Magazine Le Mensuel

Nº 2900 du vendredi 7 juin 2013

ECONOMIE

Télécommunications. La 4G est arrivée

Bien qu’elle ne soit pas aussi rapide qu’annoncé (sept fois plus que la 3G, soit 150 megabytes), la 4G est désormais disponible au Liban. Dans une première étape, seule la majeure partie de la capitale est couverte, mais le service devrait s’étendre à la totalité de Beyrouth d’ici à fin 2013 et aux autres régions l’année prochaine. Entre-temps, Dbayé, Jounié et le Kesrouan seront couverts en novembre, tandis que les grandes villes comme Tripoli, Saïda et Zahlé accéderont à ce service en 2014.
Le déploiement de la 4G dépend de l’infrastructure et de l’équipement du pays en smartphones de la dernière génération qui sont les seuls à pouvoir fonctionner avec une carte SIM spéciale comp
atible. Ce service est accessible sur clés informatiques, tablettes, routeurs, routeurs sans fil et pour les appels et messages sur mobile d’ici fin juin.
Les forfaits mensuels s’échelonnent entre 99 dollars pour le plus petit forfait à 10 gigabytes, à 249 dollars pour le plus gros forfait à 100 gigabytes.
 

Immobilier. La niche syrienne   
Le P.-D.G. d’une holding qui regroupe 14 compagnies opérant dans 5 pays dans les secteurs des médias et de l’immobilier, a pris l’initiative de regrouper autour d’un dîner deux cents hommes d’affaires syriens et familles syriennes présents en ce moment au Liban. L’objectif était de leur présenter un état des lieux des projets résidentiels en cours dans diverses régions du pays. L’organisation du dîner-débat n’a pas été particulièrement difficile d’autant que la holding a des sociétés opérant à Damas, Alep et Lattaquié. La plupart des personnes qui ont répondu à l’invitation sont originaires d’Alep. Il y a un potentiel réel dans cette niche d’autant que les pères de famille planifient d’installer leurs familles au Liban et de monter une entreprise soit au Liban soit à Chypre. Une demande soutenue sur un projet à Sin el-Fil, moyen de gamme, comprenant des appartements résidentiels dont la superficie varie entre 80 m2 et 150 m2, a été sensiblement perceptible au sein de l’audience. En ce qui concerne un immeuble résidentiel haut de gamme, situé face à l’immeuble Lazariyé au centre-ville, l’appétit était plutôt modeste, cinq clients ont demandé d’avoir des détails supplémentaires sur le chantier en cours. Mais le détail le plus croustillant est celui de la disposition d’un nombre non négligeable d’hommes d’affaires syriens à investir dans des projets immobiliers au Liban dans le cadre de la formule Equity Investment ou prise de participation au capital de l’entreprise, ajoute le P.-D.G. qui ne cache pas son enthousiasme pour l’idée. Il s’inscrit par ailleurs en faux contre certains promoteurs et constructeurs qui affirment que depuis 2008, 80% des transactions immobilières ont été conclues avec des expatriés libanais. «Les expatriés représentent une réelle masse d’acheteurs sérieux et il n’y a pas lieu de paniquer si les acquéreurs arabes sont moins nombreux. Le phénomène ne date pas d’hier mais depuis cinq ans déjà», ajoute-t-il. Le promoteur ne semble pas inquiet pour l’avenir du secteur, mettant l’accent sur le prix de l’immobilier qui n’a jamais baissé depuis une trentaine d’années au Liban. La croissance démographique est de 1,8 en rythme annuel, alors que le parc de terrains constructibles diminue d’une part, en raison de la surface du Liban relativement petite et d’autre part, de l’interdiction récemment de la destruction des anciens immeubles à Achrafié, par exemple. Il souligne néanmoins que l’industrie de l’immobilier est devenue un secteur difficile à gérer, d’autant plus que les agents ont besoin de trouver de nouveaux moyens pour attirer les potentiels acheteurs. Il est loin le temps où un simple spot publicitaire flashy sur un bus ou une insertion dans un journal suffisait «pour faire l’affaire». Aujourd’hui, les acheteurs potentiels sont des technophiles. Il est impératif pour une promotion efficace de combiner les médias traditionnels et les médias numériques.

LILIANE MOKBEL

Related

Marché de change. Absence d’offres de vente du billet vert

admin@mews

BDL: intransigeante sur les transactions à la marge

admin@mews

Fatca. 122 entités libanaises enregistrées auprès du Trésor US

admin@mews

Laisser un commentaire