Magazine Le Mensuel

Nº 3085 du vendredi 5 janvier 2018

Point final

L’affaire Marcel Ghanem: un cas d’école

La polémique qui oppose le journaliste vedette Marcel Ghanem au ministre de la Justice, Salim Jreissati, ne peut être interprétée que comme un bâton dressé à l’attention du journaliste et des médias en général, afin qu’ils ne dépassent pas les limites tolérées par le pouvoir. Un cas d’école sur le bras de fer qui oppose souvent le pouvoir médiatique au pouvoir politique, et l’absence de charte d’éthique dans les médias libanais.
La démarche du ministre de la Justice ne se résume pas à lever un carton rouge pour l’adresser uniquement à Ghanem: car cette vedette médiatique et son talk-show Kalam el-nass sont, et de loin, des plus influents et des plus suivis depuis plus de 20 ans, même sous l’occupation syrienne. Plus largement, c’est la presse qui est visée. Et, en ce sens, l’initiative du ministre de la Justice enfreint la procédure judiciaire normale, porte atteinte à la liberté de la presse et constitue, de ce fait, une démarche commune à tout pouvoir politique qui cherche à contrôler la presse et censurer la parole publique.
Mais sur le fond, qu’en est-il des accusations portées contre Marcel Ghanem? Le ministre lui reproche d’avoir fait passer à l’antenne, et plus précisément dans son programme, deux journalistes saoudiens qui se sont livrés à une critique virulente des plus hautes autorités libanaises dans le cadre de la crise libano-saoudienne.
Peut-on prétendre qu’il y a eu infractions aux lois impliquant une intervention judiciaire? La réponse est non. Peut-on parler de dérapage éthique et professionnel?
«L’ère de la prostitution journalistique qui échappe à l’éthique professionnelle et morale est révolue», a argumenté Jreissati en réponse au plaidoyer de Marcel Ghanem. Avec cette réplique, le ministre de la Justice place en effet l’affaire sur le terrain de la faute éthique et professionnelle. On pourrait effectivement reprocher à Ghanem de n’avoir pas répliqué aux deux journalistes saoudiens quand ils s’en sont pris aux autorités libanaises ou de ne pas s’être clairement désolidarisé de leurs propos.
Il est vrai qu’au sein du secteur médiatique libanais, les exemples d’entraves et d’atteintes aux principes éthiques et professionnels abondent. Plusieurs questions se posent devant les erreurs quotidiennes commises au sein de la profession:
● Comment un journaliste peut-il faire son métier quand il est militant politique, propagandiste ou fonctionnaire?
● Comment un journaliste peut-il rester indépendant quant il est lié, d’une manière ou d’une autre, aux pouvoirs politiques, financiers, au monde des affaires, ou des autorités religieuses?
● Comment un journaliste peut-il renoncer au sensationnel quand il est soumis à la loi de l’audimat?
Il est nécessaire de rappeler qu’un des principes fondamentaux du journalisme est de servir l’intérêt public et non les intérêts privés (ceux d’un parti politique, de l’entreprise médiatique…)
Il n’existe aucune charte d’éthique professionnelle au Liban qui régirait le fonctionnement des institutions médiatiques et le métier en général, comme c’est le cas dans la plupart des pays. Les syndicats du métier sont plutôt folkloriques et ceci depuis des décennies, et ne jouent aucun rôle effectif. L’affaire Marcel Ghanem aurait dû être réglée dans un cadre éthique et syndical et non dans le cadre juridique.
La défense de la liberté de la presse est une nécessité absolue et aucun régime démocratique digne de ce nom ne pourrait l’enfreindre. Le régime libanais ne peut pas en faire exception. Mais un effort est demandé aux gens de ce métier afin de la consolider pour qu’elle puisse se moderniser, se renforcer et tenir son rang d’autorité publique.

Docteur Georges Sadaka
Doyen de la Faculté d’information à l’Université libanaise
 

Related

Le Liban et la francophonie sont indissociables

admin@mews

Paris-Beyrouth

admin@mews

Beyrouth, construction ou 9ème destruction!

admin@mews

Laisser un commentaire