Magazine Le Mensuel

Nº 3104 du vendredi 2 août 2019

ECONOMIE

Resource Group. Un portfolio au service de la nation

A l’heure où gouvernements et entreprises consacrent de plus en plus de ressources à la recherche et au développement des technologies, Resource Group se démarque par sa stratégie innovante. Rencontre avec son PDG, Hisham Itani.

 

Vous avez été la seule entreprise dans le secteur de la technologie à être reconnue par Forbes Middle East lors de l’événement Forbes Lebanon 100 pour votre contribution à la croissance économique du Liban. Que représente cette reconnaissance pour vous et pour le pays?
Il s’agit avant tout d’une reconnaissance envers les efforts déployés par notre équipe pour l’exploitation des nouvelles technologies au profit de la société libanaise. Cette reconnaissance prouve également que le secteur de la technologie joue un rôle crucial en matière de croissance économique nationale. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de développer par nous-mêmes nos solutions technologiques. Nous ne nous limitons plus à l’importation et à la simple intégration de ces dernières. Une telle approche est rendue possible grâce au progrès du secteur technologique national et aux opportunités qui s’offrent aux jeunes talents libanais, qui constituent d’ailleurs un potentiel important pour cette industrie du futur. Nous sommes également heureux de voir le gouvernement soutenir le développement de ce secteur, à travers notamment la création d’un Ministère des Technologies de l’Information, le déploiement de services publics digitaux et la mise en place d’écosystèmes pour start-up. Ceci permettra à notre pays de se positionner en tant qu’acteur dynamique sur le marché mondial des technologies. Resource Group a, dans ce sens, pour priorité d’investir en permanence dans les talents libanais. Nous sommes également déterminés à poursuivre nos investissements en matière de recherche et développement et à déployer toutes nos ressources pour créer des solutions basées sur les technologies les plus récentes. Nous visons aussi  à contribuer, aux côtés d’autres compagnies technologiques libanaises, à la «métamorphose» numérique du pays.

Dans quelle mesure le Liban pourrait-il tirer pleinement profit de la transformation numérique?
Alors que la technologie continue d’évoluer tout en modifiant tous les aspects de la vie humaine, y compris notre façon de mener les affaires et d’interagir, nous pensons avoir un rôle important à jouer pour optimiser l’expérience numérique des citoyens. La course à l’adoption du numérique par les organisations s’est accrue au cours des dernières années. Au Liban, nous avons instauré les bases pour progresser vers une transformation numérique complète. Toutefois, cette transformation ne se limite pas au progrès technologique. Il est essentiel d’encourager l’innovation pour tirer pleinement profit des possibilités qu’offre le numérique et permettre la transformation rapide du monde des affaires. Ainsi, miser sur le potentiel humain et la productivité des individus, optimiser les processus de développement, adopter un système d’innovation technologique et créer des modèles «intelligents» et durables permettrait d’atteindre tous ces objectifs. Une fois alignés sur une même vision, ces aspects conduiraient le Liban plus loin dans son odyssée numérique.

Comment percevez-vous le rapport transformation numérique et secteur bancaire au Liban?
Dans le secteur bancaire, la transformation numérique se fait remarquer. Les banques investissent davantage dans les technologies bancaires numériques et mobiles pour une expérience-client transparente et pratique. Le paysage bancaire traditionnel évolue donc très rapidement et devrait connaître de nombreuses transformations dans les cinq à dix prochaines années. Au Liban ainsi que dans la région, nous avons commencé à assister à l’émergence de la «banque numérique». Certaines des technologies que nous verrons dans les années à venir sont l’intelligence artificielle, la protection des données et la cybersécurité via la technologie blockchain, les transactions ATM sans contact via Smartphone, la biométrie dans les distributeurs automatiques pour une sécurité renforcée, et bien d’autres. Ceci dit, les banques libanaises sont relativement prêtes à proposer des solutions plus sûres et plus «intelligentes», ce qui signifie plus de flexibilité face aux besoins du marché.

Natasha Metni Torbey

Related

Le problème des dépenses courantes. Nouveau projet de recrutement aux FSI

admin@mews

APAVE. Mesure des rejets atmosphériques

admin@mews

Les solutions d’Apave. Améliorer les performances et maîtriser les risques

admin@mews

Laisser un commentaire