Magazine Le Mensuel

Nº 3087 du vendredi 2 mars 2018

ECONOMIE

Female wave of change. Réseautage global pour les femmes

Ambassadrice pour le Moyen-Orient de l’association Female wave of change, Roula Eid Sawan espère utiliser son expérience pour encourager les femmes à entreprendre et les aider à réussir dans leurs projets professionnels comme personnels.

C’était presque une évidence pour Roula Eid Sawan. Quand elle entreprend des recherches sur Internet, en quête d’un projet contribuant à l’empowerment des femmes (l’autonomisation des femmes) au niveau international, elle tombe sur l’association Female wave of change (FWoC), basée aux Pays-Bas. L’idée la séduit tout de suite. L’objectif de cette organisation lancée en janvier 2017 est de créer un réseau global et international, avec des femmes de différentes cultures, de différentes visions et de catégories socioprofessionnelles variées pour leur permettre de partager leurs expériences, leurs savoirs, leurs succès. «Nous sommes en train de créer une plateforme en ligne pour que chacune de nos membres puisse accéder à des ressources, comprenant des projets ou initiatives déjà pratiquées dans d’autres pays, un partage d’expériences, des connaissances dans tel ou tel domaine», indique celle qui est devenue, grâce à son dynamisme et sa motivation, ambassadrice de Female wave of change pour le Moyen-Orient. «L’idée est de savoir ce que veulent les femmes pour pouvoir les aider avec toutes les ressources disponibles. Des comités en ligne par centre d’intérêt vont aussi voir le jour. Par exemple, si un de nos membres au Japon a déjà mis en place une initiative sur l’environnement qui fonctionne, peut-être que quelqu’un, au Liban, peut se servir de cette expérience et l’appliquer ici», explique Roula Eid-Sawan. Par ailleurs, elle pointe le fait que des études avancent un fort taux de chômage d’ici à quelques années au Moyen-Orient, d’où l’intérêt d’investir dans les femmes et leur créativité, pour qu’elles puissent mener leurs projets à bien. Female wave of change a aussi vocation à aider d’autres organisations travaillant sur des thématiques relatives aux femmes, pour leur permettre d’élargir leurs réseaux, partager les connaissances, etc. Pour l’heure, FWoC compte, dans la région, environ 300 membres, alors que l’association vient tout juste d’être lancée. «Nous avons déjà des ambassadrices au Liban, en Syrie, en Jordanie, au Qatar, à Dubaï, en Arabie saoudite», se félicite Mme Eid-Sawan. Le 24 mars à 16 h, une conférence de lancement mondiale et de présentation de FWoC se tiendra, pour la partie libanaise, à la Maison des Jeunes et de la Culture de la municipalité de Zouk Mikael (dont Roula est directrice), en présence du ministre des Droits de la femme, Jean Oghassapian et de Asmahan Zein, la présidente de la Lebanese League for Women in Business.

Femme d’action
Le rôle des femmes dans la société, et en particulier au Liban, Roula Eid Sawan y croit dur comme fer. Son parcours professionnel et personnel parle de lui-même. Engagée pour le droit des femmes depuis longtemps, elle estime que si l’on veut être une «femme à succès, tant sur le plan professionnel que personnel, cela dépend uniquement de soi et du travail que l’on réalise sur soi». «Mon objectif, c’est d’aider d’autres femmes à parvenir à cela». Pour autant, elle ne se revendique pas comme féministe, partant du principe que «hommes et femmes sont tout autant éduqués et ont les mêmes capacités, ils sont complémentaires». «Quand on a le potentiel, il faut nous donner la chance de les exprimer». «Je crois dans les actions, pas seulement dans les paroles, nous pouvons nous entraider pour créer un futur meilleur».
Dynamique et enthousiaste dans tous les projets qu’elle entreprend, Roula Eid Sawan s’est donnée pour mission de communiquer ses compétences aux autres. Après un début de carrière dans l’entreprise familiale, puis un parcours de General manager qui l’amène du BHV à l’ABC, elle décide finalement de se lancer, après avoir eu son troisième enfant, dans l’aventure de l’entreprise. Avec son mari, Marwan, qui était déjà un professionnel de ce secteur, ils décident de créer Team in motion, une entreprise de team building qui propose des formations dans les entreprises. «L’idée, c’est d’aider les employés à se sentir mieux au sein de leur entreprise. Celle-ci investit sur eux, ce qui les fidélise et les motive, cela crée une réelle valeur ajoutée». Forte de cette expérience de huit ans dans le team building, Roula Eid-Sawan s’est lancé un nouveau challenge, celui de travailler plus avant sur le team coaching au sein des entreprises. «Quand au sein d’une équipe, les gens ne savent plus communiquer, l’ensemble du travail en pâtit. Si on améliore les relations, qu’on se met à la place de l’autre par exemple, on obtient des miracles. La communication, c’est la clé», témoigne-t-elle. Et, pour l’entreprise, c’est tout bénéfice: «Quand on bâtit une relation saine, on devient plus fiable, plus efficace et donc plus rentable».

Jenny Saleh

Related

Investissement. Où en sont les placements du groupe Kharafi au Liban?

admin@mews

areeba. En première ligne contre la fraude

admin@mews

Henri Malosse, président du CESE. Il faut activer le rôle de la société civile

admin@mews

Laisser un commentaire