Magazine Le Mensuel

Nº 3086 du vendredi 2 février 2018

Festival

Festival Al-Bustan. Du Bach, et rien que du Bach

Pour fêter ses 25 ans, le Festival al-Bustan présente, pour son édition 2018, une programmation entièrement dédiée à Jean-Sébastien Bach. Du 13 février au 21 mars, le public est invité à découvrir toutes les facettes du plus grand de tous les compositeurs.

«S’il y a quelqu’un qui doit quelque chose à Bach, c’est bien Dieu». C’est par cette citation du philosophe roumain Emil Cioran, que Mirna Bustani, présidente et fondatrice du Festival al-Bustan a présenté l’édition 2018. Cette année, le festival célèbre ses 25 ans; c’est l’occasion idéale de réaliser enfin l’idée qui l’anime depuis des années: une programmation dédiée entièrement à Jean-Sébastien Bach. Du 13 février au 21 mars, le public est invité à six semaines de musique et de communion. Comme le dit le directeur artistique du festival, Gianluca Marcianò, l’écoute de Bach a le même effet sur l’âme qu’un séjour dans un spa sur le corps. Magazine l’a interviewé.

Pourquoi aller écouter Bach?
Nous avons une occasion unique d’écouter le plus grand de tous les compositeurs, un compositeur classique mais aussi innovant. Il a anticipé le jazz, toute la musique du XXe siècle et même avant. Il a écrit aussi de la musique sacrée absolument parfaite, une géométrie d’harmonie et de mélodie. Nous pouvons écouter aussi au Festival la fusion entre Bach et la musique arabe, mais aussi avec le breakdance, avec le jazz. Bach nous donne l’occasion de communiquer avec notre âme. A la fin du Festival, le public pourra dire qu’il connaît Bach.

A quel niveau se situe votre programmation par rapport à un festival international dédié à Bach?
Ce n’était pas facile de créer un programme totalement dédié à Bach, ce n’est pas facile non plus à Leipzig, à Salzburg, à Lucerne. Il est impossible de choisir tout Bach dans un festival; mais pendant six semaines, nous avons choisi presque tout ce qu’il est possible de choisir. C’est un choix polyédrique, comme un kaléidoscope, qui va du pur classique jusqu’au breakdance. Je pense que seulement le Festival al-Bustan peut produire un programme tellement varié et différent, qui s’adresse à tout public.
 

Après Bach, comment aller au-delà?
Il est toujours possible de trouver une nouvelle émotion, une nouvelle idée. Ca va être une grande surprise. Ce sera non seulement une idée musicale, mais elle permettra de développer la possibilité de faire de la musique ici, et de connecter le Liban avec, non seulement tous les autres festivals, mais aussi les autres expériences musicales internationales. J’espère annoncer le
projet pour la prochaine année durant le festival. C’est une idée qui remonte à trois ans déjà, mais j’ai dû attendre les 25 ans du Festival. Une période se termine et une nouvelle commence, pleine de musique, de surprises, de grands artistes et d’innovation aussi.

Bach classique
● 15 février: Magnificat, Eglise Saint-Louis des Capucins, Beyrouth.
● 18 février: La Passion selon Saint-Jean, Eglise Saint-Elie, Kantari.
● 21 février: Messe en si mineur – Eglise Saint-Joseph des Pères jésuites, Beyrouth.
● 23 Février: Variations Goldeberg avec Martin Stadfeld (piano).
● 8 mars: Suites pour violoncelle nos. 2, 4, 6 avec Antonio Meneses- Musée national.
● 10 mars: Suites pour violoncelle nos 1, 3, 5 avec Victor-Julien Laferrière – Eglise Saint-Charbel (Maad) – 19h.

Bach avec un twist
● 13 février: JSB for Jazz Sebastian Bach avec The Swingle Singers.
● 25 février: Breakdancing Bach avec The Red Bull Flying Bach.
● 1 mars: Soirée poétique arabe avec Bach, avec Mireille Maalouf et Rifaat Torbey (acteurs), Roman Storojenko (violoncelle) – Grystal Garden, Hotel al-Bustan.
● 28 février: Jasmin Toccata avec Jean Rondeau (clavecin), Thomas Duford (luth) et Keyvan Chemirani (zarb/santour).
● 17 mars: Bach Plucked Unplucked avec Edouard Ferlet (piano) et Violaine Cochard (clavecin).
● 20 mars: Contemporary Innovative Rythms avec Florain Willeitner (violon), Maria Radutu (piano) et Ivan Turkalj (violoncelle).
Les concerts sont prévus à 20h30, à l’Auditorium Emile Bustani sauf mention contraire.
Pour consulter tout le programme:
www.albustanfestival.com

Nayla Rached

Related

Festival du cinéma européen. Regard vers l’ici et l’ailleurs

admin@mews

Beirut Cinema Week. Le septième art local se fête

admin@mews

Bipod inaugure sa 11e édition. Tarab, ou la continuité différenciée

admin@mews

Laisser un commentaire