Magazine Le Mensuel

Nº 3004 du vendredi 5 juin 2015

Événement

Le Sky Bar part en fumée. L’incendie est accidentel, soutient Chafic Khazen

Prévue pour le 12 juin, l’ouverture du célèbre Sky Bar n’aura pas lieu. Un énorme incendie a ravagé les lieux à quelques jours de la réouverture de la boîte de nuit, devenue chaque été un rendez-vous incontournable de la jet-set libanaise, mais aussi arabe et pour les touristes étrangers de passage au Liban. Le Sky Bar n’ouvrira pas ses portes cet été, au grand dam de ses nombreux fans et habitués.

«Vu l’importance des dégâts qui nécessitent des mois de réparation, la saison est perdue», affirme à Magazine le propriétaire du Sky Bar, Chafic el-Khazen. «Les dégâts sont énormes. L’incendie a ravagé le site et les équipements sont quasiment hors service. Le feu s’est déclaré dans l’entrepôt, avant de se propager au reste. Avertis par les services de sécurité du Biel, qui ont constaté que de la fumée sortait de la bâtisse, une cinquantaine de pompiers sont accourus sur-le-champ pour tenter d’éteindre les flammes. Mais à leur arrivée, 60% de la structure de métal était déjà détruite», a-t-il ajouté.
Des moyens spéciaux ont été utilisés pour refroidir le métal. Il a fallu intervenir durant près de quatre heures pour éteindre le feu. Il n’y a pas eu de victimes, mais les dégâts matériels sont importants. «Les cuisines, le bar, le VIP Lounge, les écrans LED… tout a brûlé. Il nous faut près de six mois pour reconstituer les lieux», constate Khazen.
L’origine de l’incendie, qui s’est déclaré vers 3h du matin, est toujours inconnue, l’enquête n’étant pas encore terminée. «Il s’agirait probablement d’un contact électrique», pense Khazen.
Doutez-vous d’un acte de sabotage, d’autant plus que l’incendie s’est déclenché à quelques jours de l’ouverture? «Le Sky Bar se trouve à 17 mètres d’altitude, ce qui rend presque impossible que le sinistre soit un acte de sabotage, répond le propriétaire. Mais certaines rumeurs malveillantes qui ont fusé et insinuent que l’incendie a été intentionnellement provoqué par la direction sont totalement infondées. La saison était si prometteuse», regrette Khazen.
En effet, depuis son ouverture en 2003 sur le roof de l’hôtel Palm Beach, le Sky Bar affiche littéralement complet tous les soirs. En 2007, il déménage sur le front de mer de Beyrouth sur le top roof du Biel et est littéralement pris d’assaut par les noctambules. Il s’impose comme une adresse incontournable dans les nuits beyrouthines attirant aussi bien une clientèle libanaise que les touristes arabes et étrangers, sa réputation dépassant les frontières libanaises. En 2009, il est nommé meilleur bar du monde dans le New York Times et fait la Une de plusieurs magazines internationaux. Le Sky Bar pouvait accueillir jusqu’à 2 500 personnes. Son bar de 60 mètres de long pouvait recevoir près de 150 invités. 170 employés le géraient et 100 valets parking s’occupaient des voitures. C’est donc près de 300 personnes qui sont lésées par ce terrible accident, sans parler de la déception des noctambules qui attendaient impatiemment son ouverture et qui ont fait part de leur déception sur les réseaux sociaux, certains allant jusqu’à dire que de nombreux touristes ont décidé de changer de destination et ne viendront plus au Liban puisque le Sky Bar n’est plus en mesure de les recevoir. D’autres commentaires plus sarcastiques ont également fait le tour des murs sur Facebook et Twitter, disant que le nombre de victimes de guerres et de tremblements de terre n’a pas déclenché autant d’effroi et de tristesse que l’incendie du Sky Bar, ce haut lieu du Beyrouth nocturne parti en fumée et suscitant toutes les passions.

Danièle Gergès

Related

Les Oscars 2014. Un palmarès bien partagé

Goût de France/Good France. La gastronomie française à l’honneur

Le Byblos Bank Award 2015. Nada Tawil: «Construire le Liban de demain»

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.