

BLOM BANK
L’accès de tous à une éduction de qualité

Dans l’esprit de sa philosophie du développement économique et social durable, Blom Bank a adopté l’objectif de développement durable du pacte des Nations Unies (ODD) no 4: assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. «Blom Bank est persuadé qu’au XXIème siècle  l’éducation n’est plus un luxe que seuls les riches peuvent s’offrir mais elle est devenue un droit fondamental pour lequel nous ne devons épargner aucun effort afin de l’assurer à tous», déclare Isabelle Naoum, responsable de la communication et de la responsabilité sociétale des entreprises, ajoutant qu’«un progrès efficient de la communauté ne peut être réalisé que par la force motrice de ses membres instruits». Par conséquent, les diverses initiatives de Blom Bank notamment Blom shabeb, Protect ED ont pavé la voie à de multiples réalisations dans le domaine de l’éducation. Aujourd’hui, Blom Bank s’engage à unir tous ses efforts pour atteindre cet objectif garantissant à la communauté un développement durable, un avenir prometteur et une tranquillité d’esprit (Peace of mind). Par ailleurs, «convaincue que l’avenir durable de toute communauté nécessite un partenariat actif et efficace entre le secteur public, le secteur privé et la société civile, Blom Bank a reconnu l’importance de s’engager à faire du Liban un lieu meilleur pour nos enfants et d’avoir un impact positif qui n’est pas nouveau dans le modèle commercial et la stratégie de la banque», ajoute Isabelle Naoum.
«Forts de notre conviction que les jeunes d’aujourd’hui peuvent façonner le monde de demain, notre programme phare Blom Shabeb constitue une plateforme complète qui aide les jeunes Libanais à planifier leurs études et à faciliter leur choix de carrière pour assurer leur avenir, explique Mme Naoum. Le programme fournit les informations indispensables nécessaires pour créer un support approprié pour une discussion fructueuse entre les étudiants, les professeurs et les parents concernant les décisions scolaires et les carrières futures. Il propose également des salons et des ateliers axés sur l’emploi et des événements carrière pour améliorer les possibilités d’exposition aux marchés du travail des diplômés». Dans le même cadre d’activités, Blom Bank s’est associé au Hult Prize, une plateforme visant à inspirer et à habiliter les étudiants universitaires à lancer des start-up à but lucratif avec le souci de la durabilité. Hult Prize Lebanon est le plus grand accélérateur du pays pour les nouvelles entreprises universitaires. Il offre une subvention de démarrage de 250 000 dollars par an. Les entreprises sociales initiées par les étudiants visent à améliorer la vie d’au moins un million de personnes, tout en restant des entreprises viables. Blom Bank a adopté en 2013 le programme canadien Protect ED, 
qui est adapté aux besoins culturels et sécuritaires du Liban et offre aux enfants une éducation préventive, proactive et innovante en 
matière de sécurité afin de renforcer leur confiance en eux, de réduire les risques et de protéger leur avenir.
«Nous travaillons également avec Teach for Lebanon, une organisation qui forme des boursiers aux techniques modernes d’enseignement, poursuit Mme Naoum. Ces boursiers vont enseigner dans des écoles des régions éloignées, offrant une éducation de qualité à ceux qui en ont le plus besoin».
Le déminage. Blom Bank a également choisi la cause du déminage parce qu’elle croit au droit des communautés au redressement, à la liberté et au développement. Blom MasterCard Giving Card, un programme unique en son genre, a été déployé en collaboration avec le Lebanon Mine Action Center, une unité de l’armée libanaise, pour permettre une réutilisation des terres dans le cycle économique.
Sur un autre plan, le partenariat entre Blom Bank et le Beirut Marathon Association 
(BMA) est vieux de 16 ans. Le soutien de Blom Bank à cet événement a permis à la BMA de créer une plateforme permettant aux ONG de collecter des fonds et aux coureurs de promouvoir un mode de vie sain et de défendre leurs causes. Cette fructueuse collaboration a permis au Liban et au marathon de Beyrouth de figurer sur la carte internationale des événements sportifs.
La banque a signé en 2014 la déclaration IGI (Investors for Governance & Integrity) qui l’engage à mettre en œuvre des normes de gouvernance d’entreprise solides dans son portefeuille d’investissements régionaux pour atténuer les risques financiers et protéger les droits de ses actionnaires. «Nous avons obtenu la note A de gouvernance et d’intégrité pour la transparence et la divulgation en ligne en 2017, déclare Mme Naoum. Blom Bank est fermement convaincue que le succès durable d’une entreprise ne peut être atteint que si elle contribue à l’épanouissement de la communauté à laquelle elle appartient».
Par ailleurs, dans le but de générer un profit maximum pour ses investisseurs, tout en faisant du bien et en ayant un impact positif, Blom Bank a signé le 26 décembre 2014 le Pacte mondial des Nations unies s’engageant à respecter ses dix principes. A l’étape suivante, le conseil d’administration a approuvé, en avril 2015, la création d’un «comité de développement durable». Au fil des ans, Blom Bank a plaidé pour le déploiement d’initiatives de 
RSE visant le développement durable de sa communauté. Cette année, Blom Bank est devenue un membre actif du Global Compact Network Lebanon.

Fransabank
Acteur social depuis 1999

Déjà en 1999, le Pdg de Fransabank, Adnan Kassar, de la Chambre de commerce internationale (CCI) avait consciencieusement œuvré aux côtés du Secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, à l’élaboration et la mise en application du UN Global Compact (le Pacte Mondial des Nations unies). Cette charte qui s’articule autour de 10 principes répartis sur 4 axes majeurs, les droits de l’homme, le travail, la lutte contre la corruption et l’environnement (3 des 10 principes). Il s’en est suivi les Millenium goals (2015) puis les Sustainable development goals – 2030, les Objectifs de développement durable qui sont au nombre de 17. Fransabank a pris un engagement infaillible pour soutenir et intégrer des initiatives se rapportant à ses objectifs au sein du groupe, et œuvre à appliquer pas moins de 7 de ces objectifs dans sa stratégie de RSE. De plus, Fransabank a opté pour être l’ambassadeur de l’Objectif 13 – «Climat change» au niveau local, en collaboration avec Global compact network Lebanon.
«A ce jour, Fransabank a affirmé avec succès son rôle pionnier et actif en matière de RSE et prône la promotion des meilleures normes et meilleurs standards, couvrant cinq principaux piliers: une gouvernance responsable, le développement économique, le développement du capital humain, les défis environnementaux, la contribution sociale», souligne Dania Kassar, responsable de la communication d’entreprises à Fransabank. Elle ajoute que «ces différents domaines s’articulent autour de 3 principes ou concepts majeurs: promouvoir efficacement le partenariat public-privé; promouvoir le développement économique; renforcer les aspirations de la société civile.»

Développement local
Fransabank contribue à travers ses activités de RSE au développement des communautés locales en fournissant le financement de l’énergie durable et renouvelable, qui permet d’avoir un impact positif sur l’environnement; le développement économique, par le biais des prêts aux entreprises, aux PME, aux consommateurs; le développement équitable à travers les microcrédits accordés aux personnes à très faibles revenus; l’inclusion financière des jeunes, qui consiste à éduquer et intégrer les jeunes dans le flux financier; le soutien communautaire, qui consiste à mesurer notre contribution à la valeur ajoutée à la collectivité et d’être en employeur responsable.
Aussi Dania Kassar appelle-t-elle à la réflexion en se posant la question suivante de manière inversée: «Si, plutôt que d’affirmer ‘Rien n’est plus dangereux pour les fondements de notre société que l’idée d’une responsabilité sociale des entreprises autre que de générer un profit maximum pour leurs actionnaires’, nous prônions: ‘Rien n’est plus dangereux pour les fondements de notre société que l’idée d’entreprises qui n’auraient d’autres responsabilités que de générer un profit maximum pour leurs actionnaires au détriment de leurs responsabilités sociales?»  Fransabank, a identifié 5 valeurs qui la définissent: l’intégrité, la loyauté, la crédibilité, la transparence et la responsabilité. Fransabank croit en des entreprises humaines et citoyennes, avec des valeurs de partage et de cohésion sociale et travaille à éliminer les barrières sociales, à permettre à la société de prospérer et à sensibiliser le grand public à la RSE, créant ainsi une prise de conscience générale dans nos sociétés.

SGBL 
Pour un développement durable

La responsabilité sociale des entreprises et le développement durable font partie intégrante de l’identité de la SGBL depuis de nombreuses années avec une série d’initiatives et d’actions articulées principalement autour de quatre piliers: la culture, la société, le sport et le développement économique. Au cours de la dernière décennie, la SGBL s’est imposée comme un partenaire incontournable de la scène culturelle libanaise, parrainant un grand nombre d’événements culturels comme le Salon du Livre francophone de Beyrouth ou le Mois de la Francophonie, ainsi que plus de 10 festivals tout au long de l’année, dont notamment le Festival de Beiteddine, le Festival de Baalbeck ou le Festival des Cèdres. Par ailleurs, résolument impliquée en faveur du progrès social et des causes citoyennes, la SGBL participe à plusieurs actions sociales à travers des partenariats avec de nombreuses ONG et associations telles que l’Ordre de Malte Liban ou Teach for Lebanon. La SGBL encourage également ses employés à se rallier autour des nombreuses initiatives-clés du groupe afin de rendre service à la communauté. Dans le domaine sportif, la SGBL est un supporter inconditionnel, parrainant des équipes nationales, des tournois et des événements sportifs dans tout le pays, et soutenant le développement de plusieurs clubs sportifs libanais dont Homenetmen Basketball Club, Hoops Basketball Club, Salam Zghorta Football Club et AGBU. Récemment, la SGBL a signé un accord de partenariat avec la Fédération libanaise de Basketball (FLB) pour devenir la banque officielle sponsor de l’équipe nationale masculine. Pour ce qui est du développement économique, la SGBL soutient les entrepreneurs dans leurs projets d’expansion à travers le financement direct de PME à des taux compétitifs. Le groupe est également un acteur de taille de l’écosystème libanais des start-up et un investisseur principal dans plusieurs fonds de capital-risque (VC funds). Aussi SGBL soutient-elle le développement de l’entrepreneuriat féminin au Liban à travers la compétition annuelle Femme francophone entrepreneure, en partenariat avec l’AUF, Berytech.

Related

Rendez-vous manqué entre Rohani et Abdallah. Les dessous d’une rivalité

admin@mews

Michel Sleiman en Amérique du Sud A la rencontre de la diaspora

admin@mews

Les plus fascinantes citadelles d’Europe. Une évasion à travers l’histoire et le temps

admin@mews

Laisser un commentaire