Magazine Le Mensuel

Nº 2928 du vendredi 20 décembre 2013

general

Dumyé. Une bonne action 
en choisissant sa poupée

Son nom est Sahar Wahbeh. Elle a fondé Dumyé, un site permettant la vente de poupées personnalisées, qui a pour but d’aider des enfants dans le besoin. Quelque temps après sa création, ce site fait parler de lui. Un vrai succès pour cette Libano-Palestinienne qui relate son histoire dans plusieurs médias internationaux.
 

Viva, Style.com, Grazia, Global Citizen, Bazar… Toutes ces publications parlent de ce nouveau site qui commence à vraiment être connu. Pourquoi une telle notoriété? Sans doute à cause de l’originalité de la démarche entreprise par sa fondatrice.
 

Vivre de sa passion
Après une longue expérience à New York auprès de quelques-unes des plus grandes marques mondiales, Sahar Wahbeh, 32 ans, née et élevée dans le nord de la Virginie par un père libanais et une mère palestinienne, s’installe à Dubaï avec son mari. Elle travaille alors pour des agences de création en tant que consultante en stratégie de marque. Mais après la naissance de sa fille, c’est la révélation.
Tout commence lorsqu’elle décide d’offrir à sa fille sa première poupée. Pas n’importe laquelle. Mais celle qui deviendrait l’objet emblématique de son enfance. N’ayant trouvé aucune qui lui plaise vraiment, elle se met à la tâche.
C’était après un voyage au quartier de la mode à New York. Elle ressort la machine à coudre de sa mère et entame sa mission. De là, elle commence à faire des poupées à ses nièces, aux enfants… Et pense qu’elle n’est probablement pas la seule mère à vouloir offrir à sa fille un cadeau personnalisé. Cela certes l’a inspirée à fonder Dumyé, mais aussi le site, une société sans but lucratif. Créée, car elle avait envie de vivre de sa passion, de mettre à profit son talent. Le concept est bien simple. En ligne, une poupée est sélectionnée pour un proche, un ami. Son look est par la suite personnalisé. A la fin, on peut placer un message spécial dans sa petite poche. Et ce n’est pas tout. Une bonne action est effectuée si on choisit sa poupée. Tout simplement, parce que chaque fois qu’une poupée est vendue, une autre est offerte à un enfant dans le besoin. Interrogée sur cette action, Sahar Wahbeh explique qu’elle permet aux enfants dans le besoin de créer leur propre œuvre dans un quasi-atelier d’art. Ce processus de création leur permet de réfléchir sur eux-mêmes. Et grâce à ce programme, leur vie est touchée dans la langue qu’ils comprennent le mieux, la langue du jeu et de l’imagination.

Pauline Mouhanna

http://dumye.com//

Related

Arjen Robben. Le plus rapide

admin@mews

Istanbul, Jordanie. Magie et charme

admin@mews

Dans le bassin de l’Oronte L’autre guerre de Syrie

admin@mews

Laisser un commentaire