Magazine Le Mensuel

Nº 2886 du vendredi 1er mars 2013

Confidences Moyen-Orient

Confidences Moyen-Orient

La famille royale divisée
La famille royale bahreïnie a connu, au cours des trente dernières années, de multiples dissidences restées secrètes. Cela n’a pas affecté l’emprise de la famille Khalifa sur le petit royaume. Mais après l’explosion de la révolte chiite, ces divergences sont devenues difficiles à occulter, l’héritier au trône le prince Salman Ben Hamad Ben Issa Al Khalifa, chef de la ligne modérée, s’étant retrouvé en opposition avec son oncle le puissant Premier ministre Khalifa Ben Salman Al Khalifa. Ce dernier refuse tout dialogue avec l’opposition. Le roi Hamad Ben Issa, qui se trouve au centre de cette querelle familiale, tente difficilement de réconcilier les deux camps, car il en va de l’avenir des Khalifa. Des analystes à Manama ont noté que le voisin saoudien soutenait le Premier ministre, alors que Washington et Londres préfèrent la méthode adoptée par l’héritier au trône.    

 

Maliki gagne un nouvel allié
Le Premier ministre irakien Nouri el-Maliki est engagé dans un combat politique acharné sur plusieurs fronts. Dernier épisode en date, le bras de fer qui l’oppose au chef du Parlement Oussama el-Nujaifi, qui a osé visiter le Qatar sans son autorisation. Furieux, le Premier ministre veut purement et simplement le remplacer. Et à la surprise générale, Sayyed Moktada el-Sadr a rejoint la croisade menée par Maliki, critiquant sévèrement «la visite suspecte conduite à Doha». Il semble bien que les conseils iraniens à Sayyed Moktada ont porté leurs fruits, puisque le chef des Sadristes était jusqu’il y a peu de temps l’allié de Nujaifi.

Imad Mahmoud mieux connu sous le nom d’Abou Hazem el-Soudani, était le leader du mouvement al-Qaïda au Soudan. Ce vétéran d’Afghanistan, d’Irak et même de Tchétchénie, avait dernièrement fait le choix de rejoindre les combattants d’Aqmi au Mali pour mener le jihad contre les troupes françaises. Ce sera son dernier champ de bataille puisqu’il a été tué dans un raid aérien mené à la mi-février par des avions Rafale français. A la tête de 200 combattants soudanais, il avait promis à ses proches de conquérir le Sahara, mais c’était sans doute le combat de trop. Après sa disparition, al-Qaïda se cherche un nouvel émir pour diriger ses opérations au Soudan, bien que les autorités de Khartoum prétendent que les disciples d’Oussama Ben Laden ne sont pas présents sur leur territoire. Difficile à croire, puisque des dizaines d’entre eux ont été tués en Afghanistan, en Irak, au Mali et même en Syrie.

Iyad Allaoui l’ancien Premier ministre irakien et président du bloc parlementaire al-Irakiya, aurait échappé à une nouvelle tentative d’assassinat. Ses proches assurent qu’il avait été victime d’un complot lors de son dernier passage à Bagdad. Selon eux, le chef de l’opposition irakienne est en danger de mort, car Téhéran chercherait à l’éliminer de la scène politique. Déjà l’année dernière, Allaoui avait échappé de peu à un attentat à sa vie qui aurait été orchestré par des agents iraniens. Entre-temps, les autorités à Bagdad font la sourde oreille comme si de rien n’était.    

Dahlan de retour
Mohammad Dahlan, ancien dirigeant controversé du Fateh, qui avait perdu son statut après sa disgrâce auprès du président palestinien Mahmoud Abbas, fera son retour sur la scène politique palestinienne d’une façon inattendue. En effet, il vient de lancer sa chaîne satellite Al-Ghad al-Arabibasée à Londres, surprenant ainsi ses détracteurs qui pensaient s’être débarrassés de ce personnage bien encombrant. Panique à Ramallah, car il s’est avéré que le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah Bin Zayed, et son frère Mansour, vice-Premier ministre, sont les principaux investisseurs dans ce nouveau projet. Selon des sources à Abou Dhabi, les responsables émiratis veulent créer une chaîne capable de rivaliser avec al-Jazeera. Ce ne sera pas chose facile.       
 

En pointillé…
Le Guide suprême de la révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei, n’a guère apprécié les querelles qui ont opposé ses deux protégés, Mahmoud Ahmadinejad et Ali Larijani. Il a donc sommé le président de la République et le chef du Parlement de se taire. Des ordres reçus cinq sur cinq par les deux hommes qui ont présenté des excuses publiques au Guide, demandant son pardon. Mais il n’est pas sûr que ces excuses publiques mettront fin à la guerre sans merci que se mènent les deux hommes qui se détestent depuis bien longtemps. Larijani, dont les chances de succéder à Ahmadinejad en juin 2013 sont sérieuses, reste néanmoins pragmatique, préférant pour le moment calmer le jeu sans que cela ne signifie que l’actuel président n’est plus dans sa ligne de mire. 
 

L’Europe change de position
L’Union européenne, qui avait pris la décision de boycotter en 2006 le gouvernement formé par le mouvement palestinien Hamas, semble avoir changé de stratégie. En effet, des diplomates européens assurent qu’au cas où un nouveau gouvernement d’union nationale est formé, ils ne le boycotteront pas, même si le Hamas en fait partie. Catherine Ashton, ministre européenne des Affaires étrangères, aurait d’ores et déjà informé Abou Mazen qu’un tel gouvernement aurait la bénédiction de Bruxelles, car selon elle, la décision de 2006 était une erreur. En attendant, Paris et Londres préparent une nouvelle initiative de paix, au cas où Washington garderait les bras croisés face à l’arrêt des négociations entre Palestiniens et Israéliens depuis de longs mois. Khaled Mechaal, qui bloque par son veto le processus de réconciliation, ferait mieux de saisir cette chance avant qu’il ne soit trop tard.         

Coopération secrète Arbil-Tel-Aviv
Il est notoire que des liens historiques existent entre la province du Kurdistan et l’Etat juif. Mais après la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, Arbil avait choisi de geler ses contacts avec Tel-Aviv pour éviter toute crise avec la majorité chiite en Irak. Or, selon les médias israéliens, Massoud el-Barzani, président de la province semi-indépendante, aurait décidé de renouer les liens avec le gouvernement israélien. C’est ce qui expliquerait la visite discrète conduite par de hauts responsables kurdes, dont Kosrat Rasul et le ministre de l’Agriculture Jamil Sulaiman Haider. Tel-Aviv aurait reçu ses anciens amis chaleureusement, en leur promettant de répondre positivement à toutes leurs demandes d’aide. Si cette information s’avère, le conflit entre Bagdad et Arbil aurait franchi un nouveau cap, et il serait par conséquent difficile d’envisager une réconciliation entre les Kurdes et le pouvoir en place.    

Rabat intransigeante!
Le gouvernement islamiste au Maroc, présidé par Abdel-Ilah Benkirane, semble avoir choisi d’adopter une ligne dure sur le dossier sahraoui. La Cour militaire à Rabat a condamné neuf Sahraouis à la prison à perpétuité pour leur rôle dans les incidents de 2010 dans un camp de réfugiés en plein désert. Par le passé, le roi Mohammad VI préférait ne pas fâcher la communauté internationale et évitait de telles sanctions dures à l’encontre des membres du Polisario, mais c’était sans compter sur l’intransigeance des islamistes qui refusent de céder aux pressions internationales et pensent pouvoir résoudre le problème sahraoui par la force. Benkirane ferait mieux de donner une chance aux efforts déployés par le diplomate américain et représentant onusien Christopher Ross car ce conflit, qui dure depuis plus de cinquante ans, ne peut être résolu que par le dialogue.      

Farouk Chareh dérange
Le vice-président syrien Farouk Chareh, âgé de 76 ans, a perdu sa cote auprès du président syrien Bachar el-Assad depuis le début de la révolte populaire. L’ancien ministre des Affaires étrangères de Hafez el-Assad, originaire de la région de Deraa, n’a pas caché dès le début son désaccord avec les durs du régime, qui ont préféré user de la force plutôt que de lancer des négociations politiques avec l’opposition. Mais ce qui a le plus agacé les cercles du pouvoir est qu’Ankara, Riyad et même l’opposition syrienne, ont choisi le vice-président comme seul interlocuteur, en cas de possible dialogue. Voilà pourquoi le président a ordonné qu’un nouveau congrès du parti Baas soit tenu pour renouveler les membres du bureau politique qui serait, selon Assad, dépassé par les événements. En réalité, Bachar el-Assad veut se débarrasser de son vice-président qui pourrait, en cas d’accord entre Washington et Moscou, jouer le même rôle qu’Abed Rabbo Mansour Hadi au Yémen.  

48 milliards de dollars est la valeur des pertes qu’aurait subies l’économie syrienne au cours des deux dernières années. Selon une étude réalisée par un site financier spécialisé, ces pertes représentent 80% du Produit national brut syrien. Des chiffres effrayants, même comparés à ceux d’autres pays en guerre comme la Libye ou l’Afghanistan. La responsabilité de cette catastrophe tomberait sur les deux camps en conflit, puisque le régime dépense tous ses revenus sur la production militaire, alors que l’opposition s’acharne à détruire les champs agricoles et les usines afin de priver le régime baasiste de toutes ses ressources. Résultat, même si la guerre devait prendre fin demain, le Pays des Omeyades aurait besoin de centaines de milliards de dollars pour reconstruire une infrastructure complètement anéantie et des villes rasées. Un spectacle qui renvoie aux images des villes allemandes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un plan Marshall pour la Syrie sera alors plus que nécessaire pour remettre les choses en ordre.       

26 milliards de dollars seraient le montant, selon la Banque centrale qatarie, de l’excédent budgétaire durant les trois premiers mois de l’année. Ces chiffres montrent que Doha jouira de plus de 100 milliards de dollars d’excédent sur le budget annoncé pour 2013. Mais que faire de ces sommes énormes dans un petit pays qui prétend jouer un rôle politique et économique de premier plan sur la scène internationale? Les Qataris auraient une réponse, puisque mis à part leur soutien financier aux nouveaux régimes égyptien, tunisien et libyen, et leur largesse avec les groupes d’opposition syriens, ils seraient sur le point de s’approprier le géant français, le groupe Printemps. Mais l’argent ne peut pas tout acheter, puisque Doha est très peu appréciée à Paris, et même dans le Maghreb où des voix se sont élevées pour condamner son rôle suspect dans les pays du Printemps arabe.

Related

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Confidences Moyen-Orient

admin@mews

Laisser un commentaire