Magazine Le Mensuel

Nº 2981 du vendredi 26 décembre 2014

Indices

Import-export. Grave déséquilibre

La facture moyenne d’importation du Liban est de 16 milliards de dollars, alors que la production locale est de 5 milliards de dollars et que sa facture moyenne d’exportation représente près de 3 milliards. Ceci signifie que chaque Libanais importe pour un montant d’environ 3 000 $ au rythme annuel et exporte pour près de 100 $ pour la même période. Cet état des lieux est le résultat de diverses politiques économiques nationales erronées. Les experts en appellent à la volonté des industriels afin que la valeur des exportations progresse de manière à atteindre 5 milliards de dollars, sachant que les dépenses sur la recherche industrielle n’excèdent pas 0,02% du PIB, alors que ce taux est au moins de 2% dans les pays développés et dépasse les 4% en Corée du Sud.

Kafalat
Les prêts reculent de 4,5%

Les chiffres de Kafalat ont montré un recul de 4,5% du montant total des prêts subventionnés accordés par cet établissement aux petites et moyennes entreprises, qui est passé de 108,1 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2013, à 103,3 millions de dollars sur la même période de 2014. Le nombre de ces prêts a régressé de 801 en 2013 à 796 en 2014 sur la période couverte. En termes de répartition géographique de ces prêts, le Mont-Liban a accaparé la plus grande part des avances avec 42,35%, suivi de la Békaa (19,7%), du Liban-Sud (12,2%), du Liban-Nord (11,4%), de Nabatiyé (10,6%) et, en dernière position, de Beyrouth (3,8%).  

Revenus douaniers
Baisse de 6% en un an

Les revenus douaniers se sont élevés à 1,17 milliard de dollars de janvier à fin octobre 2014, alors qu’ils avaient totalisé 1,24 milliard de dollars l’an dernier, soit un recul de 6% en un an. Le port de Beyrouth continue d’être la principale source qui génère des recettes douanières, accaparant une part des 8,8% du total des recettes sur la période couverte. La deuxième position est occupée par l’Aéroport international de Beyrouth, avec une part de 7,4%, suivi par le port de Tripoli 3,1%, le port de Saïda et Masnaa 0,7% et le port de Tyr 0,1%.

Related

Amman et Beyrouth. Hôtellerie: taux d’occupation le plus faible

admin@mews

Indices

admin@mews

Indices

admin@mews

Laisser un commentaire