Magazine Le Mensuel

Nº 2986 du vendredi 30 janvier 2015

general

Les accidents de ski. Gare aux entorses du genou

Selon les données, un tiers des accidents liés au ski sont des entorses de genou. Près d’une entorse sur deux correspond à une rupture du ligament croisé antérieur. La préparation physique et sportive et un simple contrôle du réglage des fixations permettront cependant d’éviter un bon nombre d’accidents.
 

Les entorses du genou sont très fréquentes chez les sportifs et particulièrement chez les femmes. Il s’agit d’un étirement ou une déchirure de ligaments. Ce sont des cordes qui relient les os entre eux et assurent une stabilité des articulations. Pour prévenir les entorses de genou, la préparation physique est importante. Pratiquer la marche à pied, prendre les escaliers ou faire de la musculation en salle sont fortement conseillés pendant deux mois avant le ski, notamment pour les non-sportifs. Ces activités renforcent la musculature de la cuisse et la protection du genou. Les entorses du genou sont par ailleurs liées à un mauvais réglage des fixations de ski. Un bon réglage des fixations doit être effectué régulièrement. On considère qu’environ la moitié des fixations de ski sont mal réglées. Lorsqu’on a l’impression d’avoir subi une entorse, la première chose à faire est de cesser de faire l’exercice en cours. L’application de la glace, un excellent anti-inflammatoire, le plus tôt possible réduira l’enflure et la douleur associées à l’entorse. Elle devrait être appliquée pendant 10 à 15 minutes, toutes les 2 heures. Lorsque la douleur diminue, il faut tenter de marcher quelques pas. Si la marche est tolérée, on continue à mettre du poids sur la jambe malade. Sinon, il faut consulter rapidement. Si la blessure semble peu sévère et que vous êtes capable de marcher sans trop de douleur, le traitement consiste en un repos de 7 à 10 jours. Pour les blessures plus sévères, le médecin vous proposera des béquilles, une canne qui doit se porter du côté opposé à la blessure ou une orthèse, ainsi que des traitements de physiothérapie et un suivi approprié. Les traitements de physiothérapie devraient débuter précocement afin de minimiser les risques de faiblesse aux muscles de la cuisse et pour favoriser un retour en toute sécurité vers les activités habituelles.
 

Instabilité de l’articulation
Le genou est l’articulation la plus sollicitée et la plus exposée en pratique sportive de telle sorte que 75 à 90% des ruptures du ligament croisé antérieur surviennent lors du sport, comme le ski, le football, le handball et le tennis. L’absence de traitement approprié d’une entorse de genou (qu’elle soit bénigne ou grave) peut aboutir à des troubles fonctionnels importants de l’articulation et une dégénérescence précoce du cartilage (arthrose) d’autant plus que les lésions sont sévères. Lors d’une entorse, les ligaments peuvent résister ou se rompre. La rupture du croisé antérieur avec le ligament interne est très fréquente au ski. C’est l’atteinte d’un ou des deux ligaments croisés qui définit une entorse grave du genou car en cas de lésion, la stabilité de celui-ci est compromise surtout pour le ligament croisé antérieur. Il faut donc arrêter le sport afin de ne pas aggraver les lésions. Qu’elle soit bénigne ou grave, l’entorse du genou est douloureuse. Le genou est plus ou moins gonflé avec des mobilités diminuées. Un traitement médical, une immobilisation relative et une rééducation précoce suivant le degré de gravité de l’entorse sont alors indiqués pour en soulager les symptômes.

NADA JUREIDINI

Les symptômes de l’entorse
Une douleur immédiate au moment du traumatisme et perdurant à la sollicitation du genou atteint.
Une difficulté, voire une impossibilité, de bouger le genou.
Un œdème ou un gonflement du genou.
Un craquement ressenti au moment du traumatisme faisant suspecter une rupture ligamentaire.
Une impression de déboîtement suspecte d’atteinte des ligaments croisés.

Related

Entre Aoun et Geagea. Pas de retour en arrière possible

admin@mews

E-Artist: Lamice, une anonyme libanaise qui s’impose à Paris

admin@mews

Marwan Charbel, ministre de l’Intérieur. «Si les accusés du TSL passent un barrage, ils seront arrêtés»

admin@mews

Laisser un commentaire