Magazine Le Mensuel

Nº 3060 du vendredi 1er juillet 2016

  • Accueil
  • general
  • Marwan Farès, député de Baalbeck-Hermel. «Les extrémistes sont aveuglés par la haine»
general

Marwan Farès, député de Baalbeck-Hermel. «Les extrémistes sont aveuglés par la haine»

Marwan Farès affirme que «le terrorisme n’a pas de religion et peut toucher toutes les régions. C’est pourquoi les musulmans autant que les chrétiens constituent des cibles pour les extrémistes et doivent joindre leurs efforts pour lutter contre ce fléau». Interview du député de Baalbeck-Hermel, originaire de la localité de Qaa.

Des attaques terroristes ont frappé Qaa, village à majorité chrétienne de la Békaa, où huit kamikazes ont fait sauter leurs charges explosives, entraînant la mort de cinq personnes et faisant une vingtaine de blessés. Qui était principalement visé dans cette série d’attaques?
Ce qui s’est passé dans notre région est tout simplement une opération terroriste aveugle qui vise à provoquer le plus de victimes possibles dans les rangs de la population, de l’armée et des dégâts matériels. Les extrémistes sont aveuglés par la haine et leur but ultime est de faire du mal à ceux qu’ils considèrent impies, indépendamment de leur confession et de leur communauté. Sont impies tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue et leur extrémisme.

Qaa est à majorité chrétienne. Quelle a été la réaction des citoyens à ce qui s’est passé?
Le terrorisme n’a pas de religion et peut toucher toutes les régions. C’est pourquoi les musulmans autant que les chrétiens constituent une cible pour les extrémistes et doivent joindre leurs efforts pour lutter contre ce fléau. Aujourd’hui, ces horreurs ont en effet eu lieu dans une région à majorité chrétienne mais, hier encore, plusieurs régions à majorité musulmane ont été la cible d’attentats. Que Dieu protège l’Armée libanaise pour qu’elle puisse veiller sur tous ses citoyens.

Les chrétiens envisagent-ils de quitter ces régions limitrophes de la Syrie où ils constituent une minorité et où, de ce fait, ils ne se sentent pas en sécurité?
Cette terre leur appartient, ils y vivent en toute confiance et ne l’abandonneront pas. L’Armée libanaise est là pour protéger tous les citoyens de la région. Chrétiens et non chrétiens.

Des sources bien informées affirment que, dans les régions limitrophes de la Syrie, les habitants assurent une sorte d’autodéfense en s’armant et en organisant des patrouilles pour éviter les incidents sécuritaires. Quelle est la vérité de ces faits?
Dans chaque maison libanaise on trouve des armes. Ne nous cachons pas derrière le petit doigt. Dans nos villages, oui, nous assurons dans la mesure du possible une certaine sécurité, mais nous connaissons parfaitement nos limites.
L’Armée libanaise aussi déploie tous les efforts nécessaires pour faire face aux menaces et aux dangers. Mais il n’est pas évident de réussir à faire échec à toutes les opérations terroristes. Ce sont des professionnels qui opèrent et leur haine est aveugle.
Les kamikazes se sont fait exploser l’un après l’autre pour faire le maximum de victimes et de dégâts.
 

Le Liban entrera-t-il de nouveau dans un cycle de violence avec la reprise des combats en Syrie et la bataille d’Alep qui s’annonce meurtrière et longue?
Pour sortir de l’impasse, nous devons avancer de quelques pas du moins sur le plan interne.
A titre d’exemple, nous devons organiser des élections législatives. C’est une mesure importante surtout avec l’adoption d’une loi qui préconise la circonscription unique, la proportionnelle, la réduction de l’âge de vote de 21 à 18 ans et la parité hommes-femmes.
Avec une loi de ce type, les partis politiques pourront tenir un rôle important dans la vie, mais le plus important c’est que le Liban pourra s’extirper de sa crise confessionnelle, tous les citoyens seront à pied d’égalité et pourront, de ce fait, planifier leur avenir ensemble.  

Que répondez-vous à ceux qui insistent sur le fait que le Hezbollah est indirectement responsable de l’instabilité sécuritaire au Liban, car il participe directement à la guerre en Syrie?
Je suis débordé par les événements et je n’ai plus de temps à vous accorder. Votre question restera donc sans réponse.
 

Propos recueillis par Danièle Gergès

Related

Ali Khreiss, député du mouvement Amal. «L’attente entraîne des vides»

admin@mews

Pressions sur le marché monétaire. La BDL fourbit ses armes

admin@mews

Ahmad el-Assaad, chef de l’Option libanaise. «Le chiite a brisé le mur de la peur»

admin@mews

Laisser un commentaire