Magazine Le Mensuel

Nº 3049 du vendredi 15 avril 2016

Diaspora

Jamie Farr, acteur. La consécration enfin!

Jameel Joseph Farah est son vrai nom. Mais cela ne vous dira pas grand-chose. Cet acteur inoubliable est en effet connu sous le nom de Jamie Farr. A 81 ans, cet homme bouleversant recevra, le 19 avril, le prestigieux prix consacré à Gibran Khalil Gibran et proposé par l’Arab American Institute. Retour sur un parcours télévisuel et cinématographique presque sans faute.

Vous souvenez-vous de M.A.S.H? Une parmi les séries qui ont eu le plus de succès au monde. Se basant sur le roman de Richard Hooker, qui raconte son expérience pendant la guerre de Corée et sur un film éponyme, elle a fait vraiment parler d’elle durant plus de dix ans.
Jamie Farr y a joué le rôle de Maxwell Q. Klinger. Son humour, son interprétation profondément convaincante et touchante ont fait de ce rôle l’une des premières représentations positives des Arabes dans les médias américains. C’est pour cette raison, entre autres, que l’Arab American Institute l’a choisi cette année. Le prix qu’il recevra est une récompense pour son talent, mais aussi une preuve de respect de tout ce qu’il a voulu construire à Toledo dans l’Ohio.
Pour ce fils de Libanais, élevé dans les valeurs catholiques orientales, il faut donner beaucoup à ses proches. Après une jeunesse simple auprès d’un papa épicier et d’une maman couturière, le jeune Jameel excelle à l’école où il est nommé meilleur étudiant. En plus d’écrire et de jouer dans deux spectacles de variétés, Jamie est membre de la Société d’art dramatique. Il est président de classe pendant trois ans. Rédacteur en chef du journal de l’école, directeur des équipes de football et de basket-ball et membre de l’équipe de tennis universitaire, rien ne l’arrêtait. Vous l’aurez compris, Jameel Farah est un passionné qui ne se repose jamais.
En suivant les conseils de Danny Thomas, il choisit de devenir acteur. Depuis, les rôles se suivent mais, selon lui, c’est celui de M.A.S.H qui l’a façonné. «Il y a des choses qui ne se seraient jamais passées sans ce rôle», affirme-t-il. En devenant l’homme qu’il est, Jamie n’a oublié ni sa famille élargie, ni sa ville d’origine. Il lance des bourses pour soutenir les jeunes de Toledo. Il organise le tournoi de golf Jamie Farr Toledo Classic pour lever des fonds aux organismes de bienfaisance d’Ohio et du Michigan pendant vingt-huit ans. A 81 ans, il continue d’ailleurs de servir dans le secteur public philanthrope.
L’Arab American Institute rappelle, par ailleurs, que Jamie Farr est fier de son identité. Il déploie tous les efforts nécessaires pour servir la communauté arabo-américaine. «Et c’est pour cette raison que nous sommes honorés de lui remettre le Prix de reconnaissance spéciale de 2016».
 

Pauline Mouhana, Atlanta, Géorgie
 

aaiusa.org/kahlil-gibran-awards

Les principales interprétations
Voici les principaux films et émissions dans lesquels Jamie Farr a joué après M.A.S.H. qui a débuté en 1971: Cannonball Run II (1984), Scrooged (1988), Port Charles (1997). Après 1997, il a aussi eu l’occasion de jouer dans Mad about you, A month of sundays, A grandpa for Christmas… En 2016, un film: Angels on tap.

Related

Caroline Codsi, présidente de «La Gouvernance au féminin». L’égalité des sexes, jusque dans l’entreprise

admin@mews

Maria Daou. La courtière libano-new-yorkaise qui a fait du chemin

admin@mews

John Ellem. Un Arabe représentant de la West Virginia

admin@mews

Laisser un commentaire