Magazine Le Mensuel

Nº 2866 du vendredi 12 octobre 2012

ECONOMIE

Economie et finance

Immobilier
Crainte d’une bulle à moyen terme  

Une source haut placée dans le monde de la finance n’a pas caché ses inquiétudes de l’émergence d’une bulle immobilière, qui ne serait pas imminente et qui pourrait être évitée si des mesures appropriées sont prises par les autorités monétaires avant fin 2012. Selon le responsable, les autorités sont conscientes des développements sur le terrain dans le sens d’un grippage de l’économie qui pourrait conduire vers une croissance économique nulle pour l’année en cours.
La bulle se traduirait par des défauts de paiement tant de la part des promoteurs immobiliers que du côté des acheteurs, qui sont sous pression du fait du rétrécissement du marché du travail. La bulle ferait mal aux banques commerciales, puisque 30% du total de leur portefeuille de crédits sont dédiés aux agents du secteur immobilier. Le portefeuille des crédits au logement des banques s’est élevé à 6,8 milliards de dollars, après avoir atteint un pic en 2011 avec 2,2 milliards de dollars de créances à l’habitat.   
Il est vrai que la Banque centrale avait depuis près de cinq ans accordé des incitations de taille aux banques afin d’ouvrir les vannes du crédit aux particuliers et stimuler les rouages de l’économie. Elle avait exempté les banques d’un montant des réserves obligatoires en livres censées être placées auprès de la BDL, équivalent aux montants des prêts immobiliers consentis. Cet effet de levier n’avait pas été toutefois approuvé par la Banque centrale sans garde-fous, puisque la circulaire exigeait que l’emprunteur ne bénéficie pas plus de 60% en termes de créances du montant total de l’appartement ou de son projet immobilier.  
Aujourd’hui, l’offre est plus forte que la demande en ce qui concerne tous les segments de la clientèle. La source citée affirme que les prix des grands appartements de luxe ont enregistré une baisse de 20% alors que ceux des unités de logement de superficie moyenne ont reculé de 10%. Les autorités monétaires planchent en ce moment sur l’examen d’une réglementation plus stricte concernant les conditions d’octroi de financement aux constructeurs et promoteurs immobiliers et peut-être une meilleure flexibilité d’octroi de fonds aux acheteurs dans le but ultime de recréer une demande et de réduire l’offre, tout en assurant l’écoulement du stock d’appartements vides ou en phase de construction. Sachant que la pose de la première pierre d’un chantier de construction nécessite des préparatifs d’ordre administratif qui durent au moins un an. Ces préparatifs comprennent le tirage des plans architecturaux et de génie civil ainsi que l’obtention du permis de construction.  
Interrogé par Magazine, un promoteur immobilier dont le cœur de métier se trouve exclusivement dans la capitale a avoué avoir misé sur l’arrivée en masse des familles syriennes au Liban pour redresser quelque peu la demande. Mais les transactions fermes d’acquisition d’appartements de la part des Syriens ont été en deçà des expectatives, ces derniers ont préféré louer des appartements à Beyrouth et dans sa banlieue, en attendant de s’acheter un pied-à-terre à Chypre ou en Grèce.

 

Liliane Mokbel
 

Related

Start-up. Nollo, la nouvelle génération de smartphones développée au Liban

admin@mews

Gaz et pétrole. Spectrum aurait investi près de 67 millions $

admin@mews

Banques. Signes de confiance interne et externe

admin@mews

Laisser un commentaire