Magazine Le Mensuel

Nº 3089 du vendredi 4 mai 2018

  • Accueil
  • à la Une
  • Quel Liban demain? Premier ministre; Cabinet; Parlement; Choix économiques
à la Une En Couverture

Quel Liban demain? Premier ministre; Cabinet; Parlement; Choix économiques

Quelle sera l’image du Liban au lendemain des prochaines législatives?  Faut-il s’attendre à de grands changements ou va-t-on prendre les mêmes et recommencer? Michel Aoun parviendra-t-il à donner une nouvelle impulsion à son mandat? Eléments de réponse.   

C’est à partir du 7 mai, que le mandat du président Michel Aoun commencera réellement, assure-t-on dans les milieux proches du chef de l’Etat. Les dix-huit premiers mois du sexennat ont été consacrés à un listing des problèmes de la République, une sorte d’état des lieux politique et économique. Un inventaire qui n’était pas de tout repos, ponctué de foires d’empoigne et de bras de fer pour voter à l’arraché des textes législatifs essentiels, la loi électorale et les décrets relatifs à l’exploitation des ressources offshore d’hydrocarbures n’étant pas les plus difficiles.
Le président Aoun parviendra-t-il à donner une nouvelle impulsion à son mandat? Il est évident que cela dépendra autant de la configuration du nouveau Parlement, de la personne du prochain Premier ministre et de la forme de son gouvernement, que de la propre volonté du chef de l’Etat. Dans le cercle très restreint des décideurs, on essaie d’imaginer déjà, avant même le début des opérations de vote et l’annonce des résultats, ce que sera le Liban post-élections. Ceux qui affectionnent les grands bouleversements devront ravaler leurs rêves et les partisans de la rigidité seront contraints d’accepter quelques changements, parfois notables, mais qui ne remettront pas en cause les équilibres fondamentaux régissant la vie politique libanaise depuis la fin de la guerre civile.

Berry indétrônable
N’en déplaise au Courant patriotique libre (CPL) qui mène campagne depuis des années contre le président sortant du Parlement, qu’il considère comme l’un des symboles de la corruption, il n’y a aucune possibilité, sauf cas de force majeure, de voir une autre personne que Nabih Berry s’installer au perchoir. Les informations qui ont circulé ces dernières semaines sur la volonté de Damas de remplacer M. Berry n’ont aucune consistance, même si certains analystes de pacotille ont cru déceler dans les soudains élans de sympathie de M. Berry et de ses proches vis-à-vis du pouvoir syrien une tentative de «se racheter». Il s’agit plus de vœux pieux que d’analyses basées sur des faits solides. D’abord, la Syrie, qui a pour le moment ses propres soucis, ne dispose plus des leviers nécessaires au Liban non pas pour imposer un président du Parlement, mais même pour nommer un ministre ou un directeur général. Ensuite, le régime syrien est parfaitement convaincu que Nabih Berry reste, sur le long terme, un allié de taille, qui contribue activement à la définition des équilibres politiques stratégiques au Liban. Damas n’a donc aucune raison pour souhaiter son remplacement. Le signe le plus révélateur est cependant  venu du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a étouffé dans l’œuf tout débat sur l’identité du prochain chef du Législatif en réaffirmant son soutien sans failles à Nabih Berry. «La présence du président Berry (à la tête du Parlement) a protégé la Résistance toutes ces années», a-t-il dit dans l’un de ses discours, en avril. Le leader du mouvement Amal, qui trône sur le perchoir depuis 26 ans, pourra ainsi entamer sans trop de soucis un nouveau mandat de quatre ans, qui lui permettra de consolider un record probablement imbattable dans les annales de la vie parlementaire libanaise.
Le CPL marquera le coup en s’abstenant de voter pour Nabih Berry dans l’espoir d’égratigner sa légitimité. Le président du Parlement s’accommodera sans problème de ce choix. Le contraire l’aurait étonné vu que lui-même et son bloc n’ont pas voté pour le général Michel Aoun lors de l’élection présidentielle, le 31 octobre 2016.

Hariri au Grand Sérail
Pas de changement non plus au Grand Sérail, où le retour de Saad Hariri est pratiquement acquis – sauf accident de parcours peu probable pendant les élections – même si le Hezbollah, par la bouche de son secrétaire général adjoint, Naïm Kassem, a déclaré qu’il est encore trop tôt pour évoquer le nom du prochain Premier ministre. Cette question sera examinée après les élections, a-t-il dit. En plus de son bloc parlementaire, estimé entre 22 et 24 membres, le chef du gouvernement sortant jouit de l’appui des blocs du CPL, du mouvement Amal, du Parti socialiste progressiste (PSP), des Forces libanaises et du Tachnag, soit 85 députés au moins. Aucun autre candidat ne peut rassembler autant de voix, la bataille est donc gagnée d’avance pour Saad Hariri.
Si la partie semble facile pour la désignation du Premier ministre, elle le sera nettement moins pour la formation du prochain gouvernement. C’est là que l’appétit des différentes forces politiques va se manifester dans toute sa splendeur. Dans les cercles des décideurs, on avance, à ce stade, quelques certitudes:
● La composition du futur gouvernement reflètera les rapports de force au sein du nouveau Parlement.  
● Saad Hariri, qui perdra entre 7 et 10 sièges à la Chambre, verra sa part réduite au gouvernement.
● Le CPL conservera sans doute le même nombre de portefeuilles.
● Les Forces libanaises resteront au gouvernement.
● Le bloc du 8-Mars (Amal, Hezbollah, PSNS, Marada) détiendra le tiers de blocage dans l’exécutif.
● Le Hezbollah ne nommera probablement pas Saad Hariri lors des consultations parlementaires contraignantes pour le choix du Premier ministre.   

3 mois pour le gouvernement
Le président Aoun donne trois mois aux contacts pour la formation du gouvernement. Passé ce délai, il envisagerait des «solutions constitutionnelles» afin d’éviter la paralysie de l’exécutif, ce qui porterait un coup dur à la suite de son mandat.
En dépit des pressions saoudiennes et américaines, Saad Hariri n’envisage  pas de s’engager sur la voie de l’isolement politique du Hezbollah. Il aurait même réussi à convaincre Washington et Riyad de la nécessité de préserver la stabilité du Liban. Ces deux capitales auraient opté pour un autre terrain de confrontation avec l’Iran. Il s’agit de l’Afghanistan, où les débris de l’Etat islamique en Syrie et en Irak sont envoyés, dans l’espoir de créer un foyer de tensions susceptible de déstabiliser la République islamique. D’ailleurs, dans la plupart de ses discours et de ses déclarations ces dernières semaines, Saad Hariri a réaffirmé ses constantes qui s’articulent autour de «la stabilité du pays» et du «dialogue».      
Cependant, les négociations seront ardues, d’autant que le Hezbollah semble être passé du statut de facilitateur à celui de demandeur. En effet, lors de la formation des gouvernements par le passé, le parti de la Résistance consentait des «sacrifices» pour faciliter le processus. Il a  même offert à Fayçal Karamé un des sièges réservés aux chiites et qui lui revenait dans le cabinet de Najib Mikati, en 2011, renonçant ainsi au sacro-saint principe de la parité entre sunnites et chiites au gouvernement. Les temps ont changé depuis. Pour la première fois depuis son entrée au pouvoir exécutif, en 2005, le Hezbollah a présenté l’ébauche d’une vision économique. Il a fait de la lutte contre la corruption son thème central et compte s’investir pleinement dans les décisions économiques. Le commandement du Hezbollah pense que l’appauvrissement des couches les plus défavorisées touche en premier lieu ses viviers traditionnels dans la Békaa et au Liban-sud. A la faveur des élections législatives, il a perçu l’ampleur du ressentiment des gens, même à l’égard des députés du Hezbollah. Améliorer les conditions de vie des classes démunies et moyennes inférieures constitue donc un objectif stratégique, indispensable pour renforcer le «front interne». C’est dans cette optique qu’il faut comprendre l’intérêt soudain manifesté par le Hezbollah pour les questions sociales et économiques.
Partant de là, le Hezbollah sera moins conciliant au sujet des ministères qui lui seront proposés et souhaitera détenir des portefeuilles à caractère économique et social, comme l’Economie, les Affaires sociales, l’Industrie, l’Agriculture et, éventuellement, le ministère d’Etat chargé de la Lutte contre la corruption.

Priorités présidentielles
Le président Michel Aoun, lui, place la suite de son sexennat sous le titre de l’économie et du retour des réfugiés syriens. Dans le domaine économique, le chef de l’Etat souhaite réunir les conditions indispensables à la concrétisation des promesses d’aides et de dons formulées par la communauté internationale lors de la conférence Cèdre I. Il s’agit là d’un chantier de titan nécessitant le vote de nouvelles lois et la modernisation de textes actuellement en vigueur. Il exige aussi de réduire les réticences de certaines forces politiques, notamment le Hezbollah, qui ne voit pas d’un bon œil l’endettement supplémentaire de l’Etat.
La mise en œuvre de Cèdre I passe par une coopération avec le Premier ministre. Dans ce contexte, Gebran Bassil compte préserver et renforcer son alliance avec Saad Hariri, qui constitue pour lui un acquis stratégique pour ses ambitions futures. Ce rapprochement politique et économique avec le Moustaqbal va sans doute provoquer des malentendus entre le CPL et le Hezbollah. Certains milieux politiques pensent que l’entente conclue entre les deux partis en février 2006 risque d’être mise à mal. Elle ne le sera pas plus qu’elle ne l’a été ces derniers mois. Une entente minimale sera maintenue, surtout sur les questions de politique étrangère et régionale, d’autant que les deux parties ont besoin l’une de l’autre et n’ont aucun intérêt à renoncer au document d’entente. C’est dans la gestion de la politique interne et des affaires de l’Etat que les chemins risquent de se séparer. Gebran Bassil a salué la décision du Hezbollah de s’investir dans la lutte contre la corruption, mais espère toujours le convaincre de ne plus couvrir le «système Berry», ce qui semble peu probable.
Le parti, lui, a mis sur pied une cellule composée de députés, de ministres, de chercheurs et de professeurs d’université, spécifiquement chargée du dossier de la corruption. Sa mission est d’identifier les mécanismes de la corruption institutionnelle et de proposer des solutions, sous forme de textes de loi ou d’autres mesures.        
Le président de la République place aussi en tête de ses priorités la question des réfugiés syriens. L’objectif est de trouver des solutions pour accélérer le retour de la plus grande partie d’entre eux, avec ou sans l’aide de la communauté internationale. L’entourage du président Aoun pense qu’après les élections, Saad Hariri sera plus réceptif à ce dossier qu’il évitait d’aborder de peur de froisser une partie de l’électorat sunnite. Le Liban espère organiser le retour chez eux, avant la fin de l’année, de 100 000 réfugiés. En 2019, il souhaite doubler ce nombre.
Sur un plan politique plus général, le Hezbollah s’est fixé comme objectif, après les élections, d’aider ses alliés à consolider leur présence au sein de l’Etat et à redynamiser l’alliance du 8-Mars. Celle-ci sera étoffée des personnalités sunnites fraîchement élues, ce qui confèrerait au parti une précieuse couverture transcommunautaire.
Telle sera l’image du Liban au lendemain des élections. Seuls des impondérables seraient susceptibles de bouleverser les équilibres qui vont se mettre en place. Une guerre israélienne contre le Hezbollah ou un conflit régional en font partie.

Paul Khalifeh

Related

The California All Star Blues. ZoukMikhaëldanse le Blues

admin@mews

En couverture

admin@mews

Victime collatérale de la crise syrienne. Le tourisme agonise

admin@mews

Laisser un commentaire