Magazine Le Mensuel

Nº 3000 du vendredi 8 mai 2015

  • Accueil
  • general
  • Marc Zovighian lance HomeLabs. Pour entraîner le cerveau
general

Marc Zovighian lance HomeLabs. Pour entraîner le cerveau

Jeune entrepreneur libanais âgé de 26 ans, Marc Zovighian, diplômé en Génie informatique, rentre au Liban après avoir obtenu son master en Strategic management de HEC Paris, pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il travaille pendant un an et trois mois sur une première start-up, avant de se lancer dans sa seconde initiative qu’il nomme HomeLabs.

HomeLabs développe des jeux mobiles conçus pour la stimulation cognitive et constitue un vrai sport cérébral pour ses utilisateurs. Ce projet se distingue toutefois des autres de par sa mission sociale, à savoir la sensibilisation du public à la maladie de Parkinson. Il a été lancé le 2 avril 2015 (le Parkinson’s Awareness Month ayant lieu en avril), avec un premier jeu, le Color Blast. Ce jeu mobile (ainsi que les maints autres jeux qu’offre HomeLabs), conçu pour la stimulation des facultés cognitives, comme le précise Marc Zovighian, entraîne l’attention et la flexibilité du «joueur». Color Blast a occupé la première place dans le classement des meilleures applications payantes sur l’App Store libanais, et ce, durant les six premiers jours de son lancement. Aujourd’hui, le jeu demeure toujours dans le top 10.
 

Pour le bien public
Contribuer à la sensibilisation du public au Parkinson a toujours été un des rêves les plus chers de Marc Zovighian. La création de jeux bénéfiques pour le cerveau a donc été, pour lui, l’occasion parfaite d’éduquer le public libanais, jeunes ou adultes, sur une maladie cérébrale, et d’en diffuser un message optimiste à travers un mouvement positif de «jeux». «Plus de 10 millions de personnes dans le monde sont affectées par le Parkinson. Cependant, très peu de gens au Liban connaissent ou comprennent les symptômes». D’après Zovighian, qui a connu plein de patients, ceci rend le combat beaucoup plus difficile pour les gens qui en sont atteints, mais aussi pour leurs familles, les malades se sentant parfois aliénés et incompris. Si plus de personnes étaient sensibilisées à la maladie, les patients accepteraient bien plus facilement leur condition et seraient plus déterminés à apprendre à vivre avec. C’est donc ce que HomeLabs cherche à changer avec sa campagne. Outre son objectif de sensibilisation à travers ses «brain games» et la présence massive de HomeLabs sur les réseaux sociaux, Marc a choisi de distribuer 50% des revenus mensuels à la fondation Michael J. Fox Foundation for Parkinson’s Research afin de contribuer également à la recherche d’un traitement. Basée à New York et fondée par l’acteur Michael J. Fox, atteint de la maladie, la fondation s’est rapidement affirmée comme la voix la plus crédible au niveau de la recherche d’un traitement. C’est pour cette raison que Zovighian l’a choisie. Pour le mois d’avril (Parkinson’s Awareness Month), il a voulu que la totalité des revenus de HomeLabs aille à la fondation précitée. Malgré le parcours difficile que Marc a dû suivre, il n’en demeure pas moins que sa détermination et que le fait de croire en un Liban plus «impliqué» dans le bien commun ont réussi à faire de HomeLabs un projet enrichissant et plein de potentiel.

 

HomeLabs vs autres plateformes
Des plateformes populaires en Europe et aux Etats-Unis, comme Lumosity et Peak, sont des plateformes à part entière de formation du cerveau qui œuvrent à calculer les «scores cérébraux», créer un «programme de formation» efficace et adapté à chaque utilisateur et fournir un sens aux données sur un plan neuroscientifique. Ces plateformes établissent souvent une analogie entre leurs jeux et la salle de sport munie d’un entraîneur personnel, considérant que l’entraînement du cerveau doit se faire régulièrement, que la présence d’un entraîneur est nécessaire et que les progrès doivent être continuellement suivis. «Mes recherches et mon expérience personnelle vis-à-vis de ces plateformes m’ont permis de détecter quelques faiblesses pour le marché de masse», indique Zovighian. Il explique que dès le premier jour, les utilisateurs de ces plateformes ont directement accès à tous les jeux (ce qui n’attisera pas perpétuellement la curiosité de l’utilisateur) et que jouer tous les jours le même jeu devient à la fin ennuyeux. «Le processus se transforme alors en corvée au lieu d’être profitable et amusant en même temps», atteste l’entrepreneur libanais. Plus encore, alors qu’au départ, les utilisateurs se passionnent pour améliorer leur score cérébral, cette passion a tendance à s’éteindre rapidement laissant la place à la routine, poussant ainsi les utilisateurs à peser les avantages et les inconvénients quant au paiement mensuel des frais d’abonnement à de telles plateformes. Ce qui fait la différence avec HomeLabs, c’est que ce studio de jeux réguliers vise à cibler tous les utilisateurs voulant profiter des jeux d’entraînement cérébral, mais ne se souciant pas vraiment du suivi de leur score cérébral, n’ayant pas besoin de toute une plateforme pour satisfaire leurs besoins en la matière, et ne souhaitant pas payer d’abonnement mensuel/annuel. Pour conclure, les utilisateurs de HomeLabs sont ceux qui veulent rester en forme sans toutefois être suivis par un «entraîneur», découvrant éventuellement de nouveaux jeux à chaque fois et visant à combiner plaisir et profit.

Natasha Metni

Related

Le Futur et la présidentielle. Non à Aoun… pour mieux négocier?

admin@mews

Bipod fête ses dix ans. Le corps «en délire»

admin@mews

Militaires otages. Les familles se remobilisent

admin@mews

Laisser un commentaire