Magazine Le Mensuel

Nº 3054 du vendredi 20 mai 2016

Festival

Printemps de Beyrouth. L’art pour tous

Organisé par la Fondation Samir Kassir à la mémoire du journaliste assassiné, Le printemps de Beyrouth tient, du 3 au 7 juin, son édition 2016. Une programmation artistique, ouverte à tous. Théâtre, musique et performance, trois soirées artistiques… le tout gratuitement.
 

Vendredi 3 juin
Amok

Amok, c’est le titre de l’une des nouvelles du célèbre écrivain autrichien Stefan Zweig qu’Alexis Moncorgé a adaptée au théâtre et qu’il interprète, dans une mise en scène de Caroline Darnay, qui a également signé la traduction vers le français du livre.
Une nuit, à la clarté des étoiles, sur un bateau de retour d’Asie, un homme sort de l’ombre pour se délivrer de son histoire… Il a besoin de parler; c’est la première et dernière fois qu’il racontera son histoire, non pas comme elle s’est réellement passée (et qui peut connaître la vérité?) mais comme il l’a vécue, lui. Il s’explique, plaide, se défend, accuse et nous prend à partie, nous, les étrangers, qui sommes à la fois son miroir et son juge. Dans la note d’intention, Caroline Darnay ajoute que «le coureur fou de cette aventure, c’est Alexis Moncorgé, que sa passion pour cette œuvre a transformé en «amok». Ce personnage, dont il s’est emparé corps et âme, lui appartient».
La pièce a remporté un succès remarquable au festival d’Avignon en 2015, puis au théâtre Poche Montparnasse à Paris où elle est toujours en cours. Saluée par la critique, qui pointe le merveilleux jeu du comédien, Alexis Moncorgé, petit-fils de Jean Gabin, est nommé pour le Molière de la Révélation masculine-2016.
21h, Auditorium Georges Audi, Ecole supérieure des affaires (Esa), Clémenceau,
En français, sur-titrée en arabe.

Dimanche 5 juin
Adonis

Pour ceux qui connaissent ce groupe libanais, l’attente se fait expectative d’un plaisir appelé à être revécu. Et pour ceux qui ne le onnaissent pas, ce sera l’occasion de plonger dans une découverte rafraîchissante et le coup de cœur immédiat.
Adonis est un groupe de pop/rock formé de quatre personnes, connu pour ses mélodies festives et ses paroles stimulantes en langue arabe, jonglant entre le récit, les airs entraînants et les morceaux enjoués. Formé en 2011 par Anthony Khoury et Joey Abu Jawdeh, deux étudiants en architecture et amis de longue date, auxquels se sont joints Gio Fikany et Nicolas Hakim, Adonis a fait ses premiers pas en ligne, faisant sensation avec son titre phare Stouh Adonis. Depuis, le groupe a considérablement évolué et se produit sur les scènes les plus prestigieuses du Liban et du monde arabe. A la suite du succès de l’album Daw L Baladiyyi en 2011 et de Men shou bteshki Beirut en 2013, Adonis collabore actuellement avec le producteur Jean-Marie Riachi pour son troisième album, prévu pour l’été 2016.
21h, Jardin Samir Kassir.

Mardi 7 juin
4×4: architectures éphémères

A la suite du succès de Smashed dans le cadre de l’édition 2014 du Printemps de Beyrouth, et en raison de la demande massive du public, le festival accueille à nouveau cette année les jongleurs Gandini qui présenteront leur nouveau spectacle 4×4: Architectures éphémères. Une coproduction entre la compagnie Gandini Juggling, le National centre for circus arts, le Lighthouse Poole et La Brèche Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie/Cherbourg-Octeville.
Traçant des voies dans l’espace, quatre jongleurs et quatre danseurs de ballet classique se partagent la même scène pour la première fois. Ces deux systèmes structurés sont des voyages éphémères à travers le temps et l’espace, laissant une trace invisible, telle une architecture imaginaire. 4×4 est une célébration du lieu où ces chemins se croisent. Ce spectacle est mis en scène par le jongleur de renommée mondiale, Sean Gandini, chorégraphié par le danseur du Royal Ballet, Ludovic Ondiviela, avec la musique originale Suspended opus 69 de Nimrod Borenstein, interprétée en direct par l’ensemble de musique de chambre, Camerata Alma Viva. La conception lumière de Guy Hoars s’ajoute à cette expérience sensationnelle où s’allient plusieurs formes d’art. «Un spectacle d’une beauté élégante, mélancolique», écrit The Guardian.
21h, théâtre al-Madina, Hamra.

Leila Rihani

Entrée gratuite.
www.beirutspringfestival.org et Facebook: Beirut Spring Festival

Photos: DR – Beinn Muir

Related

La Musica Deuxième. Ou les turbulences de la vie

admin@mews

Un été qui swingue

admin@mews

The Script. Que la jeunesse exulte

admin@mews

Laisser un commentaire