Magazine Le Mensuel

Nº 3108 du vendredi 6 décembre 2019

Portrait

Racha Mahfouz. Du Hermel au Trophée de l’innovation sociale

Une jeune cheffe d’entreprise libanaise de 35 ans a réussi, en quelques années, à se faire une place en France dans le monde du Conseil. Son travail a été récompensé par le Trophée de l’Innovation sociale décerné lors de la 1ère édition d’Ile-de-France des Femmes de l’économie.

Racha Mahfouz quitte sa région du Hermel natal en 2001, à l’âge de 17 ans. Elle a en poche un baccalauréat scientifique, et comme bagage culturel sa maîtrise de l’arabe et du français: il est vrai que ses parents sont tous deux instituteurs, son père professant la langue arabe et sa mère la langue française. Elle décide de rejeter une bourse pour des études de médecine dans la Syrie voisine pour partir vers un horizon plus lointain, en France, et y bâtir un avenir à la hauteur de ses ambitions.
Elle emporte avec elle le conseil paternel, gardé précieusement dans sa mémoire jusqu’à ce jour, de «s’intégrer au nouveau pays d’accueil et de s’ouvrir à la société où elle va vivre sans oublier l’attachement aux valeurs et aux principes reçus sur sa terre natale de sa famille d’origine». Elle rejoint une tante installée à Clermont-Ferrand, et prend vite son destin en main. Pour pouvoir surmonter les difficultés financières d’une vie d’étudiante que ses parents, venant d’un milieu modeste, ne peuvent payer entièrement, elle travaille durement en parallèle de ses études.

L’obtention avec excellence de son DEUG STPI (Sciences et technologies pour l’ingénieur) lui permet d’être sélectionnée par l’Ecole polytechnique de Sophia Antipolis à Nice. Après trois ans d’études supérieures, elle a en poche un diplôme d’ingénieur en Télécommunications.
S’ensuit un parcours riche en stages et en emplois à Paris et dans la région parisienne (2006-2014) donnant lieu à de multiples expériences et à de nouveaux savoirs (diverses activités techniques, commerciales, conseils, management..) dans de grandes sociétés françaises leaders dans leur domaine (SFR, Alcatel-Lucent, Alten…).

SYLOG, un rêve devenu réalité. En 2014, sonne l’heure de voler de ses propres ailes et de se lancer dans un projet personnel ambitieux. Racha réalise enfin son «rêve de créer sa propre entreprise»: elle fonde la société SYLOG dont elle est Directrice générale. Là aussi, elle doit se battre pour franchir des obstacles de tous ordres, à commencer par le fait d’être une femme, qui s’ajoute aux difficultés administratives et financières.
Quels sont les domaines d’intervention de la société SYLOG? «Il y en a essentiellement deux, explique Racha. «Ils se concentrent sur deux départements: le premier celui de Conseil et recrutement, le deuxième celui de Coaching, dédié surtout aux jeunes des lycées professionnels, notamment les jeunes en difficulté. Il s’agit de les aider, via des ateliers spécialisés, à s’intégrer dans la vie professionnelle et le monde du travail». Chiffres à l’appui, en 2018-2019, 70 ateliers ont été réalisés et 1 200 lycéens formés. Parmi les secteurs d’activité de son entreprise, Racha Mahfouz énumère: Telecom/Média, Transport/logistique, informatique, Assurance/mutuelle, Editeur de logiciel, Industrie, banque.. De grandes sociétés font appel à son expertise comme NOKIA, Orange, Alcatel Submarine Network, COVAGE, BNP PARIBAS, Equity groupe…

Un parcours exemplaire. Coup de projecteur sur SYLOG et sa fondatrice à l’occasion de la remise de sa première récompense publique et officielle en tant que cheffe d’entreprise, le Trophée de l’Innovation sociale lui a été décerné en octobre 2019 lors de la 1ère édition d’Ile-de-France des Trophées des Femmes de l’économie. Créés en 2010, ces trophées «récompensent des femmes au parcours professionnel exemplaire, qui contribuent activement au développement économique de leur territoire»: créatrices, cheffes d’entreprises, innovatrices en matière sociale ou digitale.
Racha Mahfouz voit dans ce prix «au-delà d’une fierté personnelle et familiale et d’une notoriété professionnelle confirmée, une reconnaissance du travail accompli et une opportunité de développer ses activités». Elle n’oublie pas l’appui de ses proches, à commencer par son époux, et les encouragements de ses parents. Cette récompense, ajoute-t-elle, est «une source de motivation supplémentaire, mes ambitions sont sans limites».
Quant à ses projets d’avenir, ils sont nombreux. Racha compte bien sûr multiplier les contacts et élargir le champ d’action géographique de sa société sur l’ensemble du territoire français, multiplier les contrats d’intervention et les accords de partenariat. Elle vient d’ailleurs de conclure un important accord de partenariat avec l’Armée de terre et la Marine nationale. Deuxième objectif: créer une start-up, filiale de SYLOG, comme premier réseau social dédié aux jeunes professionnels en France, lancement prévu pour le 1er janvier 2020. Autre projet de Racha Mahfouz, et qui lui tient beaucoup à cœur: faire profiter le Liban, son pays d’origine, de son expérience, pouvoir y aider les jeunes professionnels, leur ouvrir de nouveaux horizons et établir des partenariats des deux côtés de la Méditerranée».

Béchara Bon (à Paris)

Related

Khalil Chahine. Dans les coulisses du son

admin@mews

Darine Hotait, fondatrice de Cinephilia Productions. «Nous cherchons des projets au-delà du classique»

admin@mews

Bouchra Boustany. La passion est la clé du succès

admin@mews

Laisser un commentaire