Magazine Le Mensuel

Nº 2910 du vendredi 16 août 2013

Diaspora

A 91 ans. Michael Ansara tire sa révérence

Michael Ansara, qui a eu l’une des plus longues carrières en Californie, vient de décéder à l’âge de 91 ans. Ayant quitté son village de la Grande Syrie avec ses parents en 1920, il a tout fait pour pénétrer dans le monde très fermé d’Hollywood. Retour sur le parcours d’un acteur qui a pu, grâce à son talent, marquer des générations d’Arabo-Américains.
 

Michael Ansara avait tout pour faire parler de lui à Hollywood. Du charisme, une voix grave, une allure imposante. Très grand de taille, il savait jouer avec brio des rôles rappelant son origine.

Des rôles ethniques
Au début de sa carrière, tout le monde pensait qu’il était égyptien. Il est né en fait en Syrie. D’origine libanaise, il a voyagé avec ses parents à l’âge de deux ans et n’a aucun lien avec l’Egypte. Après son arrivée en Californie, il entre au Los Angeles City College avec l’intention de devenir médecin, mais opte finalement pour une formation de dramaturge. Dès le début de sa carrière, l’étiquette de «l’Arabe» lui colle à la peau.
Pour lui, tout a commencé en 1944. Dans le film Action in Arabia, il devient Hamid. Directement après, les rôles s’enchaînent. Qu’il joue Mr Jumla dans The Diamond Queen ou le prince Balthazar dans Slaves of Babylon, il demeure toujours dans ces rôles ethniques évoquant d’où il provient. Quelques années plus tard, arrive le moment des westerns. Et là aussi, Michael Ansara excelle dans des rôles qu’on lui confie. Son allure et son physique le font passer avec brio pour Cochise. Ce dernier étant un chef indien américain qui a résisté à l’occupation des terres indiennes. A la télé, il interprète d’ailleurs Cochise dans Broken Arrow. Henchman Walker et Angry Horse dans The Lone Ranger.
Outre les westerns, l’acteur a pu aussi durant sa carrière s’imposer dans les séries de science-fiction. Rappelez-vous des Star Trek. Il a joué Kang dans Star Trek en 1966, dans Star Trek: Deep Space Nine en 1993, et dans Star Trek: voyager en 1995. Parallèlement à l’univers de science-fiction, il y a eu aussi pour Michael Ansara le moment des comics. On le retrouve alors dans le fameux Batman. Il a ainsi interprété le même personnage, le Dr Victor Fries / M. Freeze, dans diverses séries différentes: Batman en 1992, The new Batman adventures en 1997 et Batman beyond en 1999.
Vers la fin de sa carrière, Ansara interprète cheikh Ramal dans McCloud, Abou Sofyan dans The message, Hamaad dans Vegas. Son dernier rôle était dans un jeu vidéo en 2001. Interrogé sur sa longue carrière, il explique à quel point il est chanceux. «Etre acteur a été une des choses les plus enrichissantes et gratifiantes. Ce luxe de pouvoir voyager à travers le monde, de rencontrer les gens et d’apprendre d’autres cultures». Sur le Hollywood Walk of Fame, Michael Ansara a déjà reçu son étoile. A jamais, M. l’Arabe sera ainsi immortalisé. 


Pauline Mouhanna, Etats-Unis

Une vie familiale mouvementée
Michael Ansara s’est marié trois fois. La première fois en 1949. Son mariage a duré cinq ans. La seconde fois en 1958, avec la fameuse actrice Barbara Eden. Le couple est resté ensemble durant seize ans. Ils ont un fils, Matthew. Tel père, tel fils. Ce dernier devient acteur et joue dans quelques films. Mais en 2001, Matthew décède d’une 
overdose, à 35 ans. Enfin, le troisième mariage de Michael a eu lieu en 1977. 
Il a duré jusqu’à son décès.

 

Related

Rawi, rencontre des écrivains arabo-américains. Dynamiser la littérature arabo-américaine

admin@mews

Elias Khoury. S’engager oui, s’essouffler jamais

admin@mews

Le rapport de Conciliation Resources. Pour une paix positive au Liban

admin@mews

Laisser un commentaire