Magazine Le Mensuel

Nº 3072 du vendredi 2 décembre 2016

Immobilier

Corrélation entre l’immobilier et les banques

Les experts soulignent qu’un éventuel effondrement des prix de l’immobilier porterait un coup direct aux banques, rappelant que les prêts bancaires sont tous garantis. L’emprunteur engage certains actifs représentés par des sûretés réelles, sécurisant la dette pour le créancier qui a consenti le prêt. Jusqu’à fin septembre 2015, les prêts garantis se sont élevés à près de 52 milliards $: 32 milliards $ de prêts garantis par des hypothèques sur un bien immobilier; 23% du portefeuille, soit 13,7 milliards $, pour les prêts hypothécaires pour l’acquisition d’espaces commerciaux; 18%, soit 10,7 milliards $, pour l’achat d’espaces résidentiels. Ce lien entre les banques et les développeurs incite la Banque du Liban à s’impliquer davantage au niveau de la subvention des prix de l’immobilier, pour sauver les sociétés immobilières et préserver les profits des banques.

Mazraa: Deux tours à usage mixte
Les tours continuent de proliférer dans tous les quartiers de la capitale. La dernière en date est Abraj al-Madina que propose le développeur RC International. Le projet, situé à Mazraa, consiste en deux tours à usage polyvalent. Elles comprennent 13 espaces commerciaux, 52 logements résidentiels, 3 sous-sols, soit une surface bâtie de plus
de 13 000 m2. RC International a été fondée, en 1999, au cours de la période de boom immobilier créé par le chantier de reconstruction du Liban à la fin de la guerre.

 

-3,6%
Le nombre de permis de construire a reculé de 3,6% au cours des 9 premiers mois de 2016 par rapport à la même période en 2015. Ce qui reflète une baisse de l’appétit des développeurs immobiliers à moyen terme. C’est le Mont-Liban qui en a accaparé le nombre le plus élevé, soit 43,1%. La demande d’achat y provient des résidants libanais, les prix étant plus abordables que dans la capitale. La part de demande la plus faible, soit 4,1%, a été enregistrée à Beyrouth. La 2e place a été occupée par le Liban-Nord (17,7%), suivi par le Liban-Sud (14,6%), la Békaa (10,3%) et Nabatiyé (10,2%).

Centre à louer
Jdeideh 1178-1179, centre commercial, situé à environ 380 m de l’église Saints-Serge et Bacchus à Jdeidé, est à louer. Il comprend 10 espaces commerciaux, un warehouse et un espace dédié à la restauration de 450 m2 d’espaces fermés et d’un autre d’une même surface outdoor.

Hamra: 2e rue arabe la plus chère
Cushman & Wakefield a classé Hamra 2e rue arabe et 44e internationale, en termes des rues commerciales les plus chères pour 2016-2017. Le loyer du pied carré à Hamra s’est élevé à environ 93 $. Cette rue s’est classée avant la rue Prime de grande notoriété de Doha, au Qatar (3e au monde arabe et 45e à dans le monde). La rue City Center de Amman, en Jordanie, a occupé la 4e place régionale et la 65e mondiale, le loyer du pied carré étant de 65 $. Sur un plan mondial, la Fifth Avenue de New York s’est classée en tête du peloton, avec un loyer de 3 000 $ le pied carré sur un an, suivie par la rue Cayse Way Bay à Hong Kong.

Facilités de paiement attractives
Certains promoteurs immobiliers tentent de faciliter l’acquisition d’unités de logement, en offrant des facilités de paiement attractives, qui n’impliquent pas forcément pour le financement de la transaction une tierce partie, en l’occurrence la banque. Yessayan Developments, une compagnie de développement immobilier fondée, en 2009, à Beyrouth, propose Amethyst Project à Mezher, Bsalim. Ce projet, qui représente un complexe résidentiel, propose une offre d’achat d’un logement avec un premier versement de 10 000 dollars, alors que la mensualité représenterait 1 000 dollars.

Liliane Mokbel

Related

Marché locatif. C’est le moment de négocier

admin@mews

Hazmié. Un quartier qui change rapidement de visage

admin@mews

News immobilier

admin@mews

Laisser un commentaire