Magazine Le Mensuel

Nº 2997 du vendredi 17 avril 2015

  • Accueil
  • general
  • Les allergies des voies respiratoires. Un impact sur la qualité de vie
general

Les allergies des voies respiratoires. Un impact sur la qualité de vie

La rhinite allergique sévère a des répercussions handicapantes au quotidien: perturbation du sommeil et de l’activité physique, fatigue, baisse de performance scolaire ou professionnelle. Selon la Société libanaise des allergies & immunologies, la rhinite allergique et l’asthme affectent grandement la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et sont un fléau humain et économique.

«Je souffre de rhinite allergique depuis quelques années déjà, confie Claudine, 45 ans. Je dois me moucher tout le temps et je sens une fatigue. J’ai également des sifflements qui ont apparu récemment et une sensation d’oppression qui gêne ma respiration. Les yeux me démangent, mon nez coule constamment et j’éternue beaucoup. Cette allergie affecte ma vie au quotidien. Je suis moins performante dans mes activités. C’est comme si j’avais en permanence un rhume». La rhinite allergique est la maladie allergique la plus fréquente, touchant entre 10 à 40% de la population mondiale et, plus particulièrement, les enfants. Ses signes évocateurs sont un écoulement nasal, des éternuements, des démangeaisons du nez ou une obstruction nasale plus ou moins importante. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 400 millions de personnes souffrent de rhinite allergique et 300 millions d’asthme à travers le monde. Dans 80% des cas d’asthme, on retrouve une rhinite allergique associée. 40% des patients atteints de rhinite allergique ont un risque accru de développer un asthme, ce qui conduit à un fléau humain et économique important. Il est donc urgent de prendre conscience du lien étroit entre la rhinite et l’asthme afin d’améliorer la prise en charge et la qualité des soins des patients. Les mécanismes pathogéniques de la rhinite allergique et de l’asthme sont semblables, les deux entités peuvent répondre à des stratégies de traitement similaires, y compris l’éviction allergénique, l’utilisation des médicaments et l’immunothérapie spécifique. Il est de plus en plus évident que cette comorbidité «rhinite-asthme allergique» contribue à augmenter les dépenses de santé. Les coûts directs regroupent les soins hospitaliers, les médicaments et les honoraires de médecin.
 

Les facteurs déclenchants
Les coûts indirects comprennent la perte de productivité due à l’invalidité, l’absentéisme à l’école et au travail, ainsi que les décès prématurés de certains cas d’asthmes sévères mal contrôlés.
La rhinite allergique et l’asthme ont des facteurs déclencheurs communs. Parmi ces facteurs, les allergènes de l’environnement extérieur comme les pollens de graminées, les mauvaises herbes, les arbres et les moisissures. Mais également les allergènes d’intérieur comme les acariens, les insectes ou les squames d’animaux. Certains médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ont également un rôle déclencheur et divers autres facteurs aggravent la rhinite allergique et l’asthme comme les polluants environnementaux, industriels, et la pollution atmosphérique extérieure. L’Organisation mondiale de l’allergie souligne, lors de la semaine mondiale de l’Allergie, le lien étroit entre les pathologies des voies respiratoires inférieures et supérieures dans la maladie allergique.
La rhinite et l’asthme associés accroissent la morbidité, nuisent à la qualité de vie et augmentent les coûts socioéconomiques, d’une manière significative. L’existence et la sévérité de la rhinite allergique doivent être évaluées chez tous les patients souffrant d’asthme.
Un traitement simultané et approprié de l’asthme et de la rhinite allergique est indispensable pour pouvoir obtenir un contrôle optimal.
La gestion de cette association doit être fondée sur l’éducation des patients, les mesures de contrôle de l’environnement, les médicaments et l’immunothérapie spécifique de l’allergie.

NADA JUREIDINI

La semaine mondiale de l’Allergie
L’Organisation mondiale de l’allergie (WAO), regroupant 95 sociétés nationales, accueillera la semaine mondiale de l’Allergie du 13 au 19 avril 2015, sous le thème Des allergies des voies respiratoires – fléau humain et économique.
La Société libanaise d’allergie & d’immunologie (LSAI, présidée par le Dr Elie Khairallah), membre à part entière du WAO, depuis plus de dix ans, aura la tâche d’exposer et d’expliquer, à travers la presse et des réunions scientifiques, la relation et l’impact entre les pathologies des voies respiratoires inférieures et supérieures.

Related

Ammar Houri, député de Beyrouth. «La balle est dans le camp du Hezbollah»

admin@mews

Sqwirl Lab. La start-up qui fabrique des start-up

admin@mews

Amin Maalouf. Une impression d’apocalypse imminente

admin@mews

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.