Magazine Le Mensuel

Nº 3046 du vendredi 25 mars 2016

  • Accueil
  • Dossier
  • Banque Libano-Française. Engagement pour les grandes causes
Dossier

Banque Libano-Française. Engagement pour les grandes causes

La Banque Libano-Française pratique la responsabilité sociale depuis toujours, consciente du rôle qu’elle a à jouer en tant qu’actrice de la société, à plusieurs niveaux. Tania Rizk, directrice de la communication, de l’expérience clients et de la RSE du groupe, explique à Magazine les différents engagements de la BLF.
 

Si la Responsabilité sociale des entreprises (RSE) était déjà dans les gènes de la Banque Libano-Française bien avant que cela devienne une tendance dans les grandes entreprises, c’est en 2010 qu’une unité dédiée a été créée pour cadrer la RSE autour de quatre segments principaux: le market place, le work place, l’environnement et la communauté. Et la banque s’est engagée très sérieusement. «Nous avons été sélectionnés en 2013 par Libnor pour bénéficier d’une mission conseil sur l’Iso 26000. Cela nous a permis d’établir un plan d’action jusqu’en 2019 qui a été validé par le P.D.G. de la banque lui-même», explique Tania Rizk. «Par ailleurs, nous avons intégré le United Nations Global Compact (UNGC) à la fin 2014 et nous figurons parmi les dix entreprises libanaises qui siègent à son comité national», précise-t-elle.
 

Promouvoir les femmes
Dans le domaine du market place, la Banque Libano-Française a pris à cœur d’appliquer des règles de RSE très strictes en instaurant de nouvelles pratiques dans ses relations à la clientèle, mais aussi avec ses fournisseurs. «Nous avons, par exemple, mis en place une politique d’achat avec nos fournisseurs et ajouté une clause contractuelle pour les engager à respecter les droits de l’homme et l’environnement», souligne Mme Rizk. Au final, l’engagement socialement responsable de la banque produit, petit à petit, un cercle vertueux autour d’elle.
Responsabilité sociale rimant souvent avec innovation, la Banque Libano-Française s’est aussi illustrée, en 2013, en développant avec MasterCard une carte bancaire pour les réfugiés au Liban bénéficiant du Programme alimentaire mondial (Pam). La distribution de coupons d’alimentation sous forme de cash aux réfugiés a ainsi été remplacée par une carte prépayée rechargeable utilisable uniquement dans certains commerces. Une innovation saluée notamment par le site Mashable comme la «3e innovation ayant rendu le monde meilleur en 2013» et récompensée à la fois par MasterCard et même par son concurrent Visa avec des prix du meilleur produit pour l’inclusion financière.
En interne, la Banque Libano-Française a instauré, depuis plusieurs années, des pratiques permettant à ses employées mamans d’enfants de moins de dix ans de bénéficier d’horaires aménagés compatibles avec le temps scolaire. Par ailleurs, la BLF promeut le travail des femmes en revendiquant pas moins de 54% d’employées, plus de 50% de directrices d’agences, 25% du Top Management et… la seule directrice générale du pays!
Très engagée dans le domaine environnemental, la banque a été la première à lancer une carte écologique, la Earth Card, en 2011, en collaboration avec MasterCard et le Pnud-Liban. Grâce aux revenus de cette carte, 160 000 dollars ont déjà été reversés pour financer des projets verts au Liban. La BLF a, par ailleurs, accordé 185 millions de dollars de crédits verts à des clients particuliers et entreprises, leur permettant de se convertir au solaire ou de mettre en place des pratiques de développement durable, grâce à un accord passé avec l’IFC, bras financier de la Banque mondiale. Des crédits qui représentent l’équivalent d’une réduction de 9 709 tonnes de CO2 par an!
«Pas besoin de lister toutes les actions que nous entreprenons pour la communauté dans les domaines de la jeunesse, de l’art, de la culture, etc…», indique Tania Rizk, qui précise que «la responsabilité sociale est liée aux pratiques mises en place par une entreprise pour gagner son argent avant tout, et pas seulement à sa manière de le dépenser». Là est le plus grand défi dans un pays où la notion de RSE est parfois encore un peu floue ou associée à la philanthropie, au sponsoring ou aux relations publiques. «Pourtant, être socialement responsable apporte plein d’avantages à une entreprise: elle est encore plus respectée par ses clients et par la société, elle attire et retient les meilleurs talents, elle encourage l’innovation et permet de diminuer les dépenses», note-t-elle.

Jenny Saleh

Related

Arope Insurance. Des plans d’investissement très attractifs

admin@mews

Fransabank. Une progression constante

admin@mews

Axa Middle East. Des produits segmentés pour répondre aux besoins des clients

admin@mews

Laisser un commentaire