Magazine Le Mensuel

Nº 3090 du vendredi 1er juin 2018

à la Une Sport

Qui remportera le Mondial 2018?

Le Brésil, l’Allemagne, tenante du titre, l’Espagne et l’Argentine seront les sélections favorites de la 21ème édition du Mondial de football organisé en Russie du 14 juin au 15 juillet 2018. Trente-deux équipes participeront, pour la première fois de l’histoire, et se disputeront le titre dans douze stades à travers la Russie.

L’Angleterre et la France font figure d’outsiders probables, tant leurs équipes sont jeunes et bien armées. La Seleçao qui s’est fait sortir de son Mondial par l’Allemagne (1-7), s’est depuis relevée au point de figurer parmi les premiers favoris au titre. Les joueurs de Tite, le stratège du quintuple champion du monde, ont battu, en l’absence de leur fameux Neymar, la Russie (3-0), et le champion du monde allemand (1-0). L’équipe brésilienne est désormais invaincue depuis 19 matches.
La Mannschaft, sous la houlette de Joachim Löw, a pour objectif de décrocher une cinquième demi-finale dans la reine des compétitions. Et plus si affinités. L’Espagne fait également figure d’épouvantail dans le paysage. Invaincus depuis l’Euro 2016, les joueurs de Julen Lopetegui ont prouvé qu’ils seront parmi les équipes à suivre de très près.

Groupe A
Russie, Arabie Saoudite, Egypte, Uruguay
Le sort de la Russie, équipe hôte du tournoi, reposera en partie sur les épaules de son capitaine, le gardien Igor Akinfeev, considéré parmi les meilleurs au monde.
L’Arabie saoudite, absente des deux dernières éditions, participe au Mondial pour la cinquième fois. Elle tentera de se qualifier pour le second tour pour la deuxième fois de son histoire comme en 1994.
L’Égypte, l’équipe la plus titrée de la Coupe africaine des nations, 7 couronnes, comptera sur l’attaquant Mohamed Salah, meilleur buteur de la Premier League avec Liverpool (voir page 76).
Menée par Edinson Cavani, meilleur buteur des éliminatoires sud-américains, et Luis Suarez l’Uruguay sera sans aucun doute l’équipe à suivre.

Groupe B
Portugal, Espagne, Maroc, Iran

Le Portugal de Cristiano Ronaldo, champion d’Europe en titre, a mené une solide campagne de qualification qui lui permet d’aborder la compétition avec confiance. Ronaldo sera une fois de plus au centre de l’attention, lors de cette 7e participation.
L’Espagne a construit une équipe solide de jeunes, aux côtés de quelques vétérans qui avaient réussi le triplé historique Euro-Mondial-Euro. Sous la houlette de l’entraîneur Julen Lopetegui, les Iniesta, Silva, Piqué, Ramos viendront améliorer le jeu des Isco, Ascensio et autres jeunes.
Auteur d’un formidable parcours en qualification, le Maroc pourra compter sur Mehdi Benatia qui a réussi un très beau parcours en Italie.
Le Portugais Carlos Queiroz mène l’Iran depuis 2011 et semble bien avoir trouvé la recette gagnante.

Groupe C
France, Australie, Pérou, Danemark

La France célèbre cette année le 20ème anniversaire de son titre en Coupe du monde et possède une équipe qui a le potentiel d’aller loin. L’équipe a du talent à tous les postes avec notamment Antoine Griezmann, Pogba, Mbappé, Varane, Kanté et Giroud.
Même s’ils sont moins populaires que les Wallabies, l’équipe de rugby, les Australiens vont tenter de faire belle figure. C’est l’expert Néerlandais Bert Van Marwijk qui les dirige depuis février dernier.
Le Pérou effectue un grand retour en Coupe du monde après une dernière présence en 1982. Peu de joueurs connus, peu d’expérience dans cette équipe qui pourrait quand même jouer les mauvais tours aux autres.
Le Danemark a de bons atouts avec notamment Jasper Schmeichel, le fils de Peter qui suit les traces de son illustre père dans le filet, et Christian Eriksen, meneur de jeu brillant avec Tottenham.

Groupe D
Argentine, Islande, Croatie, Nigeria

Après avoir frôlé la catastrophe, et une 17ème qualification à l’arraché grâce à un triplé de Lionel Messi au dernier match contre le Pérou, l’Albiceleste – l’Argentine – peut également compter sur plusieurs joueurs, en Messi bien sûr, quintuple Ballon d’or, mais aussi Sergio Agüero, Angel Di Maria, Javier Mascherano, Nicolas Otamendi.
L’Islande, qui a été la révélation du dernier Euro, éliminant l’Angleterre et atteignant les quarts de finale lors de sa première participation, espère bien répéter l’exploit en Coupe du monde.
La Croatie arrive encore avec un groupe de joueurs redoutables, les Modric, Madzukic, Rakitic, Stinic, Lovren, et a certainement de quoi aller plus loin que la phase de groupe.
Trois fois qualifiées pour les huitièmes de finale, le Nigeria arrive avec des éléments percutants comme son capitaine John Obi Mikel et de jeunes joueurs talentueux, tels Alex Iwobi et Kelechi Iheanacho, tous deux âgés de 21 ans.

Groupe E
Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie

Dernier pays non européen à avoir remporté une Coupe du monde en Europe (1958), le Brésil voudra montrer à la planète entière qu’il est de retour au sommet. Seule équipe ayant participé à toutes les éditions de la Coupe du monde, le Brésil compte 5 titres – un record – a remporté 70 matchs en phase finale – un autre record. Seule ombre au tableau, Neymar blessé à la cheville en février dernier a été opéré. On se veut rassurant sur sa condition et sa présence en Coupe du monde, mais le doute plane. Mais avec Coutinho, Gabriel Jesus, Marquinhos, Marcelo, Casemiro, le Brésil ne sera pas facile à jouer.
La Suisse aura eu besoin des barragespour assurer sa 11ème présence en Coupe du monde, une 4ème consécutive. Menée par Granit Xhaka, milieu brillant d’Arsenal, la Suisse espère se qualifier pour les huitièmes ou encore plus loin.
Le Costa Rica en est à sa 5ème participation. C’est le brio du gardien Keylor Navas, par la suite recruté par le Real Madrid, qui a permis au Costa Rica d’aller aussi loin.
La Serbie est l’équipe la moins bien classée du groupe, mais dont il faudra aussi se méfier.

Groupe F
Allemagne, Mexique, Suède, Corée du Sud.

L’an dernier, Joachim Löw, l’entraîneur en chef de l’Allemagne depuis 2006, est allé remporter la Coupe des Confédérations en Russie, avec l’équipe B, formée de joueurs dont la grande majorité n’avait pas 23 ans. Son onze de départ est affolant avec Kroos, Ozil, Hummels, Boateng, Kimmich, Draxler, Sané… Dans les buts, le meilleur gardien au monde Manuel Neuer absent des filets depuis presque un an à cause d’une blessure au pied, est de retour. Sinon, l’Allemagne devra compter sur Marc-André ter Stegen, gardien titulaire du Barcelone.
Le Mexique sera à sa 16ème participation. Mené par Guardado, le capitaine aux 132 sélections, Chicharrito et Hirving Lozano, le Mexique a de nouveau de quoi séduire.
La Suède a réussi son exploit en qualification, d’abord celui d’avoir battu la France 2-1, puis d’avoir éliminé l’Italie en barrage. Elle a retrouvé son moral sous la direction de Janne Andersson, après un Euro 2016 désastreux.
Jamais facile à jouer, il faudra tout le brio de ses 3 joueurs de Premier league, Son Heung-Min (Tottenham), Ki Sung-Yeung (Swansea) et Lee Chang-Yong (Crystal Palace) pour espérer que la Corée du Sud réalise un bon résultat.

Groupe G
Belgique, Panama, Tunisie, Angleterre

Pays de 13 millions d’habitants, la Belgique a des joueurs évoluant dans les plus grandes équipes d’Europe. Mais le défi de Roberto Martinez sera de trouver la cohésion entre ses stars (De Bruyne, Lukaku, Dembele, Hazard, Vermaelen, Courtois sans oublier Ciman).
Le Panama a fait jaser lors de sa dernière victoire 2-1 contre le Costa Rica, celui-ci étant déjà qualifié, a éliminé les États-Unis mettant fin à sept présences consécutives des Américains.
La Tunisie est de retour après 12 ans d’absence pour une 5ème participation. En l’absence de Youssef Msakni, blessé au genou, il faudra compter sur Wabbi Khazri qui a connu une formidable saison à Rennes pour tenter de gagner une deuxième victoire.
Le jeu de l’Angleterre s’inspire de celui des équipes U-20 et U-17 qui ont remporté leur Coupe du monde respective, et de la U-19 qui a gagné l’Euro, tous en 2017. Ils ont encore une fois une équipe talentueuse sur papier, menée par un Harry Kane qui a fait tourner toutes les têtes l’an dernier.

Groupe H
Pologne, Sénégal, Colombie, Japon

Les Polonais en seront à leur 7ème participation, grâce au meilleur buteur et recordman des qualifications avec 16 buts, Robert Lewandowski. Il faudra également compter avec les Blaszczykowski, Szczesny, Bereszynski, Grosicky.
Le Sénégal n’est qu’à sa 2ème participation à la Coupe du monde. Sadio Mané, brillant joueur de Liverpool, sera le roi lion de la sélection.
La Colombie de l’entraîneur argentin José Perkeman peut compter sur des joueurs, outre James Rodriguez, comme Ospina, Falcao et Cuadrado.
Depuis que le Japon s’est qualifié pour une première Coupe du Monde en 1998, il n’a plus jamais manqué une édition.

Les douze stades
● Stade Loujniki: Moscou, 81 000 places.
● Otkrytie Arena: Moscou, 47 000 places.
● Zénith Arena: Saint-Pétersbourg, 68 000 places.
● Stade de Nijni Novgorod: Nijni Novgorod, 45 000 places.
● Baltika Arena: Kaliningrad, 35 000 places.
● Stade Central: Lekaterinbourg, 35 000 places.
● Mordovia Arena: Saransk, 45 000 places.
● Kazan Arena: Kazan, 45 000 places.
● Rostov Arena: Rostov-sur-le-Don, 43 700 places.
● Stade Ficht: Sotchi, 48 000 places.
● Volgograd Arena: Volgograd, 45 000 places.
● Cosmos Arena: Samara, 44 000 places.

L’Espagne favorite selon une étude
L’Espagne, lauréate en 2010, est la sélection la mieux placée pour remporter la Coupe du monde de football 2018 en Russie, devant le Brésil et la France, selon une étude de l’observatoire du football CIES. Le tenant du titre, l’Allemagne, n’occupe que le 4ème rang, suivi de l’Angleterre, la Belgique et l’Argentine. Champion d’Europe en titre, le Portugal arrive en 9ème  position, devant la Suisse. Pays organisateur, la Russie ne figure qu’au 14ème  rang pour s’imposer le 15 juillet à Moscou, derrière l’Uruguay et devant la Pologne.
Pour établir son classement, le Centre international d’étude du sport (CIES), une fondation basée à Neuchâtel en Suisse et créée par la Fifa, a utilisé un indice «de pouvoir». Il combine le pourcentage moyen des rencontres de championnat disputées depuis le 1er juillet 2017 par les 23 joueurs les plus utilisés par chaque sélection lors de la campagne de qualification avec le niveau sportif moyen des clubs qui les emploient.

Mohamed Fawaz

Related

Nicolas Chammas, président élu du club mondial MIT. Inquiet pour le présent, optimiste pour le futur

admin@mews

Scorpions à Byblos. Toujours rockin’ «like a hurricane»

admin@mews

Michel Sleiman. Le Liban paiera un jour le prix de l’engagement du Hezbollah en Syrie

admin@mews

Laisser un commentaire