Magazine Le Mensuel

Nº 2925 du vendredi 29 novembre 2013

Événement

Atlantis. Made in Lebanon

Le Cirque du Liban présente, jusqu’à fin janvier, sous son chapiteau, en face du Forum de Beyrouth, un nouveau show qui émerveillera petits et grands. Au programme, une grande variété de spectacles de divertissement pour toute la famille avec des performances uniques. De l’acrobatie, des numéros de dressage et de domptage d’animaux, des spectacles de clowns, des tours de magie… Un cirque libanais dont nous pouvons être fiers.
 

Le Cirque du Liban a été fondé en 2005. Mais ce n’est que depuis 2009 qu’il se produit et renouvelle ses spectacles pour offrir au public des moments inoubliables avec de nouveaux concepts et des idées originales. Les artistes allient la grâce à l’habileté et à la souplesse pour offrir au-delà d’une technique, de grands moments de sincérité et de partage avec le public. Bien sûr, ce n’est pas le plus beau cirque du monde, mais des efforts sont faits et méritent d’être salués. Les artistes ont du talent et méritent d’être applaudis. Des numéros d’acrobatie, de jonglerie, de funambulisme, de magie, de clowns, d’acrobates aériens accrochés à des cordes ou encore de chiens et de tigres sont présentés pour le plus grand plaisir des spectateurs.
Au départ, ce cirque était un hobby, puis le groupe d’artistes a voulu devenir plus professionnel. Ils se sont donc inscrits pendant trois ans à des séminaires d’arts du cirque en Ukraine. En revenant au Liban, ils ont décidé de tenter leur chance en créant un cirque. Les artistes sont tous libanais, âgés entre 12 et 25 ans. Pour la plupart d’entre eux c’est un hobby, pour certains c’est un second job ou une occupation à côté de leurs études et pour d’autres encore, le métier d’artiste de cirque est une véritable vocation. Ce qui est certain, c’est qu’ils ont tous une passion commune: le cirque. Sur les vingt personnes qui forment la troupe, ils sont sept à avoir suivi des formations à l’étranger. Les autres ont appris à manier les échasses, balles de jonglerie et autres accessoires au Cirque du Liban. L’entraînement est de trois heures par jour, six fois par semaine. Il le faut, disent-ils, pour atteindre la perfection. L’ultime objectif de ces admirateurs du Cirque du Soleil est de «devenir un organisme de référence et de faire partie intégrante du tourisme libanais. Le cirque est une activité à part entière qui ne demande qu’à être développée». 


Christiane Tager Deslandes

Related

Goût de France/Good France. La gastronomie française à l’honneur

admin@mews

L’inévitable s’est produit à Baalbeck. Le Hezbollah se retire, l’armée se déploie

admin@mews

La fête oubliée par les officiels. Les citoyens célèbrent l’Indépendance

admin@mews

Laisser un commentaire