Magazine Le Mensuel

Nº 3009 du vendredi 10 juillet 2015

general

The Voice emballe la nouvelle génération

Les huit finalistes de la version française de The Voice, avec à leur tête l’ensorcelante Hiba Tawaji, ont enflammé la scène au cours d’un concert exceptionnel donné au stade Fouad Chéhab dans le cadre du Festival de Jounié.

Les huit meilleurs talents du célèbre programme suivi par des milliers de spectateurs à travers le monde se sont surpassés, le temps d’une soirée, pour offrir à leurs fans libanais une cérémonie exceptionnelle. Ils étaient des centaines à se presser vers les entrées du stade, ces adolescents venus nombreux, excités à l’idée de voir de près leurs vedettes préférées. Près de 3 000 personnes étaient là, principalement âgées entre 8 et 28 ans, certains accompagnés de leurs parents, d’autres pas. Ces jeunes ont montré à Anne Sila, Lilian Renaud, Hiba Tawaji, Battista Acquaviva, David Thibault, Camille Lellouche, Guilhem et Côme qui enchaînaient les tubes, que la jeunesse libanaise est pétrie de joie de vivre et d’entrain. Dès les premières notes, les spectateurs scandaient les noms de leurs stars préférées qu’ils suivent avec assiduité sur les chaînes de télévision dans le cadre du programme The Voice. Des écrans géants, une féerie de lumières, des reprises de certaines scènes clés de l’émission en arrière-plan, des musiciens talentueux… tous ces éléments ont contribué à la réussite de ce spectacle.
Faisant preuve d’un enthousiasme délirant et d’un sens du rythme certain, les jeunes se déhanchaient au son de la musique. Hiba Tawaji a été accueillie avec plusieurs ovations surtout lorsqu’elle chanta, accompagnée au piano d’Oussama el-Rahbani, Tu fais tourner les moulins de mon cœur. La star libanaise a certes chanté en français et en anglais comme le reste de l’équipe de The Voice. Mais voulant rendre hommage au Liban, elle a entonné deux chansons en arabe. Une ambiance festive régnait et les jeunes talents de The Voice, simples et décontractés, n’ont pas hésité à se mêler à leurs fans leur permettant de prendre des photos et des enregistrements vidéo, faisant part de leur joie d’être au Liban. Il faut dire que tout concourait pour faire de cet événement une réussite: la parfaite organisation, la gentillesse des hôtesses qui recevaient les spectateurs, le temps doux et la joie de vivre d’une jeunesse qui prouve, une fois de plus, que la musique est l’une des plus nobles façons de résister.

Danièle Gergès

Related

Tebnine, Liban-Sud. Ouverture d’un centre culturel français

Industrie. Belles perspectives à l’horizon 2015

Scandale. Des travaux surfacturés à Roumié

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.