Magazine Le Mensuel

Nº 3059 du vendredi 24 juin 2016

ACCUEIL

3 questions à Dr Maysaloun Kanso

Vous êtes chef du département d’import-export au ministère de la Santé, déléguée du ministère auprès de la commission des pesticides. Les ministres de la Santé et de l’Agriculture ont parlé de 45 pesticides cancérigènes utilisés au Liban. Comment ont-ils été découverts?
La présence de ces pesticides n’est pas récente. Ils existent en Europe, mais ils sont utilisés sous contrôle sérieux par des experts, et les autorités vérifient l’état de la tourbe, de l’eau et du produit qui doit être distribué pour pouvoir limiter tout effet néfaste. Au Liban, nous n’avons pas ces moyens. Le ministre de la Santé a donc pris la décision d’interdire l’importation de ces pesticides.

Porquoi avez-vous démissionné de la commission?
Pendant longtemps, la voix du ministère de la Santé n’a pas pu se faire entendre. Il était impossible de leur faire parvenir la voix du ministère, basée sur les données scientifiques nécessaires pour prendre les décisions qui ne nuisent pas à la santé des Libanais.  

Quelles sont les mesures qui seront prises?
D’abord, l’interdiction de faire entrer les pesticides cancérigènes. Une deuxième liste regroupe les noms des pesticides déjà interdits, et une troisième, ceux qui décèlent des impuretés. Ceux-là seront examinés avant de permettre leur utilisation. Ensuite, nous procéderons à l’examen des produits avant de les mettre sur le marché. Dans une troisième étape, une nouvelle commission des pesticides sera formée. Elle groupera des experts et non plus des importateurs.

Arlette Kassas

Related

3 questions à Abdel-Rahim Mrad

admin@mews

3 questions à Abdel Magid Saleh

admin@mews

3 questions à Hassan Yaacoub

admin@mews

Laisser un commentaire