Magazine Le Mensuel

Nº 3108 du vendredi 6 décembre 2019

Business ECONOMIE

Les sociétés qui facilitent vos livraisons de colis

Parce que commander sur Internet et se faire livrer relèvent parfois du parcours du combattant au Liban avec un coût plutôt onéreux à l’arrivée, des entreprises s’occupent de (presque) tout à la place des consommateurs.

Entre autres à cause des adresses approximatives, les envois de colis vers le Liban sont souvent très chers, obligeant les potentiels acheteurs à y réfléchir à deux fois avant de faire une commande sur Internet. Par ailleurs, on constate rapidement que de nombreuses enseignes de ventes en ligne, comme Amazon par exemple, ne livrent pas toutes les categories de marchandises jusqu’au pays du cèdre. Sur place, les produits importés voient leur coût grimper à cause des frais d’importation et des cours des devises. Ainsi, pour un ordinateur portable haut de gamme, si vous déboursez 2 000 $ à New York, il vous faudra compter 2 500 à 3 000 $ à Beyrouth pour le même appareil. Même chose si vous voulez acheter une paire de chaussures de marque américaine… Pour toutes ces raisons, des entreprises installées sur le territoire proposent aux Libanais la possibilité de bénéficier des tarifs étrangers, tels que mentionnés sur les sites Internet, en assurant les commandes du paiement à la livraison, moyennant une commission.

OnYourWay est une start-up qui pratique le «freight forwarding», un concept courant consistant à profiter du transport de marchandises pour en importer d’autres. Leur innovation se trouve dans leur logistique: ils utilisent des particuliers qui voyagent entre les États-Unis ou l’Europe vers le Liban pour transporter les biens et ainsi leur permettre de rentabiliser l’espace vide dans leurs bagages. «90% de nos voyageurs sont issus de la diaspora», confie Bastien Carnel, cofondateur de la start-up. «Notre client typique est un jeune urbain éduqué, frustré de devoir payer deux fois plus cher que ses amis de l’étranger. Cela va de Fadi passionné de photographie sous-marine et qui a besoin de s’équiper à Nora qui achète des baskets de collection», souligne-t-il.

Acheter moins cher, sans se préoccuper des passages
en douane et des formalités.

ColisExpat est un autre moyen par lequel se faire livrer au Liban. Créé en 2013, il s’agissait à l’origine d’un service conçu pour permettre aux expatriés français de commander sur Internet des marques françaises qu’ils aimaient lorsqu’ils résidaient en France et auxquels ils n’avaient plus accès depuis leur pays d’expatriation. En 2017, ColisExpat étend son offre en créant des plateformes supplémentaires en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et aux États-Unis pour aujourd’hui, donner la possibilité à quiconque de faire son shopping sans frontières. Ainsi, le client va simplement renseigner l’adresse de ColisExpat qui lui convient le mieux. Par exemple, s’il s’agit d’un site français, il va choisir l’adresse française. À la réception du produit sur la plateforme, le client est prévenu par courriel, puis ils réalisent le paiement des frais de réexpédition. Une fois cette démarche effectuée, l’envoi est réalisé le lendemain.

Climat de confiance. La principale inquiétude des clients concerne la fiabilité des services, avec en tête, le risque d’être arnaqué ou de rencontrer un problème dans l’acheminement du colis jusqu’à leur domicile. «Nous réglons le problème de la confiance en continu, avec notre réputation d’entreprise fiable qui grandit à chaque transaction», indique Bastien Carnel. Pour laisser le consommateur choisir l’option qui lui semble la plus juste, OnYourWay propose celle du paiement en liquide à réception de la commande. Ainsi, lorsque le client a son produit en main, il peut s’assurer qu’il correspond bien à sa commande. Toujours pour faciliter l’expérience client, des livraisons émises en temps réel sont proposées, des partages d’offres promotionnelles ou encore des prix fluctuants selon le délai de livraison. «Nous sommes aussi sur le point de tenter une expérience entièrement WhatsApp, où l’ensemble de la transaction se déroulera sur le service de messagerie instantanée, avec paiement en liquide à la livraison», détaille le confondateur. Cette expérience «full WhatsApp» liée au «cash on delivery», très courante au Liban, est aussi pratiquée par Eve Concierge, une société qui propose un service similaire. En revanche, avec ColisExpat, les abonnements, les frais de réexpédition ainsi que les prestations complémentaires peuvent être réglés directement par carte bancaire. La marque mise tout sur son service client pour intervenir le plus rapidement lors de problèmes. «En cas d’imprévu, nous sommes disponibles du lundi au vendredi et mettons tout en œuvre pour répondre aux questions et résoudre les éventuels problèmes en moins de 24 heures», explique Alexandra Six, responsable de la communication.

Réduire les frais d’expédition. Avec un minimum de livraison fixé à 4 $, chez OnYourWay, les tarifs dépendent de l’encombrement du produit et de son prix. Pour une totale transparence, le client peut déjà se rendre compte du prix à l’arrivée à l’aide du calculateur du site Internet. «Nous sommes évidemment intéressants sur les objets de petite taille qui rentrent dans une valise. Prenez la livraison de cosmétiques venant des Etats-Unis, elle coûtera au client au Liban à peu près 10% du prix des produits, celle d’un ordinateur portable 15-20%, celle de chaussures de type Nike ou Adidas plus ou moins 30 $», explique Bastien Carnel à Magazine.
Chez ColisExpat, il faut dans un premier temps créer un compte en ligne et souscrire à un abonnement auquel s’ajoutent les frais de livraison, variables en fonction du poids et des dimensions des colis. Parmi les abonnements proposés, les utilisateurs ont le choix entre un accès à la demande à 4,90 euros, qui permet de réexpédier une seule fois un ou plusieurs colis, ou un abonnement premium à
24,90 euros par an, permettant de réexpédier un nombre illimité de colis, évitant donc de payer par réexpédition. Cet abonnement donne également accès à un système de parrainage et à des réductions.

Noémie de Bellaigue

Related

Sanctions internationales. Lobbying de l’ABL à Washington et New York

admin@mews

Female wave of change. Réseautage global pour les femmes

admin@mews

Electricité. Le Liban dépendant des navires générateurs turcs

admin@mews

Laisser un commentaire