Magazine Le Mensuel

Nº 3101 du vendredi 3 mai 2019

Commerce et industrie

Fusion. Chalhoub Group et Pearl Brands

Chalhoub Group et Pearl Brands SAL, les groupes de commerce de détails de luxe couvrant la distribution des articles de vêtements de marque, de joaillerie et de produits cosmétiques, ont décidé de fusionner au Liban. Cette opération donnera naissance à une entité fonctionnant sous le nom social de Pearl Brands. Celle-ci, qui sera un agent majeur du commerce de détail sur le marché libanais, possèdera 35 points de vente. Pearl Brands poursuivra ses opérations sous le leadership de son personnel qui occupera des positions clé. Broadgate Advisers a agi en exclusivité comme conseiller financier de Pearl Brands dans le cadre de cette opération de fusion.

Spinneys
5 000 produits Casino

Spinneys, premier distributeur de supermarchés au Moyen-Orient, et le groupe Casino, acteur majeur de la distribution alimentaire et non alimentaire sur le marché français, ont conclu un partenariat pour l’importation exclusive par Spinneys au Liban de plus de 5 000 produits Casino. La gamme de produits réfrigérés et surgelés de Casino et toute la gamme épicerie est disponible dans les rayons des Spinneys depuis avril.
 


Agroalimentaire
Nouvelle usine pour Yaghi Group à Denniyé

Yaghi Group planifie la construction d’une nouvelle usine agroalimentaire pour la fabrication de crème, à Denniyé. Les nouvelles installations seront érigées sur un terrain d’une surface de 25 000 m2 alors que la surface bâtie représentera 4 000 m2. Pour le moment, Yaghi Group opère à Aramoun où les locaux seront transformés en dépôt dès que la fabrique de Denniyé sera opérationnelle. L’entreprise produit actuellement près de 500 kg/jour, cette capacité sera relevée à 2 tonnes/jour. Les nouveaux équipements seront fabriqués à Tripoli selon les standards internationaux. Yaghi Group distribue la crème aux restaurants et pâtisseries au Liban et envisage l’exportation.

140 000 emplois dans le secteur industriel  
L’heure est à la relance de l’industrie locale d’autant que chaque 50 000 $ investi dans le secteur équivaut à la création d’un emploi. Ce qui mène à la conclusion suivante: la suppression d’un milliard $ de déficit au niveau de la balance commerciale est susceptible de créer 20 000 emplois directs ainsi que 44 000 emplois annexes, contribuant à une baisse sensible du chômage. Pour le moment, le secteur industriel emploie 140 000 Libanais. Rappelons qu’en achetant des produits fabriqués au Liban, le consommateur participe au maintien de devises étrangères dans le pays qui en a tant besoin dans la conjoncture actuelle. Pour l’instant, le pays du cèdre importe des articles pour un coût total de 20 milliards $ et exporte pour 2,8 milliards $. Le montant des exportations était dans un passé récent de 4,5 milliards $.

Administration publique
Priorité au «made in Lebanon»

Dans une circulaire récente, le Premier ministre Saad Hariri a réitéré l’obligation pour toutes les administrations et établissements publics d’appliquer les dispositions de la circulaire no 97/2 datée du 18/12/1997. Celles-ci demandent aux entités publiques d’accorder la préférence à l’ouverture des plis des adjudications publiques ou des cahiers de charges, aux produits fabriqués au Liban. L’article 131 de la loi sur la comptabilité générale accorde aux offres portant sur des produits fabriqués localement une marge de prix préférentiels de 10% par rapport aux produits fabriqués à l’étranger. Le chef du gouvernement a enjoint aux établissements et administrations publiques ainsi qu’aux fédérations des municipalités de transmettre chaque trimestre à la présidence du Conseil un rapport détaillé sur les offres retenues dans le cadre des adjudications publiques. Cette démarche est intervenue à la suite de la déclaration «de l’état d’urgence» au sein de l’Association des industriels.

Liliane Mokbel

Related

News commerce et industrie

admin@mews

News commerce & industrie

admin@mews

News commerce & industrie

admin@mews

Laisser un commentaire