Magazine Le Mensuel

Nº 3031 du vendredi 11 décembre 2015

  • Accueil
  • general
  • Entre les FL et le Courant du futur. Machnouk tente de limiter les dégâts
general

Entre les FL et le Courant du futur. Machnouk tente de limiter les dégâts

Le ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, cherche à atténuer l’impact des répercussions du soutien de Saad Hariri à la candidature de Sleiman Frangié, sans en avoir avisé ses alliés, jetant ainsi le trouble sur leurs relations, en particulier, avec Samir Geagea. En se rendant à Maarab, Machnouk voulait jouer cartes sur table avec le leader des Forces libanaises. Lequel s’est avéré avoir été le dernier informé de ce que préparait Hariri, alors que celui-ci aurait dû en aviser ses alliés maronites les plus concernés. C’était donc une erreur qui, d’après Machnouk, méritait d’être sérieusement clarifiée. A l’issue de la rencontre, le ministre a déclaré que «tout débat devait être positif et qu’il fallait éviter la confrontation, les problèmes et, surtout, maintenir les objectifs du 14 mars». Ce qui est requis c’est «la sauvegarde de l’oxygène dans les alliances menacées de s’enflammer si la candidature de Frangié était mise sur les rails».
Les milieux chrétiens du 14 mars considèrent que le problème de Hariri, aujourd’hui, est d’avoir perdu leur confiance après la rencontre de Paris avec Frangié. Non pas à cause de son initiative de trouver un compromis que, personnellement, il juge utile dans la mesure où les chrétiens ne se sont toujours pas entendus, depuis un an et demi, sur un candidat unique à la présidence de la République, mais parce que, contrairement à Sleiman Frangié, aucun de ses alliés chrétiens n’a cherché à savoir ce que Nabih Berry et Walid Joumblatt préparaient. Les chrétiens n’acceptent pas la situation actuelle dans laquelle ils ont perdu leur rôle et leur autorité. Ce dont il s’agit maintenant ce n’est pas, pour les forces du 14 mars, le seul choix du nom de Sleiman Frangié, mais ce que peut provoquer le fait que Hariri se soit lancé, sans en référer à ses partenaires, dans un compromis même si celui-ci est régional ou international. Celui qui a mis au point un tel compromis peut-il s’attendre à ce que le 14 mars soit le même après et avant la rencontre de Paris?

Chaouki Achkouti
 

Related

Marwan Charbel, ministre de l’Intérieur. La sécurité par consentement, c’est fini!

admin@mews

Maladies et déchets. Les risques augmentent de 400%

admin@mews

Conflit syrien. Le Liban le plus touché

admin@mews

Laisser un commentaire