Magazine Le Mensuel

Nº 2998 du vendredi 24 avril 2015

Banque

Fransabank. L’Afrique, en tête des priorités

Le groupe Fransabank compte étendre cette année encore son développement à l’international, assuré de la pertinence de son modèle. Explications avec le responsable de la Division International à la Fransabank, Georges Andraos.

Quelle est votre stratégie d’expansion à l’étranger pour 2015? Quel bilan tirez-vous de 2014?
En dépit des fluctuations de l’économie mondiale qui ont marqué l’année 2014 et de la situation politique et économique régionale, le groupe Fransabank a confirmé à nouveau la pertinence et la résilience de son modèle. Grâce à nos équipes de gestion expérimentées et proactives, nous avons défini deux axes stratégiques: la croissance organique du groupe et la maîtrise de l’activité de nos filiales à l’étranger. La synergie entre les différentes entités du groupe demeure un facteur de réussite, notamment au niveau des activités de Trade Finance et du financement de projets. Celle-ci a été renforcée par la mise en place d’un bureau consacré aux opérations avec la Chine «China Desk» au sein de notre banque, un vecteur-clé de l’internationalisation du groupe. Nous cherchons à devenir la banque partenaire des entreprises chinoises opérant dans les pays où nous sommes présents, et des entreprises et hommes d’affaires libanais traitant avec la Chine. Dans cette optique, nous avons lancé une nouvelle carte Fransabank Platinum Union Pay Card, unique dans la région de par la multitude de services qu’elle offre, adaptés aux besoins spécifiques de notre clientèle. En 2015, Fransabank compte renforcer le réseau d’agences de sa filiale en Algérie, développer son activité en Irak et s’implanter en Afrique de l’Ouest, une région à fortes perspectives de croissance, pour mieux servir la diaspora libanaise bien établie dans cette région.
 

Quel marché est le plus attractif pour votre groupe?
Outre le marché domestique, nous privilégions les deux marchés suivants.
Le Moyen-Orient, étant le premier marché du groupe. En dépit de difficultés opérationnelles liées aux problèmes de sécurité, la Syrie et l’Irak représentent pour nous des marchés importants, à fort potentiel de développement, une fois la situation normalisée. Nous sommes convaincus que Fransabank aura un rôle primordial à jouer pour contribuer à la croissance de ces pays.
L’Afrique où notre groupe est déjà bien ancré. Nous sommes, depuis 2006, la seule banque libanaise présente en Algérie devenue, depuis, un acteur de référence sur le marché algérien. Le marché africain présente un potentiel de croissance bancaire insuffisamment exploité, raison pour laquelle nous cherchons à nous renforcer sur ce marché.

Quelles conséquences ont les guerres en cours en Syrie et en Irak? Avez-vous dû stopper ou ralentir votre activité dans ces pays-là?  
La guerre en Syrie s’est déclenchée moins de deux ans après le lancement des opérations de notre filiale en 2009 et les récents problèmes en Irak se sont manifestés au mois de juin 2014, à peine trois mois après l’inauguration de nos agences à Bagdad et à Erbil. Ces événements ont tout naturellement impacté l’activité de ces entités qui a connu un ralentissement en 2014. Toutefois, forte de son expérience de gestion de crise et s’appuyant sur les bases solides du groupe et des équipes expertes du marché local, Fransabank a pu déployer une stratégie conservatrice et proactive lui permettant d’opérer sainement dans un contexte de crise.

La région étant en ébullition, prospectez-vous vers d’autres marchés, moins risqués?
Durant la dernière décennie, le groupe Fransabank s’est développé sur au moins huit nouveaux marchés avec un fort ancrage au Moyen-Orient et en Afrique et une présence en Europe. A cela, il faudra ajouter deux acquisitions au Liban (BLC Bank et Ahli International Bank). Cela souligne la pertinence et le dynamisme de la stratégie de développement et d’internationalisation du groupe. L’Afrique est à présent le continent que nous regardons de plus près et sur lequel nous envisageons de nous renforcer.

Quels sont les types d’implantation que vous privilégiez?
Nous avons acquis, tout au long des années, une expertise nous permettant d’identifier la meilleure forme pour conquérir de nouveaux marchés, même les plus exigeants. Nous sommes implantés sous diverses formes dans neuf pays: filiales directes (France, Algérie, Biélorussie et Syrie), filiale indirecte (USB Bank-Chypre), banque affiliée (United Capital Bank-Soudan), des bureaux de représentation (Emirats arabes unis et Cuba) et des agences en Irak. Nous optons pour la forme d’implantation la plus adaptée à la réglementation locale et pour celle que nous considérons être la plus adéquate pour servir notre clientèle.

Jenny Saleh

Related

Fintech. Un modèle en attente d’un encadrement légal au Liban

admin@mews

Lutte contre le blanchiment d’argent. Le Liban dans le collimateur américain

admin@mews

Sur les autoroutes de la blockchain

admin@mews

Laisser un commentaire