Magazine Le Mensuel

Nº 2912 du vendredi 30 août 2013

Dossier

Fransabank. Répondre à toutes les attentes

En tant que banque majeure du marché, la Fransabank dispose d’une large gamme de prêts à la consommation destinés à satisfaire l’ensemble de sa clientèle. Le point avec Philippe el-Hage, directeur général adjoint en charge de la banque de détail.
 

Quels sont les produits de prêts à la consommation que vous proposez à votre clientèle?
La Fransabank a dans son portefeuille une large gamme de produits pour combler toutes les attentes. Prêts à la consommation couvrant le mariage, l’enseignement et même les besoins en énergie solaire auxquels s’ajoutent dans cette catégorie les prêts commerciaux pour les particuliers… Etudiés de façon à satisfaire le plus grand nombre de clients et s’adapter aux besoins de chacun, ils se caractérisent par des particularités et des critères propres. Les prêts à la consommation qui ont attiré le plus de clients en 2013 sont immanquablement les prêts personnels et le prêt éducation, Educational Loan, qui cible les jeunes qui désirent poursuivre leurs études universitaires au Liban ou à l’étranger. La Fransabank a lancé ce prêt pour universitaires depuis plusieurs années déjà. La demande du marché pour ce produit est en perpétuelle croissance et nous réussissons à atteindre tous nos objectifs. Il est proposé à la Fransabank à un taux d’intérêt minimal de 3% et pour un montant assez élevé pouvant atteindre 375 000 000 livres libanaises avec une durée de paiement qui peut s’étaler sur dix ans et une période de grâce qui comprend toute la durée des études avec un an supplémentaire (maximum onze ans). Tous nos prêts à la consommation offrent des cartes de crédit gratuites à leurs détenteurs. Ces cartes se caractérisent par le Cash Back Reward Program, qui a pour objectif de satisfaire et fidéliser le plus grand nombre de clients en leur proposant un remboursement inconditionné de 1% du total de leurs achats. Ce programme est applicable automatiquement à tout détenteur d’une carte de crédit Fransabank.

Comment vous distinguez-vous de la concurrence?
A la Fransabank, nos offres sont diversifiées et ciblent des besoins ponctuels et réels. En effet, l’objectif principal du client qui a recours à un crédit à la consommation est de combler un besoin ponctuel et nécessaire à notre vie moderne. Les besoins pouvant prendre diverses formes, la Fransabank assure une flexibilité dans la période de remboursement, ainsi que des taux d’intérêt préférentiels des plus compétitifs du marché. Pour se distinguer de la concurrence, la Fransabank ne limite pas ses conditions spéciales dans le temps et les propose tout au long de l’année.

Quelles sont les niches dans ce domaine que votre banque compte explorer?
Nous cherchons avant tout à satisfaire nos clients et répondre à leurs besoins en innovant dans nos offres pour rester les plus compétitifs du marché. Actuellement, nous avons lancé une offre pour les membres de l’Armée libanaise, avec une période du prêt personnel qui s’étale sur six ans au lieu de cinq, une période de grâce de trois mois, un montant de prêt qui s’élève à 30 000 000 livres. «à blanc», le tout à un taux d’intérêt très compétitif. Cette même offre va s’étendre pour tous les employés du secteur public, ainsi que les directoires de l’Etat, à partir du 1er septembre 2013.

Ce segment est-il en croissance?
Le portefeuille des prêts de notre section Banque de détail, Retail Banking, connaît depuis plusieurs années une progression constante et soutenue. Ceci traduit la satisfaction de nos clients et la réussite d’une stratégie menée par la banque et axée sur le perpétuel renouvellement de nos offres et la proximité avec notre clientèle à travers le plus large réseau d’agences du pays.

Comment éviter les problèmes de surendettement des ménages?
Nous sommes très vigilants sur les excès en termes de surendettement des ménages, c’est pour nous une éthique morale plus que professionnelle. La Fransabank étudie et analyse chacun de ses dossiers au cas par cas afin de maintenir une cohérence entre le montant des prêts accordés et le revenu mensuel du souscripteur, dont les paiements mensuels ne doivent en aucun cas excéder le 33% du revenu. Pour traquer les accros aux crédits, la Fransabank prend en compte toute une série de références que ce soit celles provenant de la BDL  (Banque du Liban) ou même des marchands eux-mêmes. Nos équipes sont bien rodées à cet exercice et nous n’enregistrons pas à ce jour de problème majeur. Tout relâchement dans les conditions d’octroi des crédits ne peut qu’être négatif pour les consommateurs qui souscrivent alors à plus de crédits qu’ils ne sont capables de rembourser. Il est impératif que les conditions, les procédures et le profil du souscripteur soient parfaitement étudiés et analysés avant l’approbation de tout crédit pour éviter surendettement et «effet boule de neige».

Propos recueillis par Jenny Saleh

Related

Neshan Der Haroutiounian. L’art de poser des questions

admin@mews

Fransabank. Aider les Libanais à épargner

admin@mews

Audi Saradar Private Bank. Diversification et préservation

admin@mews

Laisser un commentaire